Ems - Management Et Societe Editions

  • Croissance rapide de nouvelles formes de vente, stratégies de mutualisation des ressources logistiques, phygitalisation, plateformisation, politique de réenchantement des points de vente... Autant de bouleversements du paysage économique qui font désormais de la distribution une fonction clé de la gestion des entreprises. Comprendre et expliquer à la fois sa dynamique et ses enjeux revêt, à ce titre, une importance majeure. Rédigé par trois spécialistes reconnus du sujet, l'ouvrage se fixe pour objectif d'aborder de façon pédagogique les principales dimensions de la distribution : la relation avec l'acheteur final, la gestion des interfaces entre industriels et distributeurs, et les enjeux stratégiques liés à l'organisation du canal.

    En rapprochant les plus récentes recherches internationales de l'analyse approfondie des pratiques et stratégies du secteur, la troisième édition de ce livre, devenu un "classique" dès sa sortie, et abondamment cité depuis lors, propose une synthèse originale et ambitieuse sur un certain nombre d'interrogations très actuelles. Etayé de très nombreux exemples et illustrations, il s'adresse à un large public d'étudiants, de chercheurs et de praticiens qui souhaitent prendre connaissance des tendances d'évolution les plus significatives en matière de management de la distribution et de comportements de ses principaux acteurs.

  • Dans les économies de la connaissance contemporaines, la question de la protection des innovations constitue un enjeu central : il ne s'agit pas seulement de mettre au point des nouveautés, il faut également être en mesure de les protéger, c'est-à-dire de s'approprier les profits qu'elles génèrent. Depuis quand la protection des innovations fait-elle l'objet d'une attention particulière ? Comment cette protection peut-elle être mise en oeuvre ? Et enfin, la protection des innovations est-elle une entreprise bien légitime ?

    Cet ouvrage retrace tout d'abord l'histoire de la problématique de la protection des innovations, de ses origines jusqu'à nos jours. Il offre ensuite un panorama exhaustif des moyens qui permettent l'appropriation des revenus générés par les innovations. Il montre ainsi que les organisations ont recours à toute une série de pratiques, en interne comme vis-à-vis de leurs concurrents, qui dépasse largement le simple usage de la propriété intellectuelle. Il met finalement en évidence les enjeux socio-économiques associés à l'appropriation des innovations, et les tensions qui existent entre captation privée et répartition collective de leurs bénéfices.

    Accessible, ce livre offre la synthèse la plus complète disponible sur ce sujet d'actualité. Il est destiné aux inventeurs et aux entreprises pour guider leurs pratiques, comme à toutes les personnes - étudiants, enseignants ou chercheurs - qui souhaitent en approfondir la compréhension.

  • Les banques ont connu des mutations profondes au cours des trois dernières décennies. La dérégulation ayant accompagné la mondialisation des échanges a profondément modifié l'industrie bancaire en même temps que naissaient des risques nouveaux. Intimement liées aux marchés financiers dont elles se différencient pourtant quant aux fonctions qu'elles remplissent, les banques constituent un des deux pôles d'un système financier complexe, instable, mais contributif à la croissance et au développement.

    Cet ouvrage présente les éléments fondamentaux de compréhension des banques. Il met en évidence leurs spécificités et les risques qui leur sont génétiquement associés. En particulier, les risques de liquidité, de marché, et de crédit sont définis, mesurés, et les modalités de leur gestion sont précisées.

    Les vagues de fusions et acquisitions issues de la dérégulation, de même que l'extrême imbrication des systèmes bancaires ont eu pour conséquence l'émergence de banques "too big to fail" et d'un risque systémique. Les autorités internationales et nationales tentent aujourd'hui de contenir ce risque par une réglementation complexe dont la gouvernance et les objectifs sont présentés dans cet ouvrage. Cette nouvelle régulation de l'industrie bancaire doit être inspirée de considérations éthiques qui ne sont pas absentes de l'ouvrage.

    Cet ouvrage emprunte aux sciences économiques et de gestion. Les exposés, s'ils sont le fruit d'une profonde imprégnation des théories bancaires les plus actuelles, privilégient toujours l'intuition économique et sont illustrés d'exemples chiffrés.

