Fête du Livre de Saint-Étienne

Du 15 au 17 octobre 2021, la Fête du Livre de Saint-Étienne célèbre 35 éditions de passion et de transmission de la littérature.

  • "Je voulais qu'il change. Qu'il s'en sorte. Qu'il arrête de voler et qu'il devienne champion olympique. Je rêvais. Je refusais de voir une réalité que pourtant il ne me cachait pas".
    De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se dévoilent. L'un, Mathieu Palain, est devenu journaliste et écrivain alors qu'il se rêvait footballeur. L'autre, Toumany Coulibaly, cinquième d'une famille de dix-huit enfants, est un athlète hors normes et un braqueur de pharmacies. Champion le jour, voyou la nuit : il y a une "énigme Coulibaly" que Mathieu Palain tente d'éclaircir autant qu'il s'interroge sur lui-même.
    "L'enfermement, l'amitié et la délinquance, pourquoi certains s'en sortent et d'autres pas. J'ai longtemps tourné autour de ces obsessions. Et puis j'ai rencontré Toumany."

  • Ta main sur ma bouche

    ,

    • Nil
    • 14 Janvier 2021

    « - Elle a mis un #MeToo. Une espèce d'onde de choc envahit mon sternum. Tout mon corps se raidit. Comme une agression.
    - Putain, mais qu'est-ce qu'elle ressort cette histoire d'il y a dix mille ans ? C'est pas possible !
    - C'était pas il y a dix mille ans, c'était il y a six ans, Édouard.
    - Et elle dit quoi ?
    - Elle raconte tout. » Édouard et Alison, dite Ali, sont en couple depuis deux ans quand l'ex d'Édouard publie un #MeToo dans lequel elle accuse un de leurs amis de l'avoir violée. Au cours des quelques heures qui suivent, le destin d'Édouard et d'Ali bascule à tout jamais...
    Alternant les voix d'Édouard et d'Ali, Déborah Saïag et Mika Tard signent un thriller psychologique haletant qui questionne la complexité de l'ère #MeToo et les répercussions d'une accusation de viol au sein d'un groupe d'amis. D'une écriture vive et contemporaine, Ta main sur ma bouche explore la zone grise et nous force à nous interroger : qu'aurions-nous fait à leur place ?

  • Nous sommes les chasseurs Nouv.

    Nous sommes les chasseurs

    Jérémy Fel

    • Rivages
    • 6 Octobre 2021

    Dans un univers sombre et magnétique, où les époques et les lieux se superposent jusqu'au vertige, Gabriel, Damien ou Natasha se débattent avec de vieilles peurs héritées de l'enfance et leurs pulsions les plus inavouables. Jérémy Fel entraîne ici son lecteur dans un imaginaire éblouissant, où cruauté et trahison règnent en maître. Comme dans un palais des glaces, les destins se répondent et se reflètent, créant un monde où visible et invisible, réel et fiction, se confondent.

  • Brassens par Le Forestier... Un chanteur raconte son maître en chansons. Maxime Le Forestier a appris la guitare sur des partitions de Brassens ; il a côtoyé, débutant puis jeune star de la musique, celui qui a déclenché sa vocation ; il a donné quelque cinq cents concerts consacrés à l'oeuvre du maître, allant jusqu'à enregistrer une intégrale devenue classique du genre. Au moment où l'on célèbre le double anniversaire de sa naissance et de sa disparition, qui était mieux placer pour retracer la vie du géant de la chanson française ? Dialogues éclairants, anecdotes drôles ou émouvantes, connaissance encyclopédique de son répertoire, compréhension intime du génie du maître : Maxime Le Forestier nous conte "son" Brassens, ses années de guerre, ses débuts austères et bientôt fulgurants, son succès planétaire, sa vision du monde et de la poésie, son mode de vie sans pareil, son itinéraire unique, son talent de compositeur qui égal, contrairement à l'idée reçue, sa maîtrise des mots.

    Une plongée subjective et profonde dans l'univers Brassens, qui a tant influencé la chanson française, suscité tant de vocations, et marqué tout autant l'histoire littéraire et musicale française.

