Lectures locavores : les "incontournables" des éditeurs d'Auvergne-Rhône-Alpes 

Une sélection proposée par Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture. 

  • L'oiseau de feu

    Charlotte Gastaut

    • Amaterra
    • 30 Octobre 2014

    Ce magnifique livre découpé raconte l'univers magique du célèbre ballet L'Oiseau de feu. Le prince Ivan Tsarevitch et l'oiseau de feu délivreront-ils la princesse Hélène la très belle de l'emprise du sorcier Kastcheï ?

  • En se réveillant, les punks qui crèchent au 25 découvrent que les zombies ont envahi Paris. Face à cette situation inédite et un peu flippante, ils n'ont plus qu'une idée en tête maintenant que le chaos est partout, faire flotter le drapeau noir de l'anarchie sur la tour Eiffel.
    Mais dans l'ombre, des rescapés du Medef ourdissent un plan plus infernal encore.
    Le Club des punks contre l'Apocalypse zombie est un joyeux romans post-apo, ode à l'anarchie, au bordel punk et à l'amitié. Mais sous ses dehors humoristiques et rock se cache aussi un roman engagé qui pose des questions sur notre société. Après Fées, weed et Guillotines, c'est le grand retour de Karim Berrouka.

    Sur commande
  • Je sais

    Ito Naga

    Pas besoin d'être grand clerc pour constater que, du monde, de soi et des autres, on ne sait pas grand chose. Il n'empêche. Il en est, biologiste, astrophysicien ou écrivain, qui ne désespèrent pas d'en savoir plus. C'est le cas de l'auteur de ce livre. Sa méthode? Celle du scientifique qui s'apparente à celle du poète ou celle du philosophe: un affût intense qui met en examen tout ce qui tombe sous le regard, l'ordinaire, l'infime, l'incident de préférence. Où se vérifie cette loi heureuse: sous chaque observation, mille énigmes nouvelles. C'est ainsi qu'Ito Naga, sur les traces de Joe Brainard («I remember») et de Pérec («Je me souviens»), mais en déplaçant l'enjeu de l'enquête vers le réel immédiat, propose l'inventaire amusé, imprévu, forcément provisoire, de ces données d'évidence qui présentent le réel pour ce qu'il est: un univers en expansion infinie.

  • Qu'est-ce que la Commune de 1871 ? Ce livre, riche de multiples points de vue, propose des pistes novatrices et rouvre le débat. Il s'agit d'une relecture collective de la Commune, dans un cadre spatio-temporel élargi. Il propose au lecteur d'aller au plus près du quotidien de 1871, localement, comme d'examiner l'événement à l'échelle nationale ou internationale.

    Devenue un mythe mondial au xxe siècle, la Commune de 1871 est en réalité mal connue. Le déclenchement de l'insurrection parisienne le 18 mars et la répression de la Semaine sanglante à la fin du mois de mai sont des points de repères parisiens, marqueurs mémoriels qui cachent en partie sa grande complexité, comme sa dimension nationale ou transnationale.
    Fertile en initiatives de tous types, la Commune constitue a posteriori un extraordinaire et fascinant laboratoire du politique. Expérience démocratique originale, affirmation républicaine, forme de fédéralisme à la française, tentative d'émancipation sociale, utopie, référence insurrectionnelle ou révolutionnaire, elle est tout cela à la fois et davantage encore. De fortes reconstructions historiques, sociales et politiques ont de plus accentué sa complexité.
    Aujourd'hui, l'historiographie de 1871 se libère de ses carcans et l'expérience communaliste suscite une curiosité renouvelée. Cet ouvrage présente un ensemble novateur de trente-cinq textes inédits des meilleurs spécialistes français ou étrangers mais aussi de jeunes chercheurs. Il s'agit d'une relecture collective de la Commune, dans un cadre spatio-temporel élargi. Il propose au lecteur d'aller au plus près du quotidien de 1871, localement, comme d'examiner l'événement à l'échelle nationale ou internationale : France, Allemagne, Italie, Autriche, Empire ottoman ; Paris, Lyon, Narbonne, Bordeaux ou Perpignan, Aveyron et Morbihan, Oise et Doubs... Le livre explore l'héritage de 1848 et accorde une large place à l'après-Commune, à l'exil et la déportation, aux postérités, aux mémoires, influences et interprétations.
    La Commune, ce sont avant tout des hommes et des femmes, des destins. Les regards se portent donc sur les individus : la Commune représente un moment particulier dans des trajectoires de vie d'acteurs ou de contemporains connus ou anonymes. Enfin, le livre aborde les relations complexes entre l'histoire de la Commune et sa mémoire et ses commémorations, de la fin du xixe siècle à nos jours.
    Qu'est-ce que la Commune ? Cet ouvrage propose des pistes novatrices et rouvre le débat. Il montre la dimension capitale de l'expérience communaliste pour décrypter le xixe siècle ou nourrir nos questionnements les plus contemporains.