  • Le management interculturel recouvre la gestion des équipes lors des rapprochements d'entreprise, la négociation de contrats, les transferts internationaux des outils de gestion, les aspects intergénérationnels, la performance d'équipes multiculturelles de travail, les actions de formation comme l'expérience subjective d'intégration de futurs expatriés et de leurs familles en terres étrangères.

    Gestion de la diversité, mobilité des expatriés, communication à distance, performance des équipes multiculturelles, organisations apprenantes... autant de thèmes de profonde actualité qui sont explorés dans cet ouvrage original. Autant d'occasions aussi de déconstruire certaines idées reçues sur la reconnaissance des différences.

    Ce livre vise à faire un état des lieux des recherches interculturelles les plus influentes en France et dans les champs francophones du travail sur les quarante dernières années. Dans un pays qui est véritablement lui-même que s'il attire à lui et valorise les idées et intelligences venues d'ailleurs, ce livre propose d'abriter ces productions au sein de trois courants principaux de recherche et d'action. S'appuyant à la fois sur des apports sociologiques, des enseignements anthropologiques et des considérations actuelles propres à la discipline de la gestion, cet ouvrage cherche à revenir sur les présupposés conceptuels qui irriguent les recherches de ce champ très composite nommé "interculturel" dans la sphère du travail et à cerner des perspectives nouvelles de développement disciplinaire pour le concept de culture. Si jusqu'à présent les explications en termes de cultures nationales ont été favorisées, le management interculturel entre dans un âge de raison et se doit aussi d'intégrer à son questionnement le lien nécessaire entre cultures et identités, entre force des ancrages collectifs et singularités des trajectoires individuelles.

    Sur commande
  • Un collectif de voix invite à composer, et non à appliquer, notre propre méthode de recherche qualitative. Être en recherche c'est vouloir comprendre, apprendre et penser et c'est en même temps lutter contre nos propres résistances, impatiences et préconceptions - et c'est pour tout cela que nous avons besoin de méthode. Apprenons à composer notre méthode de façon à ce qu'elle nous pousse à nous exposer d'une façon sincère et plurielle, à nous ouvrir à la rencontre et à l'inattendu, avant de vouloir prendre de la distance. Qu'elle nous amène à cheminer, à nous laisser emporter vers ce que nous ne savons pas encore, prêts à faire bouger le tenu pour acquis et non à seulement nous caler dans les théories établies. Qu'elle nous impose de réfléchir au contexte de notre recherche, à ses effets sur le monde étudié et sur notre communauté, à notre position, à notre façon d'enquêter, de penser et d'écrire. En effet, sans un contact profond, sensible, à l'écoute et réflexif, que pouvons-nous comprendre ? Si la recherche ne nous a pas dérangés, défiés, mis en mouvement, alors qu'avons-nous appris ? Et si nous n'avons pas tenté de penser cette expérience de recherche par nous-mêmes et avec toutes les ressources de la théorie, quelle est notre contribution ?

    Cet ouvrage s'adresse aux chercheurs, confirmés ou débutants, en théorie des organisations et de la communication, et plus largement en sciences sociales. Il présente d'abord un ensemble de méthodes génériques qui agencent des façons originales de s'exposer, de cheminer et d'exercer sa réflexivité. Ensuite il indique une quinzaine de problématiques qui régulièrement se posent lors de la composition de sa méthode et la façon selon laquelle un chercheur expérimenté y a fait face. Tâchant de ne pas être normatif et d'appeler tant à la créativité qu'à la réflexivité, de mêler questionnement épistémologique et enjeux éthiques et politiques, il invite - au-delà de faire de la recherche - à "être en recherche" : avec engagements et doutes, sens et sensibilité, rigueur et style.

    Sur commande
  • Depuis plus d'un siècle, les outils de contrôle de gestion ont permis de répondre aux besoins de gestion de processus de plus en plus complexes. La nécessité de déléguer la prise de décision au plus près des acteurs de terrain tout en conservant une vision globale des processus a conduit au développement de nombreux outils qui vont du contrôle budgétaire au Balanced Scorecard en passant par le calcul des coûts et le reporting.