  • Mes 18 exils

    Susie Morgenstern

    Quelle vie ! Plus riche, plus inouïe, plus drôle qu'un roman ! Cela tombe bien, Susie Morgenstern est romancière : elle a publié plus de cent cinquante livres, dont d'immenses best-sellers pour les enfants. Avec elle, impossible de s'ennuyer. Tout est rire, autodérision, émotion. Elle a l'art de raconter les petits et les grands moments de la vie, les chagrins, les joies, mais surtout l'éblouissement d'aimer.
    De ses 18 exils, elle tire un hymne à la vie qui se lit pied au plancher et sourire aux lèvres.

  • Récit onirique d'un corbeau mélancolique et d'une jeune fille rêveuse, La Main verte est paru pour la première fois dans le magazine Métal Hurlant en 1977 avant d'être édité l'année suivante aux Humanoïdes associés. Cette histoire fantasmagorique aux couleurs psychédéliques nous entraîne dans un univers surréaliste où les plantes parlent toute seule et les maîtres d'hôtel font des mots croisés. Comme dans une suite de rêves, le récit est divisé en plusieurs épisodes qui s'entremêlent subtilement. on retrouve dans ces pages l'influence de dessinateurs tels que moebius ou druillet mais aussi celle de l'illustrateur tchécoslovaque Heinz edelmann.
    Le livre est complété par de nombreuses histoires courtes, pour la plupart parues dans le recueil Le Petit Légume qui rêvait d'être une panthère et autres récits et dont certaines étaient restées jusqu'alors inédites.
    Scénarisés et illustrés par Nicole Claveloux, ces récits en noir et blanc au trait fin abondent de détails et de touches d'humour absurde. D'une grande richesse graphique, les dessins de Nicole Claveloux possèdent une force évocatrice intemporelle qui s'imprime immédiatement dans l'imaginaire des adultes comme des enfants.
    De Topor à Gustave Doré en passant par Lewis Caroll, son oeuvre convoque de nombreux croisements tout en possédant une énergie unique qu'il est temps de redécouvrir. Ce premier ouvrage de rééditions consacré à l'oeuvre de Nicole Claveloux en bande dessinée adulte.

  • Maëlle, jeune illustratrice de 30 ans de Saint-Etienne, décide de s'envoler au Japon avec l'objectif de réaliser un carnet de voyage. Sur ma Planète Japon est un carnet de voyage décalé, poétique et drôle dessinant la découverte du Japon par une jeune Française. Elle traverse le pays et croque son quotidien et ses aventures, en jonglant entre le couchsurfing, le workaway et l'autostop. Souvent de belles rencontres, parfois des mauvaises surprises.
    Maëlle raconte ses découvertes et ses aventures, loin des clichés, mêlant ses illustrations fraîches et sensibles à un sens de la narration.

  • Pourquoi notre nature homéotherme a donné naissance à l'architecture ? Comment le blé a engendré la ville ? Comment les petits pois ont fait s'élever les cathédrales gothiques ? Ce que les dômes doivent à la peur de l'air stagnant ? Comment un brin de menthe invente les parcs urbains ? Pourquoi l'éruption d'un volcan a-t-elle inventé la ville moderne ? Comment le pétrole a-t-il fait pousser des villes dans le désert?? ... Comment le Co2 est-il en train de transformer les villes et les bâtiments ?

  • Cher football français

    Daniel Riolo

    Fédération, Ligue, présidents, joueurs... Daniel Riolo a beaucoup de choses à dire au football français. Et quelques comptes à régler. Il le fait au vitriol, en enchaînant les punchlines et les tacles glissés, mais avec autant de tendresse que de talent, dans son livre le plus personnel.
    « Chaque semaine, la Ligue 1 se met une balle dans le pied. Ça ne suffit pas pour mourir. Mais ça peut pourrir, gangrener. C'est une mort à petit feu. On ne l'aime plus, mais on la suit encore. Combien de temps ça va tenir ? Pour l'instant, c'est une sorte de miracle permanent. Le mari cocu s'accroche. Il pense qu'elle va revenir. Qu'elle va changer. Chaque été, on part en vacances avec l'idée que ça va s'améliorer. Est-ce que ça peut être pire ?
    Le miracle reprend forme en août. Le mercato vend de l'espoir. On perd les meilleurs et on fantasme sur les nouveaux. Les entraîneurs affichent des ambitions nouvelles, les dirigeants confirment. En août, tout est toujours plus beau.
    Quand le bronzage disparaît, les premiers matches de Coupe d'Europe renversent tout. Pas de doute, on est toujours aussi nul. Non seulement on ne progresse pas, mais pire, on régresse.

