Benoît Collombat

  • Le 15 décembre 1997, le journaliste Jean-Pascal Couraud dit JPK disparaît. Cet ancien rédacteur en chef des Nouvelles de Tahiti enquêtait sur les affaires de l'ancien président de la Polynésie française, Gaston Flosse. Disparition volontaire, suicide ou meurtre ? En remontant les pistes, Benoît Collombat découvre un système d'administration et de police parallèles organisé au sein d'un Etat qui ferme les yeux. C'est toute l'histoire de la Polynésie française et de sa situation si étrange dans la République qui se dévoile à nous. Depuis que la France avait choisi, en 1966, ces terres lointaines pour ses expérimentations nucléaires, le paradis tahitien s'était transformé en un territoire hors de toutes les règles et de tous les cadres habituels. JPK en est-il mort ?

  • Le 30 octobre 1979, le corps de Robert Boulin est retrouvé dans un étang de la forêt de Rambouillet. Ministre du Travail et de la Participation du gouvernement de Raymond Barre, Boulin est alors donné favori pour Matignon. Résistant, gaulliste, député-maire de Libourne, proche de Jacques Chaban-Delmas, il s'est opposé frontalement au président du RPR, Jacques Chirac. Ce dernier a engagé une lutte sans merci contre le président de la République, Valéry Giscard d'Estaing. Fin 1979, une sombre affaire immobilière publiée dans Le Canard enchaîné met Robert Boulin en difficulté politique. Sa mort est immédiatement présentée comme un suicide. En juin 1983, la famille Boulin, après avoir cru au suicide, dépose plainte pour « homicide volontaire. » Mais en mars 1992, la justice conclut à un non-lieu. Au terme de plus de quatre ans d'investigation, l'auteur livre une contre-enquête qui remet en cause la version officielle du suicide par noyade après absorption de Valium. Ce livre dévoile les coulisses de l'une des affaires les plus obscures de la Ve République.

    Sur commande
  • Un livre d'une brûlante actualité sur le choix des dirigeants européens, depuis le début des années 1980 jusqu'à aujourd'hui, de sacrifier l'emploi... et les effets dévastateurs de ce choix.
    C'est une enquête fouillée, documentée, riche des témoignages d'anciens ministres, de conseillers de présidents de la République, d'anciens directeurs du Trésor ou du FMI, de banquiers, d'économistes, de juristes, de sociologues et de philosophes...

    Benoît Collombat, journaliste à France Inter, a enquêté sur ce qui a fait basculer les choses : comment et pourquoi les hommes politiques ont « remis les clés » de l'organisation du monde à l'économie et à la finance. Ce basculement repose sur la victoire idéologique, à un moment donné, d'une pensée : le néolibéralisme, pour qui le rôle de l'État est avant tout de servir le marché.
    Quelles personnalités sont à l'origine de ces grands choix économiques ? Quel rôle a joué la construction européenne ? Aujourd'hui, l'épidémie du coronavirus montre bien l'urgence de s'interroger sur ces choix politiques et économiques.

  • C'est la mort du juge Renaud, à Lyon, le 3 juillet 1975, premier haut magistrat assassiné depuis la Libération. Ce sont des braquages de banques, notamment par le fameux gang des Lyonnais, pour financer les campagnes électorales du parti gaulliste au pouvoir. Ce sont les nombreuses exactions impunies du SAC (le Service d'Action Civique), la milice du parti gaulliste, dont la plus sanglante fut la tuerie du chef du SAC marseillais et de toute sa famille à Auriol en 1981 (ce massacre aura bouleversé la France entière, et aura entraîné la dissolution du SAC par le parlement en août 1982). C'est l'assassinat de Robert Boulin, ministre du Travail du gouvernement de Raymond Barre, maquillé en suicide grossier dès la découverte du corps dans cinquante centimètres d'eau, le 30 octobre 1979, dans un étang de la forêt de Rambouillet. Ce sont 47 assassinats politiques* en France sous les présidences de Georges Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing ! Avec, en arrière plan, le rôle actif joué par le SAC, la milice gaulliste engagée alors dans une dérive sanglante. C'est une page noire de notre histoire soigneusement occultée, aujourd'hui encore. En nous faisant visiter les archives sur le SAC, enfin ouvertes, en partant à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque - députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore malfrats repentis -, en menant une enquête approfondie et palpitante, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous font pénétrer de plain-pied dans les coulisses sanglantes de ces années troubles et nous convient à un voyage étonnant, instructif et passionnant à travers les heures sombres de la Ve République.

  • Cinq grands reporters assemblent pour la première fois le puzzle des liens entre l'ancien président français et le dictateur libyen. Une enquête événement sur la corruption au plus haut niveau de la République.
    Les enquêteurs de Mediapart ou Radio France assemblent les révélations d'un immense scandale d'État : intérêts pétroliers et nucléaires, financement de campagne, le tout sur fond d'intermédiaires véreux, d'opérations de désinformation et de décès mystérieux. Une BD-enquête choc alors que Nicolas Sarkozy a été mis en examen en mars 2018.