  • Avec Quoi de plus normal qu'infliger la vie ?, Oriane Lassus interrogeavec une intelligence acide et sensible la question de la nulliparité. Et si la réponse n'était pas si évidente que ça ? Et si on pouvait ne pastrouver ça « normal », justement, de procréer ?
    À travers le regard et l'environnement d'une protagoniste anonyme, c'est le jeu d'influences imposé par une société normative qui est questionné, et la difficulté pour les femmes de faire un choix intime : « Tu changeras d'avis, tu verras. » ou le fatal « Tu le regretteras quand tu mourras seul(e) et abandonné(e) de tous ».
    D'où vient cette évidence supposée ? Comment penser en dehors de cette évidence ? Quoi de plus normal qu'infliger la vie ? s'intéresse aux normes familiales, sociétales, affectives qui régentent aujourd'hui la vie de tout adulte un tant soit peu poreux aux jugements de son prochain.

  • Le maréchal de vauban (1633-1707), dont le nom est associé aux places fortes, joyaux de la fortification bastionnée, et à la guerre de siège menée par louis xiv, a rédigé de très nombreux mémoires dont il a sélectionné ceux qui lui tenaient vraisemblablement le plus à coeur sous le titre " mes oisivetés ou ramas de plusieurs mémoires sur différents sujets ".
    Les oisivetés, souvent citées comme une oeuvre originale et importante pour la connaissance de la france du roi-soleil, n'ont curieusement jamais été publiées dans leur intégralité. ce recueil, cité par fontenelle dans l'éloge funèbre de vauban à l'académie des sciences comme exemplaire du génie de son auteur, n'existe dans aucune bibliothèque et l'intérêt qu'il suscite se heurte toujours à la dispersion des volumes qui le composent et au silence du maréchal sur ses intentions.
    Un travail historiographique a été nécessaire pour établir la liste des mémoires regroupés dans les douze tomes mentionnés par fontenelle et offrir cette édition critique, première publication intégrale des oisivetés. c'est bien une version inédite des vingt-neuf mémoires présentés et annotés par des historiens spécialistes qui est enfin proposée ici. ces textes, qui forment un ensemble de près de 3 650 pages manuscrites, ont été établis à partir de la version conservée dans le fonds privé des archives du maréchal (fonds le peletier de rosanbo).
    Par la diversité des sujets traités, c'est la france du règne de louis xiv qui se dessine au fil du recueil. la recherche d'une solide documentation descriptive, chiffrée, officielle ou officieuse, une observation exercée par d'innombrables déplacements dans le royaume au cours de cinquante années de travail acharné, un solide bon sens et une volonté démonstrative donnent au témoignage de vauban une grande crédibilité.
    Son argumentation, qui se veut irréfutable, repose souvent sur des calculs, sur des cartes, des descriptions et des témoignages. particulièrement soucieux de la défense du royaume, il multiplie les recommandations concernant la double ligne de places fortes, le développement des camps retranchés et une meilleure organisation des troupes et des munitions des places pour éviter les dépenses inutiles.
    Dans le même esprit, il examine les effets défavorables de la politique royale : révocation de l'édit de nantes, excès de la fiscalité, inutilité des courtisans, abandon des colonies, annexion de territoires au-delà des bornes naturelles, acceptation de la couronne espagnole pour philippe d'anjou, petit-fils de louis xiv. tous les mémoires des oisivetés rappellent que la première mission du monarque doit être le bonheur et l'accroissement de ses sujets, conditions de leur obéissance.
    Celui qui fut tout au long de sa carrière militaire le fidèle serviteur du monarque absolu se révèle ainsi, dans les écrits de l'automne de sa vie, un homme des lumières.