    N'importe quelle équipe du trou du cul de l'Europe peut battre une équipe de L1. Ça n'empêche pas nos présidents de pleurer sur le manque de moyens financiers qui serait la cause des déboires européens. L'excuse ne marche plus, sauf sur les simples d'esprit.
    La L1, c'est un mix de Lourdes et Lisieux. Les audiences restent stables. Les affluences aux stades aussi. On paye sa place au stade, son abonnement télé. Souffrir a un coût. Oui, on paye pour voir ce spectacle affligeant. Ces erreurs techniques à la pelle. Ces bourrins qui n'ont de joueurs de foot que le salaire. Mais ce qui désespère le plus, c'est le manque de motivation général. Le «j'men foutisme» global, la passion inexistante.
    Le plus gros miracle, c'est le milliard ! MediaPro a claqué un milliard pour notre L1. Eu égard à ce que la L1 propose, c'est comme acheter une Fiat au prix d'une Ferrari. La L1 s'est maquillée comme une voiture volée et MediaPro a sorti le chéquier ! Le boss de la LFP, le concessionnaire de notre L1, peut être élu commercial de la décennie ! A côté, le casse du Palm Beach, c'est un vol de sac à main. »

  • Les flammes de Pierre Nouv.

    « Rémy et Laure partageaient le sommet de Croisse-Baulet et, si modeste qu'il fût, il faisait pour eux de cet instant un moment inoubliable.
    Rémy connaissait trop la force de cette communion pour y mêler les gestes minuscules de l'amour. Il sentait que son désir était partagé, que cette émotion avait la valeur d'une étreinte et que Laure, pas plus que lui, ne pourrait l'oublier. Tout devait garder son ampleur, sa grâce. Les petites effusions, les maladroites caresses humaines, dans ces décors de lumière, d'espace et de vent, sont dérisoires et même insupportables. Il fallait laisser l'esprit se mouvoir sans contraintes. Le regard était suffisant pour exprimer l'émoi et celui de Laure parlait sans ambiguïté.
    Ils retirèrent les peaux de phoque des skis, réglèrent les fixations pour la descente et raccourcirent les bâtons. Puis, sans se hâter, l'esprit plein d'un moment qu'il était inutile de faire durer tant il était saturé d'infini, ils s'élancèrent dans la pente. »

  • À l'heure du tout instantané, de l'échange virtuel, des relations éphémères, on se ment souvent, on aime et on s'aime mal, on mange déséquilibré,on ne laisse plus le temps à son corps de se régénérer... On sent que sa vie est en « désordre », affectivement, physiquement et socialement.

    Comment y remédier, repartir sur des bonnes bases, écouter son corps, ses émotions, manger sainement, se préserver, s'aimer, devenir en?n « soi », pleinement et sereinement ?

    Dans ce livre positif et inspirant, Delphine partage avec générosité et naturel les clés de son équilibre, qui permettent de se sentir vraiment bien, tant physiquement que psychologiquement.

    Alimentation, jeûne, détox, routines de yoga, soins beauté, thérapies alternatives, connexion avec la nature, environnement, pleine conscience, spiritualité... Par son approche holistique, elle nous invite à nous poser les bonnes questions, dépasser nos croyances limitantes et oser le vrai changement pour apprendre à s'aimer, trouver l'âme soeur et le sens de sa vie.