  • Que faisaient au Rwanda ces militaires français, avant et pendant le dernier génocide du xxe siècle ? Ont-ils joué un rôle, et lequel, dans l'attentat contre l'avion du président Habyarimana, cette « ténébreuse affaire » qui a déclenché le début des massacres, le 6 avril 1994 ? Quelles opérations militaires clandestines ont été conduites au Rwanda ? Dans quel but ? Des armes ont-elles été vendues et livrées au gouvernement du génocide ? Auprès de qui ces soldats, dont le plus célèbre d'entre eux, Paul Barril, prenaient-ils leurs ordres à Paris ? Et que savaient les hauts responsables politiques et administratifs français de ce qui se préparait ?
    Pour répondre à ces questions toujours brûlantes, Benoît Collombat et David Servenay ont retrouvé des archives inédites et rencontré les témoins : politiques, militaires, « barbouzes », etc., dont certains, vingt ans après les faits, ont souhaité témoigner pour l'Histoire.
    Dans ce livre d'enquête, ils démontent les entreprises d'intoxication politico-médiatiques qui ont voulu exonérer la responsabilité de notre pays, et racontent l'engrenage qui a conduit la France à mener une diplomatie secrète aux confins de l'Afrique, et à compromettre son armée dans une guerre qui s'est accompagnée d'un génocide : le massacre planifié de près d'un million de Tutsi et de Hutu modérés par le régime extrémiste de Kigali, durant l'été 1994.

  • Il était une fois un royaume, dans le nord de la France. Le Royaume de la gauche. Intouchable. Ce royaume, c'est la « Fédé », la Fédération socialiste du Nord Pas de Calais, dont personne ne conteste la suprématie. Depuis des décennies, la « Fédé » décide du nom du chef du Parti socialiste. Un royaume avec ses barons (Daniel Percheron, Jean-Pierre Kucheida, Jacques Mellick, etc.), ses luttes d'influences, et sa part d'ombre. Bourrages d'urnes, clientélisme, népotisme, corruption, emplois fictifs, enveloppes de billets, marchés publics truqués : la liste des affaires aujourd'hui est édifiante. Le scandale judiciaire qui s'annonce, énorme. La « Fédé » s'est transformée en forteresse assiégée. Pour enquêter, les auteurs ont dû en franchir les portes et briser l'omerta. Ils découvrent alors des responsables politiques véreux, des chefs d'entreprise peu scrupuleux, des intermédiaires qui font des affaires dans les paradis fiscaux. et parfois même l'ombre du grand banditisme. Un véritable « système mafieux », dont ce livre révèle le fonctionnement au quotidien. C'est ce royaume en décomposition, cette région du Nord-Pas-de-Calais gangrenée par la crise et la désindustrialisation, que le Front national rêve de prendre d'assaut, pour en faire une terre de reconquête. Une tache brune sur les anciens corons. Ce royaume en déliquescence sera-t-il le tombeau du Parti socialiste ?

    Sur commande
  • De la Seconde Guerre mondiale à la crise financière de 2008-2009, chacun croit connaître plus ou moins l'histoire de l'économie française.
    Mais derrière l'histoire officielle des manuels scolaires s'en cache une autre, secrète : elle met en scène les patrons qui ont réellement façonné le capitalisme français. C'est cette saga que racontent dans ce livre cinq journalistes d'investigation. Elle plonge le lecteur dans les arcanes d'un véritable " système " né dans l'après-guerre et qui, malgré ses mutations, marque encore aujourd'hui la machine patronale.
    Du recyclage des anciens cadres de Vichy dans la reconstruction jusqu'aux caisses noires des syndicats patronaux, en passant par le financement secret des partis politiques ou les graves dérives du paritarisme, on découvre le rôle central de personnages aussi puissants que discrets. Comme Georges Albertini, éminence grise du patronat liée à l'extrême droite dans les années 1950, ou les " conseillers du prince " qui ont influencé les choix économiques des présidents successifs de la Ve République.
    On découvre aussi les efficaces lobbyistes d'un patronat capable de se tailler des réglementations sur mesure au mépris de la santé des citoyens. Et qui a su s'appuyer sur des intellectuels et de grands médias pour convertir les élites politiques aux "mérites" de la finance dérégulée. Cette somme brosse le vrai portrait de nombreux patrons français, révèle les bonnes affaires des uns dans la " Françafric ", les juteuses opérations des autres dans l'immobilier ou l'industrie.
    On découvre comment se sont vraiment faites la plupart des grandes fortunes françaises, celles d'hier et d'aujourd'hui : subventions extorquées à l'Etat, entreprises publiques bradées, rachats de sociétés dans des conditions obscures, montages financiers aux marges de la légalité, fraude fiscale, espionnage, coups fourrés, etc. La légende de patrons conquérants, prenant tous les risques pour faire leur fortune à la force du poignet, sort sérieusement écornée de ce magistral livre-enquête.

  • Plupart des grandes fortunes françaises, celles d'hier et d'aujourd'hui : subventions extorquées à Etat, entreprises publiques bradées, rachats de sociétés dans des conditions plus qu'obscures, montages financiers aux marges de la légalité, fraude fiscale, espionnage, coups fourrés, etc. La légende de patrons conquérants, prenant tous les risques pour faire leur fortune à la force du poignet sort sérieusement écornée de ce magistral livre-enquête.

empty