    Sur commande
  • Si j'en suis arrivé à écrire cet ouvrage, c'est que je suis de plus en plus irrité, en saturation, d'entendre assez régulièrement les commentaires et les regards négatifs sur l'enfance dans le quotidien, dans certains médias et même dans certains ouvrages d'auteurs connus.
    Mais comment tourne le monde pour être dans ce regard vers l'enfance?
    Pourquoi un regard si négatif sur l'enfance ? Comme si dans ce monde en transformation, il fallait trouver un coupable.
    Ce «projet» d'avoir des enfants sages me permettra d'aborder la question de l'éducation, de l'obéissance, de l'autorité et de montrer combien cette orientation qui semble être un critère de qualité, d'évaluation de la fonction parentale est une direction peu judicieuse, que la question éducative ne se pose pas en ces termes.
    Des situations du quotidien rapportées lors des ateliers m'amèneront également à développer ce que je propose comme approche bien-traitante. Ce petit homme est bien trop précieux.
    A ce jour, les neuro-sciences, les sciences humaines et psychologiques nous apportent des éléments concrets pour confirmer, donner des pistes pour une relation parent-enfant heureuse car l'éducation n'est qu'une question de bonheur.
    L'avenir nous concerne tous. L'homme de demain se construit dans la relation parent-enfant-société.

  • Le soleil du printemps inonde les plaines de Russie et la grande caravane du cirque se prépare à traverser le pays pour effectuer sa traditionnelle tournée.
    Lors d'une représentation, un musicien masqué s'invite au coeur du spectacle et charme le public par la voix émouvante de son violoncelle. La surprise passée, les membres de la troupe cherchent à deviner l'identité du mystérieux musicien...

  • À travers ses Brouillons, Souad Labbize ciselle sa langue d'exil pour dire l'universel du sentiment amoureux.

  • Ab absurdo T.4

    Marc Dubuisson

    • Lapin
    • 11 Septembre 2020

    Ab Absurdo, c´est un mélange funky de strips sur l´actualité et de strips absurdes, même si, récemment, on l´a bien vu, l´actualité a rejoint l´absurdité. La série à succès revient cet automne avec son masque anti Covid, des whatsappéros qui dégénèrent, des Manu et Edouard en grande forme (eux), mais aussi sa sélection des grands n´importe quoi de la société. Une représentation hallucinante de lucidité des derniers mois passés confinés / déconfinés, aussi bien sur nos "réseaux pas très sociaux" qu´au supermarché.

  • En se réveillant un matin, après des rêves sans doute agités, Blaise se retrouva dans son lit. Pourtant, en enfilant sa première pantoufle, il comprend qu'une chose bizarre venait de lui arriver. Malgré cette bien étrange métamorphose, dont il dissimule tant bien que mal les symptômes chaque jour plus nombreux, Blaise continue à se rendre à son bureau quotidiennement, à faire face à toutes sortes de tracas, parce qu'il le faut bien.
    Le parti pris réaliste de Julien Martinière, avec ses illustrations au trait précises et fouillées, accentue parfaitement cette invasion fantastique du quotidien sans trop déranger l'ordre des choses. Farce facétieuse ou critique existentielle du monde moderne ? À chacun d'interpréter comme bon lui semble cette histoire.

  • Petit ogre veut un animal pour jouer avec lui. Mais papa ogre saura-t-il résister à la faim ?

  • Pour tous les Italiens, leurs descendants, leurs amis, les amateurs d'histoire, un beau livre illustré qui raconte deux siècles d'immigration et de présence italienne dans Lyon et son agglomération.
    Depuis deux siècles, des dizaines de milliers d'Italiens se sont installés à Lyon, puis dans son agglomération. Au départ, il s'agissait surtout de paysans pauvres qui, pendant une partie de l'année, quittaient les montagnes italiennes pour venir gagner quelques sous dans les ateliers ou sur les chantiers, en tant que plâtriers, mosaïstes, sculpteurs sur bois, tisseurs ou ferblantiers. Mais, au fur et à mesure du développement industriel, ils sont de plus en plus nombreux à s'installer à Lyon pour travailler dans les usines qui naissent aux marges de la ville. Des quartiers marqués par une forte présence italienne naissent alors, des entreprises et des commerces italiens se développent, des associations voient le jour. Ils permettent à ces déracinés de préserver leur mode de vie, leurs traditions, et un peu de la chaleur de leur région d'origine.
    Cette immigration italienne a perduré jusqu'à la fin des années 1960, à tel point qu'aujourd'hui, de nombreux Lyonnais comptent parmi leurs ancêtres un émigrant qui a dû quitter son Italie natale.
    Qui étaient ces Italiens et quelle a été leur vie au cours de ces deux siècles de migration à Lyon ? Comment ont-ils peu à peu trouvé une place dans la ville ? Quelle mémoire a laissé cette immigration, la plus importante à Lyon au cours de ces deux siècles ? Autant de réponses à découvrir dans ce beau livre très complet et documenté, enrichi de nombreuses illustrations généralement inédites.
    Existe aussi en version italienne "Lione all'italiana".