  • Les funambules

    Mohammed Aïssaoui

    « J'exerce le métier de biographe pour anonymes. Je raconte les vies de ceux qui ne trouvent pas les mots. Ceux qui pensent utile de narrer leur histoire afin qu'un membre de leur famille éclatée puisse la découvrir un jour. Chaque fois, j'ai l'impression de rédiger des messages dans des bouteilles jetées à la mer. À force, j'ai compris : on écrit pour soi. » Le narrateur a quitté son pays natal à neuf ans, avec sa mère devenue « analphabète bilingue ». D'une enfance pauvre dont les souvenirs reviennent par bribes, il a su sortir grâce à la littérature et aux diplômes universitaires. Il raconte à présent l'existence des bénévoles qui prennent soin des plus démunis. C'est une plongée dans le milieu associatif où il rencontre des personnes dévouées au sein des Restos du coeur, d'ATD-Quart Monde ou des Petits frères des pauvres. Ces bénévoles se confient, disent ce qui les poussent à tendre la main. Le narrateur pense que le monde tourne grâce à des êtres comme eux, ces héros de l'ombre. Dans sa quête, il espère retrouver Nadia, son amour de jeunesse. Ce faisant, il ira à la rencontre de lui-même.

  • Cléo est une jeune femme à l'image de son rire : solaire. Dès l'enfance, elle a appris à franchir d'un bond fougueux les obstacles que la vie, joueuse, lui présente. Pourtant, tout n'est pas que lumière dans son monde... Mais par-delà ses failles et ses blessures, elle avance.
    Lorsqu'elle croise le chemin de Théo, lui aussi accidenté de la vie, elle est bien décidée à lutter pour leur droit au bonheur. Théo est veuf ; il a deux enfants. Comment les choses pourraient-elles être simples ?
    Guidée par sa soif inextinguible de vie, Cléo engage son plus beau combat pour leur amour, cette aventure folle, et, surtout, pour ce lien véritable plus fort que tout - plus fort que celui du sang - entre elle et leurs enfants.
    Thibault Bérard nous entraîne au coeur de vies entre¬mêlées par le pouvoir des épreuves relevées et signe une ode au lien maternel sous sa forme la plus pure, la plus belle et la plus véritable.

  • « Comme pour un être humain, la sagesse du vin apparaît lorsqu'il nous livre toute sa plénitude. » Enrico Bernardo, Meilleur Sommelier du Monde en 2004 a travaillé dans les plus grands restaurants avant d'ouvrir les siens. Il décide à 40 ans de prendre un nouveau départ et de se consacrer entièrement à sa passion, l'univers du vin. C'est ainsi qu'il entreprend un voyage autour du monde à la rencontre des vignerons, de leurs terres et de leurs trésors cachés, des plus modestes aux plus reconnus. Dans une quête de vérité et d'absolu, il a pu vivre intensément son parcours, obtenir des réponses et toucher l'essentiel : l'âme du vin.

    « Un vin d'excellence exprime le meilleur de l'Homme, du vigneron comme de celui qui sait le boire. Il exprime la vie dans ce qu'elle a de plus essentiel. Il peut même être capable de défier la violence de l'Histoire au nom d'un ordre supérieur : l'amour de l'Humanité et de la planète Terre. Il réunit, accompagne et célèbre les plus belles heures de notre vie. Le vin, si on se donne les moyens de l'écouter, ne raconte qu'une seule histoire : la nôtre.»

  • La beauté du ciel

    Sarah Biasini

    « Un matin de mai, le téléphone sonne, je réponds, "Bonjour, gendarmerie de Mantes-la-Jolie, la tombe de votre mère a été profanée dans la nuit." ».

    Une femme écrit à sa fille qui vient de naître. Elle lui parle de ses joies, ses peines, ses angoisses, et surtout d'une absence, celle de sa propre mère, Romy Schneider. Car cette mère n'est pas n'importe quelle femme. Il s'agit d'une grande star de cinéma, inoubliable pour tous ceux qui croisent le chemin de sa fille.

    Dans un récit fulgurant, hanté par le manque, Sarah Biasini se livre et explore son rapport à sa mère, à la mort, à l'amour. Un texte poétique, rythmé comme le ressac, où reviennent sans cesse ces questions : comment grandir quand on a perdu sa mère à quatre ans ? Comment vivre lorsqu'on est habitée par la mort et qu'elle a emporté tant de proches ? Comment faire le deuil d'une mère que le monde entier idolâtre ? Comment devenir à son tour mère ?

