Alain Blanc

  • Handicap, travail, action publique ; les métamorphoses du handicap Nouv.

    Une réflexion sur un temps long pour mesurer l'évolution.
    L'ouvrage rassemble des textes écrits entre 1995 et 2019 sur l'insertion professionnelle des personnes handicapées. Tous présentent une réflexion sur le handicap, le travail et l'action publique, avec des différences de formes : textes plus ou moins longs, recours à des données de natures différentes (quantitatives ou qualitatives), etc.
    Au final, cet assemblage s'inscrit dans une double démarche : aborder la question du travail des personnes handicapées selon trois niveaux interagissant (le droit, les acteurs, les employeurs) et mobiliser les concepts qui en découlent sous l'angle des sciences sociales.

  • Meisho-e : dans la tradition picturale nippone vues célèbres, ces estampes bien connues depuis les Trente-six vues du Mont Fuji de Hokusaï ou les Cent vues d'Edo de Hiroshige. Quatre-vingt-onze vues d'un Japon septentrional : les photos ici ne saisissent nullement des lieux fameux chargés d'histoire ou de littérature, mais quelques scènes glanées dans le T?hoku et à Hokkaid?, tout au nord de l'archipel.
    Des scènes surprises dans la ville de tous les jours, entre néons et marchés, gratte-ciel et sanctuaires. Des scènes d'une nature très présente avec ses jardins ciselés et ses brumes, ses monts et ses rochers expressifs.
    Quatre-vingt-onze vues de l'ordinaire, du fugace et de l'intemporel, du sauvage et de l'ouvragé. Des éléments et de l'imaginaire mêlés. Des vues assurément subjectives d'un Japon parmi mille. D'un Japon d'hier et d'aujourd'hui. D'un peuple qui compose en toute occasion. Avec un pinceau, un sabre, un arc, trois vers ou deux baguettes. Avec bois, paille et papier, avec arbres, pierres et fleurs. Avec le silence, le vide. Autant de voies.

  • Cet ouvrage propose une perspective d'ensemble pour construire une sociologie du handicap. Son approche associe trois dimensions : la production sociale du handicap à travers les deux temps nécessaires à sa définition - un corps défaillant et un environnement inhospitalier ; la reconnaissance et la prise en charge des handicapés à travers les actions associatives, médico-administratives et publiques ; l'accueil des personnes handicapées au sein de la collectivité, l'altération des interactions et l'imaginaire de la séparation qui en découle. Cette 2e édition,augmentée d'une postface , prend en compte l'évolution des prises en charge.

  • Une terre pas si ferme

    Alain Blanc

    Sur commande
  • En ce début de troisième millénaire, l'accompagnement à domicile des personnes âgées et des personnes handicapées constitue un enjeu de société réactualisé.
    Le nombre de ces personnes et les possibilités de leur accompagnement, collectivement valorisées, sont en effet en augmentation. Plusieurs solutions sont possibles pour prendre en charge ces personnes dépendantes, dont l'institutionnalisation et les différentes formes de l'aide à domicile. Le recours aux aidants familiaux constitue une autre option qui correspond aux attentes des familles et des aidés et satisfait la vie collective, dans la mesure où l'action des aidants peut se substituer à celles des acteurs publics.
    Cet ouvrage montre la difficulté des aidants familiaux confrontés, d'une part, à l'accompagnement des populations connaissant des formes inégales et variées de la perte d'autonomie et de la dépendance et d'autre part, aux contraintes difficiles imposées par les familles et par les différents niveaux de la puissance publique. Le recours à des aidants familiaux étant une solution à un problème rencontré dans la vie collective, ces aidants ont la possibilité de se constituer en acteur collectif.
    Afin d'élargir la réflexion, deux situations, en Suisse et en Belgique, complètent l'ouvrage. Ont participé à cet ouvrage : Annick Anchisi, Alain Blanc, Béatrice Despland, Colette Eynard, Marie Francoeur, Catherine Gucher, Simone Korff-Sausse, Amandine Jasmine Mazuy, Michele Myslinski, Amédine Ruffiot, Gilles Séraphin, Amandine Weber.

  • Sur commande
  • Inconditionnel du livre, comme lecteur, j'apprécie au plus haut point l'imagination et la qualité d'écriture de certains auteurs qui sont à même de vous transporter à des endroits où vous n'auriez jamais pensé pouvoir aller un jour.
    À mon tour, je me suis essayé à l'écriture, d'abord avec circonspection, comme sur la pointe des pieds, parce que persuadé d'entrer dans un monde réservé à d'autres, un cercle où je n'avais pas ma place.
    J'ai donc essayé par petites touches de construire une histoire qui transporte le lecteur et obtenir un résultat conforme à ce que j'attends d'un écrivain.
    Lire et écrire sont deux démarches connexes comme la pierre et le bois lorsque nos anciens construisaient les églises, les cathédrales et nos beaux châteaux qui embellissent nos vies aujourd'hui.
    Lire et écrire sont indissociables, du moins dans mon esprit, et, à y regarder de plus près, je ne crois pas me tromper en disant qu'ils dépendent l'un de l'autre : un lecteur sans livre n'est rien et un livre sans lecteur n'est rien non plus.
    J'essaie par l'écriture de rendre un peu de ce que les auteurs m'ont apporté, d'autant que, en écrivant, l'on se transporte soi-même où l'on veut amener le lecteur.

    Sur commande
  • Le jardin sans eau ni végétation, le jardin sec se dit « kare san sui », mot à mot « sec montagne eau ». En japonais ces deux termes « montagne » et « eau » ont le sens de « paysage ». Le jardin sec deviendra paysage de méditation à l'intérieur des monastères bouddhiques au cours de la période de Muromachi (1333-1568). Un paysage très élaboré aux dimensions restreintes, tout encadré de murs, à contempler comme un véritable tableau d'une exemplaire sobriété, une oeuvre d'art imbibée de spiritualité...