  • Les cinq royaumes : des nations turbulentes et ambitieuses souvent en guerre. Au coeur des terres, un sixième royaume : la Grande Forêt légendaire, impénétrable et hostile. Dans les maisonnées de Sélénir, dans les cases de Vale ou dans les yourtes des nomades des steppes de Khara, le soir au coin du feu, on raconte aux enfants le conte suivant : tes rêves, tes cauchemars comme les créatures fantastiques des histoires que tu aimes tant peuplent le Sixième Royaume.

    Alors, pourquoi un baladin perdu, une belle sorcière aux terribles pouvoirs endormie depuis cinq cents années, un jeune voleur des rues amoureux, un demi-nain commerçant débonnaire et un homme-loup monstre de foire se retrouvent-ils attirés par la Grande Forêt ?
    />
    Que découvriront-ils ? La fin d'un monde ? Le sang et les larmes ? L'amour et la tragédie ?

    La Geste du Sixième Royaume raconte avec un rythme effréné les destinées de ces héros malgré eux, semées d'embûches, de pièges, de doutes, de découvertes renversantes et de magies insaisissables.

  • Sharaz-De ; intégrale

    Sergio Toppi

    • Mosquito
    • 17 Octobre 2013

    Le chef d'oeuvre absolu de Sergio Toppi publié cette année aux USA, en Chine et au Japon est enfin disponible en édition intégrale avec une préface de Jean-Louis Roux accompagnée de nombreux dessins inédits.

  • Animaux dans la peinture japonaise Dans la peinture japonaise, dragons, grues, renards, singes, tigres et libellules déambulent ou volent au milieu d'une végétation luxuriante, décorant ainsi les rouleaux enluminés, les paravents ou les estampes. Du plus petit insecte à l'éléphant, ils ornent également les temples, les sanctuaires, les palais et les jardins. Au-delà de leur fonction décorative ou propitiatoire, ces représentations portent des significations. Pour pouvoir les comprendre et les apprécier, il faut connaître la place de chaque animal dans la culture, c'est-à-dire dans l'histoire, la spiritualité, la littérature et la vie quotidienne. C'est pourquoi ce livre s'ouvre par deux chapitres consacrés l'un aux origines et au sens de la symbolique, et l'autre aux métamorphoses des animaux en humains, avant de dérouler une cinquantaine de portraits d'animaux imaginaires, fantastiques ou réels parmi les plus importants dans la peinture et la culture japonaises. Depuis les premières représentations animalières, en passant par l'influence du shintoïsme puis du bouddhisme, cet ouvrage propose un nouveau regard sur la représentation de l'animal dans l'art japonais, en particulier dans la peinture, du Moyen Âge jusqu'à l'art contemporain.

  • Madame O. revient et nous dévoile d'autres fragments de sa vie... Avec cette nouvelle version, les auteurs ont souhaité actualiser et surtout enrichir leur best-seller d'un chapitre supplémentaire. Cette version comprend dix chapitres. Les neuf premiers nous éclairent sur les techniques de manipulation qui peuvent être - et qui sont - quotidiennement utilisées en face à face (entre deux personnes, le manipulateur et le manipulé), pour le meilleur comme pour le pire. Le dixième chapitre, totalement inédit, nous éclaire sur les techniques de manipulation de masse, utilisées par les professionnels du marketing pour modeler, à notre insu, nos idées, nos goûts et nos façons de consommer.

  • Quatrième édition mise à jour et augmentée du guide de référence du jardinier bio depuis 1985. L'outil indispensable pour cultiver légumes, aromatiques, fruits, fleurs, arbres et arbustes, avec des fiches techniques, de nombreux dessins explicatifs, un cahier pratique avec les gestes indispensables du jardinage bio, des calendriers de travaux, des cartes climatiques, des adresses utiles... Tout pour concilier beauté et productivité, respect de l'environnement et de la santé.