    La réponse, l'auteure la porte en elle-même, dans son héritage familial, dans l'amour qu'elle voue à ses proches, à ses amis, à ces figures féminines qui l'ont élevée comment autant d'autres mères. Le livre de la vie, envers et contre tout.

  • Ils ne se connaissent pas et pourtant, en cette journée caniculaire de septembre 1916 dans une petite ville du Sud des États-Unis, ils assistent parmi la foule au même effroyable spectacle : l'exécution par pendaison d'une éléphante de cirque, Mary, coupable d'avoir tué un homme. Cette vision bouleversera la vie d'Arabella, de Kid et de Jeremy.

    De l'Amérique qui entre en guerre au Paris tourbillonnant des années 1920, des champs de bataille de l'Est de la France aux cabarets de jazz, des pistes de cirque jusqu'au Kenya dissolu des colons anglais, ces trois êtres devenus inséparables vont se lancer sur la trace des éléphants au cours d'une prodigieuse expédition de sauvetage.

    Dans cette éblouissante saga, une jeunesse ivre d'amour et de nature livre son plus beau combat pour la liberté des animaux et celle des hommes.

  • Le coeur en laisse

    Line Papin

    Maurice est un écrivain à succès. Mais voilà qu'à quarante ans, il ne ressent plus rien. Plus rien pour sa compagne Isabelle, plus rien pour ses livres. Alors qu'il tente de sauver une dernière fois son couple, soudain, elle apparaît. Elle, Ambroisie. Égérie du Tout-Paris, ancien mannequin à succès, d'une beauté saisissante, elle parle bien, elle sait tout. Ambroisie est un tremblement dans sa vie. L'auteur se retrouve alors entraîné dans des vernissages mondains, porte des chemises de créateur : il disparaît peu à peu dans l'étreinte de cette femme, à la fois sublime et inquiétante. Sous la lumière des réverbères parisiens, Maurice délaisse ses livres pour vivre sa romance qu'il ne saurait écrire.
    À mesure que les verres de champagne se vident, que les sourires s'effacent et que les additions astronomiques s'accumulent, Maurice, Bel-Ami malgré lui, perd pied. Noyé dans ce faste, perdu dans ce Paris trop amoureux, il en a oublié l'écriture.

    À travers cette histoire d'emprise et de fascination, Line Papin signe un roman obsédant et hanté par cette question : peut-on encore tomber amoureux et se perdre pour une femme qui n'est pas son genre ?

  • « Je ne me suis jamais sentie aussi bien qu'aujourd'hui, à 46 ans. Au fil des années, je me suis construit presque sans m'en rendre compte une «méthode» pour être en forme. Elle n'a rien de scientifique - même si elle s'appuie sur de nombreux conseils de spécialistes -, mais comme elle donne, je trouve, de bons résultats, j'ai eu envie de vous en faire profiter !
    Alimentation, sommeil, sport, beauté, sexe... À travers ce livre, je souhaite vous donner des outils et des conseils pour mettre en place votre propre «programme» sans objectifs impossibles à atteindre ni culpabilité. Rappelez-vous simplement qu'être vous, c'est déjà merveilleux et que si, en plus, vous êtes «en forme», rien ni personne ne pourra vous résister. » Marie Drucker.

  • Octobre 2020. David Prudhomme retourne dans la maison familiale de Grangeroux, près de Chateauroux. Il se souvient de ce matin de janvier 1981 quand, pour la première fois, ses parents lui avaient montré l'endroit où ils allaient vivre. Ce jour-là, David découvre un simple terrain en friche sans rien autour avec, en guise de maison, un trou. Fini le foot et les courses de vélo avec les copains au pied de l'immeuble de la ZUP 2 à Chateauroux. Même s'ils n'ont roulé que 7 minutes, ils sont dans un autre monde.
    Un an plus tard, toute la famille emménage dans la jolie maison enfin construite au milieu de l'horizon et... de l'ancienne base militaire américaine, construite en 1951, à côté des entrepôts de l'OTAN qui desservent toute l'Europe. L'impression de vivre à la campagne est démentie par le bruit des réacteurs des avions cargos irakiens qui, entre 81 et 89, décollent chargés des armes vendues par la France à Saddam Hussein alors en guerre contre l'Iran.
    Au fil des pages, David Prudhomme nous raconte 40 ans d'un territoire de province aux prises avec l'évolution du monde, dont les soubresauts finissent par ébranler le quotidien. 40 ans pendant lesquels le petit David deviendra l'auteur David Prudhomme.