    Mais le contrôle de gestion n'est pas seulement un outil de coordination des processus, il est également un outil qui façonne les processus organisationnels et agit sur les interactions sociales et environnementales. Avec la numérisation massive de l'information et la multiplication des données, la recherche de l'efficience des processus a fait disparaître toute question anthropologique. Pourtant, par sa manière de collecter, de trier, d'analyser et de présenter l'information, le contrôle de gestion induit une certaine approche de l'être humain, de la société et de son environnement. Trois considérations sont déterminantes :

    Intégrer des informations économiques, sociales et environnementales.
    Être le noeud par lequel transitent les informations digitalisées, le point de contrôle qui assure la fiabilité et la pertinence des informations transmises.
    Donner du sens à des informations abstraites, en transformant des chiffres en une histoire porteuse de sens pour les employés, les actionnaires et toutes les parties prenantes de l'organisation.

    Sur commande
  • Dans une économie mondialisée, où les relations sociales se distendent et où les normes morales et sociales connaissent des évolutions très fortes, le besoin de confiance apparaît plus que jamais nécessaire. En formalisant les procédures, les mécanismes de contrôle et les règles de supervision, le contrôle interne apporte la garantie que le produit ou le service réalisé correspond bien aux caractéristiques qui lui sont attribuées. L'audit est le complément, la certification (le plus souvent externe) que les procédures de contrôle interne fonctionnent et sont adaptées, et que le produit ou le service réalisé respecte les normes en vigueur.

    Sans un système de contrôle interne efficace et efficient qui apporte la garantie d'un réel pilotage de l'organisation, et sans un audit de qualité qui apporte aux parties prenantes la confiance dans l'information transmise, c'est l'ensemble du système de gouvernance de l'entreprise qui s'effondre.

    Se former au contrôle interne et à l'audit ne devrait donc pas d'abord consister en l'apprentissage de normes qu'il suffirait d'appliquer, mais plutôt en la formation du jugement, de la capacité humaine à appréhender un système complexe pour en percevoir les forces et les faiblesses et pour en évaluer les risques qui pèsent sur les diverses parties prenantes.

    Sur commande
  • La finance d'entreprise se préoccupe de la recherche et de l'allocation des ressources financières de façon à permettre à l'entreprise de créer de la valeur.

    L'évolution de l'environnement financier et de la recherche en finance a profondément fait évoluer le raisonnement financier au cours des dernières décennies. Ce dernier s'articule désormais autour de deux dimensions principales, la rentabilité et le risque, qui conditionnent l'ensemble des décisions financières et la mesure de la valeur créée.

    Ce manuel est un ouvrage d'introduction à la finance d'entreprise :
    -il s'adresse en particulier à des étudiants débutants dans le domaine et n'appartenant pas à des filières spécialisées en finance (options non financières des masters d'économie et de gestion ou des grandes écoles de gestion, écoles d'ingénieurs...) ;
    -il permet d'acquérir rapidement l'essentiel de la discipline (diagnostic financier, choix des investissements et des financements, options, évaluation, gestion financière à long et à court terme) ;
    -il privilégie l'apprentissage rigoureux du raisonnement financier ;
    -il ne requiert aucune connaissance préalable en comptabilité, économie, droit et mathématiques autre que les connaissances élémentaires de toute personne qui étudie la gestion.

    Agrégé des Facultés en sciences de gestion, Gérard Charreaux est professeur émérite en sciences de gestion à l'Université de Bourgogne. Docteur d'État en sciences de gestion et diplômé expert-comptable, il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages portant sur la gestion et la théorie financières, la gouvernance des entreprises et la théorie des organisations.

    Sur commande
  • L'entrepreneuriat est au coeur de l'actualité. Les aventures médiatisées de Steve Jobs, Bill Gales ou encore Richard Branson rappellent que les entrepreneurs sont les nouveaux héros de la mythologie économique. Les médias se passionnent pour ces aventures commencées modestement dans un garage ou dans une chambre d'étudiants et qui se poursuivent au Nasdaq. L'entrepreneuriat ne se limite pas à ces belles histoires ; il prend de multiples firmes, de la TPE à la multinationale, et s'inscrit dans des contextes aussi variés que la haute technologie ou l'économie sociale et solidaire. Au cours des vingt dernières années, l'entrepreneuriat est devenu un véritable phénomène de société laissant penser que nous pourrions tous devenir entrepreneur. Si l'entrepreneuriat est avant tout une pratique, il s'agit aussi d'une discipline de plus en plus enseignée tant à l'université que dans les écoles de commerce et d'ingénieur. L'objectif de cet ouvrage est de proposer des grilles de lecture et des outils utiles aux porteurs de projet. Il s'adresse aux étudiants, aux porteurs de projet et aux spécialistes de l'accompagnement entrepreneurial.