  • Après Jamestown, Les Déserteurs et Géants, les éditions The Hoochie Coochie sont fières de continuer à éditer le remarquable travail de Christopher Hittinger. D'autant que les ambitions et le mûrissement de l'auteur s'avèrent tout particulièrement palpables avec ce nouveau projet : portrait du XIVe siècle en Europe occidentale, l'auteur nous présente en 100 saynètes fictives ou historiques mais toujours ancrées dans le réel (une par année, allant de la simple case unique à des bandes dessinées de une à quarante pages, en passant par de splendides illustrations commentées), le dernier siècle du Moyen-Âge (la Peste noire, la guerre de Cent Ans) qui est tout autant le dernier siècle avant la Renaissance (siècle de Giotto, du Devisement du monde de Marco Polo, du Décaméron de Boccace, etc.). C'est donc à un panorama de guerres, famines, escroqueries, événements littéraires et artistiques,que nous vous convions aujourd'hui. Christopher Hittinger y élargit notablement sa palette de registres d'écritures et s'affirme comme un pilier d'importance de notre jeune structure.

  • Publiée en 1964 pour la première fois aux éditions Gallimard, puis rééditée en 1989 par André Dimanche, la traduction de L'Énéide de Pierre Klossowski était devenue introuvable depuis plusieurs années. Elle occupe pourtant une place singulière dans les nombreuses tentatives de traduction française de l'oeuvre de Virgile. Michel Foucault, dans l'article qu'il lui a consacré en 1964, tente de définir cette singularité : « Il faut bien admettre, écrit-il, qu'il existe deux sortes de traductions; elles n'ont ni même fonction ni même nature. Les unes font passer dans une autre langue une chose qui doit rester identique (le sens, la valeur de beauté) ; elles sont bonnes quand elles vont "du pareil au même".

  • Un petit lapin se demande ce qu'est le bonheur. Il part à la rencontre des créatures des environs et à tous leur demande : « Dis, c'est quoi le bonheur ? ». Tous ont des réponses différentes : pour la fleur, c'est de sentir les rayons du soleil réchauffer doucement ses pétales, pour le grand chêne, c'est de se sentir beau et majestueux, pour l'oiseau, c'est de planer en liberté alors que pour l'ourse, c'est de se gratter le dos contre un arbre et de ses régaler de miel. Après avoir rencontré aussi des campagnols et un papillon, c'est avec un enfant qu'il apprendra que le bonheur peut prendre beaucoup de formes.

  • Les mots tombent sur la page d'encre en une fine pluie de paroles resserrées qui semblent traduire le plus ordinaire des jours.
    Paysages urbains, instants fixés dans leur singularité, rêveries permises, ciels et sols mêlés, tout ici se reflète dans l'oeil aiguisé de la narratrice ou dans l'objectif, réservé, du photographe.
    On ne touche pas, on effleure. On n'affirme pas, on suggère. Ce livre propose les choix poétiques de deux regards complices. La tendresse et la fragilité humaines sont, de nouveau, à l'ordre du jour.

  • Auteur d'un vaste Traité des tumeurs, qui a fait date dans l'histoire des recherches sur le cancer, le grand Paul Broca pouvait aussi s'adonner à de savantes distractions, qu'il ne se proposait pas forcément de publier. Il a composé vers 1855 une réjouissante histoire de la cancérologie, qu'il a écrite à la manière d'Hérodote et de Xénophon, et avec l'humour de Lucien. Traçant la carte des conquêtes de la cancérologie, qui se trouve coïncider avec l'Afrique, terre contemporaine d'explorations, et relatant l'histoire de cette discipline avec les mots de la Bible, dont il propose une brillante parodie, il manie allègrement l'anachronisme, joue avec les mots, invente aux noms des grands médecins ou cancérologues des étymologies grecques, sans du tout renoncer au sérieux de l'historien, conscient des lenteurs comme des progrès de la cancérologie.
    Qui sait s'il n'envisageait pas d'écrire un jour son histoire en laisses monorimes, à la manière des chansons de geste ? Les listes de rimes qu'il a dressées et qu'on publie ici le montrent averti des recherches contemporaines sur ce qu'on appelait notre vieille littérature.

empty