  • Revue voix d'encre 21

    Alain Blanc

    Sur commande
  • Revue voix d'encre 22

    Alain Blanc

    Sur commande
  • Revue voix d'encre 23

    Alain Blanc

    Sur commande
  • Sur commande
  • Élaboré dans l'entre-deux-guerres, le dispositif d'insertion professionnelle dédié aux travailleurs handicapés a, depuis lors, peu évolué : il se caractérise toujours par le triple processus de définition des bénéficiaires, de mise en oeuvre d'actions de médiations leur permettant d'accéder à l'emploi et d'obligations de résultats faites aux employeurs. Alors que par les lois de 1987 et de 2005 ce dispositif a été rénové, dans ses modalités mais pas dans ses fondements, les travailleurs handicapés, qui font toujours l'objet d'une discrimination positive, rencontrent pourtant de récurrentes et inégales difficultés d'accès à l'emploi dont les auteurs de cet ouvrage cernent les modalités, les raisons et les conséquences. D'horizons intellectuels et professionnels différents, ils se focalisent sur des actions, options, thèmes et dispositifs illustrant, en France et durant la période balisée par ces deux grands textes de lois, une toujours réaffirmée volonté collective de solidarité mais qui fait face à des réalités sociales qui en limitent la portée.

  • Walter Benjamin est reconnu comme un penseur majeur des sciences sociales, en philosophie comme en sociologie, grâce à ses écrits sur l'évolution des sociétés occidentales.
     Dans cet ouvrage, Alain Blanc analyse le handicap à la lumière des concepts définis par Benjamin. Chacun des 6 chapitres du livre s'appuie sur un concept phare de l'oeuvre de Benjamin (concept de l'aura, concept de la réparation des corps, etc.) pour réfléchir sur le handicap.
     Cet ouvrage, exigeant mais ambitieux et novateur, est le fruit d'un travail mené depuis 10 ans.

    Sur commande
  • La question du handicap est des plus sensibles qui soient.
    Les pièges de la stigmatisation sont difficiles à éviter, parfois avec la meilleure volonté du monde. Faut-il alors s'étonner qu'on manque aussi cruellement d'une réflexion sociologique, poussée et actuelle, sur le thème ? Pour autant, comment accepter cet évitement qui conduit à faire l'impasse sur des traits fondamentaux du fonctionnement social ? Il faut croire que de la rue aux terres ouatées du savoir, les personnes handicapées, porteuses de " déficience ", constituent, un " trouble à l'ordre public "...
    Désordre des apparences, le handicap déstabilise l'ordre des relations sociales. D'où l'importance du présent livre. Son auteur propose une approche aussi forte qu'innovante. Prenant appui sur les apports antérieurs de la sociologie, il explore à nouveaux frais la situation des personnes handicapées, et avance le concept de liminalité : une sorte d'entre-deux durable entre insertion problématique et jamais assurée, et exclusion évitée au nom de l'égalité démocratique.
    Apportant sa contribution à une sociologie générale des stigmates d'une part, du changement au sein des sociétés contemporaines d'autre part, il envisage la situation des handicapés comme un point de cristallisation des relations entretenues avec les personnes " différentes " : le modèle présenté aidera ainsi à situer et comprendre des populations (migrants), des lieux (quartiers), des moments (phases de mobilité), tous marqués au sceau de l'instabilité.
    Ce livre s'adresse aussi bien aux étudiants et enseignants en SHS qu'aux personnes concernées, à titre professionnel, bénévole ou simplement humain par les questions du handicap.

  • Recueil de travaux inédits, d'études historiques, et de propositions esthétiques, cette anthologie d'approches théoriques et artistiques féministes en art contemporain affirme la nécessité de penser l'articulation entre art et histoire globale, art et genre, art et corporéités, art et post-colonialité, à partir de références textuelles, visuelles, performatives et conceptuelles.

    Avec les contributions de : Marie-Laure Allain Bonilla, Émilie Blanc, Johanna Renard et Elvan Zabunyan.

  • Une première approche de la démarche entrepreneuriale et de la gestion de projet.Un livre-cahier innovant qui a tout pour plaire aux élèves :un format léger et compact ;une maquette attractive ;des zones de réponse à compléter pour s'approprier le cahier.Une découverte du fonctionnement des organisations par une approche très simplifiée.Des missions pour mettre l'élève en situation et le rendre acteur (en groupe ou de manière individuelle).En fin d'ouvrage, des pages dédiées à la trace écrite des élèves.

  • Au terme du passage, n'avoir déposé pour toute trace que ces pages tatouées de signes peu sûrs, également doués d'inquiétude et d'émerveillement. Qu'un bouquet d'articles de A à Z, composé malgré tout avec patience, sinon obstination. Sans le mutisme d'une carpe, mais non sans son ignorance...
    Comme un legs infime et redoutable, pérenne et délébile, que seuls nous accorderaient ceux qui vont s'allégeant sur leurs chemins de brume. Un don discret dans la rivière des jours.
    À travers les charivaris du temps commun à tous, avoir un peu approché l'intime avec un semis de mots plus ou moins serré.
    Avoir entremêlé la prose du monde et ces phrases ou ces vers que l'auteur voudrait aussi devant soi.
    Avoir consigné, au bout d'incursions aussi étonnées que passagères, l'abécédaire d'un poisson d'eau douce-amère, d'une carpe à la merci d'une terre tout en clair-obscur.

    Sur commande
empty