    Sur commande
  • L'anticipation est la préoccupation quotidienne du manager.
    Inondé d'information, devant réagir promptement, celui-ci se fie à sa perception des événements et de leur évolution. Mais la perception humaine est faillible. Conduite par des stratèges qui " pensent dans le pensable ", appliquent des schémas familiers à des situations exceptionnelles, l'entreprise se méprend, s'égare dans des stratégies stéréotypes, perd le contrôle de sa vision, puis sa vision elle-même.

    Cet ouvrage ne propose pas de " recettes miracles ", pas plus de calcul savant pour charmer le cours du temps, et conférer, en trois tours de passe-passe mathématique, un caractère scientifique à des songes futuristes.
    Son propos est de susciter, chez le lecteur, la curiosité et de l'aider à mieux comprendre ce qui façonne à son insu sa perception de l'entreprise et de son devenir.

    Destiné au lecteur décidé à mener une réflexion profonde sur l'entreprise, et à tous ceux qui croient que l'homme est une ressource inépuisable de changement, cet ouvrage invite stratèges et managers à " camper sur des sables mouvants ".
    Au-delà de la pratique de la prospective, il suggère une réforme des modes de pensée dont les mots-clés sont mobilité, sagacité et adaptabilité.

  • A la différence de la communication, le reporting ne vise pas à faire connaître mais à rendre compte.
    Il doit désormais intégrer non seulement des éléments monétaires issus du contrôle budgétaire mais également des éléments plus qualitatifs touchant au domaine social ou environnemental. L'existence simultanée d'une centralisation de l'information et d'une décentralisation de la prise de décision nécessite plus que jamais le recours à des processus budgétaires adossés à des processus de reporting. Cet ouvrage est construit en trois chapitres.
    Les deux premiers présentent successivement le contrôle budgétaire puis le reporting et le troisième s'attache à mettre en perspective ces outils dans le cadre de la gouvernance des Organisations. Pour répondre aux attentes multiples et diverses des parties prenantes de l'Organisation, les dirigeants doivent s'appuyer sur les budgets pour déléguer et sur le reporting pour rendre compte. Cette nouvelle édition enrichie intéressera les étudiants et enseignants des filières gestion, comptabilité et finance.
    Les praticiens des professions comptables, contrôle et audit y trouveront des outils concrets et actualisés.

    Sur commande
  • L'ouvrage, rédigé par trois spécialistes, se fixe pour objectif d'aborder de façon pédagogique les principales dimensions de la distribution :


    * relation avec l'acheteur final, à travers des points de vente dont la gestion ne cesse de se complexifier ;


    * Interface entre fournisseurs et distributeurs, à travers le management efficace des flux logistiques et transactionnels ;  * Variable d'action de la politique marketing, à travers des choix d'organisation mais aussi de pilotage des relations d'échange.


    En rapprochant les plus récentes recherches internationales de l'analyse des pratiques du secteur, ce livre propose une synthèse originale sur un certain nombre de grandes interrogations stratégiques.

  • La théorie des jeux est une approche formalisée de l'interaction entre les individus.
    Elle modélise les interdépendances pour mettre en évidence la manière dont les actes stratégiques se construisent et se répondent les uns aux autres. Elle est d'autant plus utile au décideur que les raisonnements qu'elle suscite l'aident à saisir pourquoi et comment les divers paramètres d'un contexte donné influencent les stratégies jouées. La théorie des jeux éclaire ainsi efficacement de nombreux contextes de gestion.
    L'approche retenue dans cet ouvrage, qui s'adresse à un large public de gestionnaires, se veut pédagogique :
    - la lecture de l'ouvrage ne nécessite pas de pré-requis particulier - les commentaires sont préférés aux démonstrations formalisées - les thèmes et concepts présentés, dont l'équilibre de Nash, l'équilibre parfait, l'équilibre séquentiel, la rétroduction, l'induction projective et les processus évolutionnistes, sont abondamment illustrés dans des situations interactives issues de la gestion.
    En particulier, un fil rouge portant sur le thème de l'assurance permet d'appliquer tous les concepts exposés.