  • Le fiancé du feu

    Eva Dezulier

    • Jasmin
    • 22 Février 2021

    Espagne, 1948. Juan s'enfuit d'un orphelinat franquiste avec son petit frère Luis, et les deux enfants traversent les Pyrénées à pied pour rejoindre leur mère, remariée en France. C'est à Decazeville qu'ils vont grandir et tenter de s'affranchir du passé pour construire une nouvelle vie. Aujourd'hui, Emmanuelle, la petite-fille de Juan, remonte le temps pour découvrir les secrets de famille enfouis, et transmettre l'histoire au fils qu'elle attend. En déroulant le fil des relations et des amours de ses personnages, Eva Dézulier brosse avec délicatesse un portrait de famille intimiste inscrit dans une page d'histoire, celle des Espagnols immigrés en France après-guerre et celle, aussi, des Trente Glorieuses et d'une vie populaire disparue.

  • Corps défendus

    Laure Heinich

    C'est la mère qu'elle voit en premier. Les deux parents qui ont pris place devant elle ont besoin de savoir si elle peut les aider. Non pas à défendre leur fille puisqu'elle est morte, mais à lui faire justice. Leur fille, c'est Eve, sauvagement violée puis assassinée dans la petite maison de campagne où elle habitait. Il a suffi de deux heures d'interrogatoire pour que celui qui l'a raccompagnée ce soir-là avoue : " Je l'ai tuée au petit matin".
    Eve était amoureuse d'une fille, est-ce qu'il aurait pu s'en prendre à elle pour cette raison-là ? Dans ce premier roman impressionnant de maîtrise, Laure Heinich met en scène une avocate engagée dans l'impossible mission de réparer, grâce à la justice, la douleur de parents. Peu à peu, le meurtre d'Eve s'immisce dans sa vie personnelle au point de l'ébranler. Victime, coupable, proches, gens de justice, tous voudraient savoir : sur qui peut-on compter ?

  • Quand on découvre Marie, la narratrice de ce récit autobiographique, elle a une quarantaine d'années, une vie de famille bien remplie, un mari et trois enfants, et un travail prenant qu'elle affectionne particulièrement. Pourtant, quelque chose gronde en elle. Ce qui se réveille, c'est la jeune femme qu'elle était avant d'avoir des enfants, avant la fatigue, avant la rencontre avec "le monstre domestique", celui qui ne laisse jamais de répit. En se mettant à nu avec une rare sincérité, en refusant de tricher, elle veut comprendre comment elle en est arrivée là, elle pour qui la liberté des femmes a toujours été un combat. C'est l'histoire banale et tragique parce que répétée d'une femme qui s'est lancée corps et âme dans la quête de l'amour et du travail pour créer un foyer, univers qui s'avère répondre aux besoins de tous sauf d'elle-même.
    Ce qui gronde, c'est le récit de cette trajectoire, qui entremêle des réflexions autour de la féminité, de la maternité, de la liberté, du pouvoir de l'écriture, mais c'est aussi un manifeste en l'honneur de toutes les femmes.

  • M. Mizuno coule une retraite heureuse après une vie sans histoire. Du moins c'est l'image qu'il s'applique à donner. Car son vrai nom est Yasukazu Sanso, ancien activiste de l'Armée rouge japonaise ayant déjà tué, et de sang-froid. La rencontre fortuite, à Bangkok, avec un vieux camarade va déclencher la mécanique implacable du souvenir. Comment, en quête d'idéal, s'est-il laissé embrigader dans les mouvements universitaires des années 1960 ? Comment, suite aux dérives d'une faction se livrant à des purges insensées, a-t-il rejoint les camps d'entraînement palestiniens au Liban, dans l'espoir de prouver qu'il est un vrai communiste ?
    Michaël Prazan livre ici, avec l'acuité psychologique qu'on lui connaît, un roman haletant sur la grande époque du terrorisme international des années 1970.

empty