  • L'ouvrage traite de l'importance de la prestation de services logistiques dans les économies occidentales, en indiquant que les PSL évoluent d'une simple maîtrise d'exploitation des opérations à une maîtrise de conception des réseaux logistiques. Dans un premier temps, il propose un éclairage à la fois managérial et théorique de la prestation logistique, dont l'objectif est de fournir une " photographie " de la profession et de son importance économique. Dans un deuxième temps, le système d'offre du PSL est présenté en précisant les services traditionnels et les services additionnels pris en charge. Dans un troisième temps, l'évolution du métier de PSL vers l'assemblage de compétences est analysée, en insistant tout particulièrement sur son rôle central dans la gestion de plates-formes modulaires. Dans un quatrième temps, enfin, s'ouvre une réflexion sur les tendances les plus avant-gardistes de la prestation logistique où certains PSL sont capables de composer, décomposer et recomposer des supply chains devant s'adapter le plus rapidement possible aux mutations de l'environnement (modèle du plug and play / unplug).

    Sur commande
  • Croissance rapide de nouvelles formes de vente (notamment du commerce électronique), stratégies de mutualisation des ressources logistiques, politique de réenchantement des magasins...
    Autant de bouleversements du paysage économique qui font désormais de la distribution une fonction clé de la gestion des entreprises. Comprendre et expliquer à la fois sa dynamique et ses enjeux revêt, à ce titre, une importance majeure. Rédigé par trois spécialistes du sujet, l'ouvrage se fixe pour objectif d'aborder de façon pédagogique les principales dimensions de la distribution : la relation avec l'acheteur final, la gestion des interfaces entre industriels et distributeurs, et les enjeux stratégiques liés à l'organisation du canal.
    En rapprochant les plus récentes recherches internationales de l'analyse approfondie des pratiques du secteur, la deuxième édition de ce livre, devenu rapidement un "classique" à sa sortie, propose une synthèse originale sur un certain nombre d'interrogations très actuelles. Etayé de très nombreux exemples et illustrations, il s'adresse à un large public d'étudiants, de chercheurs et de praticiens qui souhaitent prendre connaissance des tendances d'évolution les plus significatives en matière de management de la distribution et de comportements de ses principaux acteurs.

  • Les informations sont de plus en plus considérées comme une ressource l'entreprise, au même titre que les matières, l'argent, les personnes.
    Les savoirs et les compétences. Dans certains cas extrêmes, les informations sont même la " matière " unique de production. II ne devrait donc pas être étonnant que les informations fassent également l'objet d'une gestion rigoureuse. La qualité de l'information devrait être un objectif permanent des dirigeants et des managers de terrain. Dans le cas contraire, on doit s'attendre à ce que l'entreprise soit pénalisée de multiples façons, de même qu'elle serait pénalisée si elle gérait mal, ou pas du tout, ses matières ou ses finances.
    Pour dépasser les abstractions nous avons choisi une image et un fil directeur. L'image, c'est la maladie de l'information ; le fil directeur ce sont les diverses maladies de l'information dont peut souffrir une entreprise, ainsi que leurs conséquences sur ses performances économiques. Cet ouvrage traite des trois familles d'informations : les informations de fonctionnement (pour les opérations courantes de gestion).
    Les informations d'influence (dans laquelle se situent la communication interne et la communication externe) et les informations anticipatives d'évolution ou d'anticipation (lesquelles concernent la veille anticipative stratégique). Dans cet ouvrage, l'information est considérée tour à tour comme un processus et comme un produit du processus. On parlera donc des maladies de l'information en tant que produit (appelées maladies organiques de l'information) et également en tant que processus (appelées maladies circulatoires).
    Pour chacune des maladies sont proposés des moyens de les dépister et de les soigner.

    Sur commande
  • La capacité d'innovation est aujourd'hui l'une des clés de la compétitivité de l'entreprise.
    Dans un contexte de plus en plus exigeant (mondialisation, réduction du cycle de vie des produits, accélération du progrès technique, développement des technologies de l'information,...) s'est développé un ensemble de concepts, de théories et de démarches visant à comprendre et gérer l'innovation. Discipline encore jeune, la gestion de l'innovation se situe à la croisée de la stratégie, du marketing et du management des structures de l'entreprise.
    Les objectifs de cet ouvrage sont de présenter les différentes problématiques de la gestion de l'innovation :
    - A quel moment faut-il innover ?
    - Comment peut-on favoriser la diffusion de l'innovation sur le marché ?
    - Existe-t-il des dispositifs organisationnels propices à l'innovation ?
    - Dans quelle mesure la capacité d'innovation de l'entreprise passe-t-elle par la recherche active de partenaires ?
    Sur ces questions, l'ouvrage apporte une vision synthétique des connaissances accumulées et souligne les exigences, parfois contradictoires, de l'innovation.
    Véritable outil de réflexion, il s'adresse aux étudiants en gestion (2e et 3e cycles) mais aussi aux décideurs d'entreprise et à tous les acteurs concernés par les projets d'innovation : ingénieurs, chefs de projet, consultants, responsables marketing,....

  • La finance d'entreprise se préoccupe de la recherche et de l'allocation des ressources financières de façon à permettre à l'entreprise de créer de la valeur.




    L'évolution de l'environnement financier et de la recherche en finance a profondément fait évoluer le raisonnement financier qui s'articule désormais autour de deux dimensions principales, la rentabilité et le risque, qui conditionnent l'ensemble des décisions financières la mesure de la valeur crée.

  • L'objet de ce livre est de présenter les notions fondamentales des mathématiques financières.





    Il est composé de deux parties. La première rassemble les éléments de base nécessaires pour comprendre les opérations classiques de prêts d'emprunts ainsi que les instruments usuels de l'analyse des marchés financiers. La seconde utilise systématiquement le calcul des probabilités et le calcul stochastique dont elle donne les principaux résultats utilisés couramment en finance.

  • Toute organisation acquiert, contrôle et consomme des ressources ; celles-ci lui permettent d'accomplir ses objectifs ou ses missions.
    La gestion stratégique des coûts est une démarche visant à mettre en relation de manière explicite les consommations de ressources avec la création de valeur pour le client ou l'usager. Ainsi, le calcul des coûts ne se limite plus à une approche analytique, mais vise à repenser l'organisation dans sa capacité à coordonner des ressources pour répondre à une demande. Quatre aspects fondamentaux forment la cohérence de cet ouvrage.
    Le premier porte sur la nature même des organisations, c'est-à-dire sur le rôle qu'elles remplissent, notamment par rapport aux marchés, dans la combinaison des ressources pour offrir un produit ou un service spécifique. Le second aspect porte sur la nature des ressources consommées et sur leur mode de consommation et d'appréhension. Le troisième aspect est l'utilisation du suivi des coûts pour le contrôle et la motivation du personnel, et pour la prise de décision, notamment dans un univers incertain connaissant des évolutions fortes et rapides.
    Le dernier aspect est l'exploitation stratégique du suivi des coûts afin de repenser l'organisation, et notamment la pertinence et la cohérence des activités qu'elle réalise.

  • Si les réductions des asymétries d'information et des coûts de transaction sont traditionnellement présentées comme la " raison d'être " des banques, celles-ci ont également pour spécificité de créer les moyens de paiement nécessaires à la croissance économique.
    L'ouvrage présente le système bancaire dans sa dimension historique et institutionnelle. Plusieurs chapitres traitent des différents métiers de la banque (de la gestion de moyens de paiement à l'intermédiation de bilan et de marché). Les principaux indicateurs de rentabilité sont analysés et d'importants développements sont consacrés à la gestion des risques bancaires ainsi qu'au dispositif prudentiel, depuis l'accord de Bâle de 1988 jusqu'à la réforme McDonough actuellement discutée, dont la vocation est d'assurer la stabilité du système financier.
    Les auteurs traitent enfin des transformations, en particulier de structure, qui affectent aujourd'hui le système bancaire.

empty