Christian Maucler

  • L'oeil du peintre montre ce que les autres ne voient pas. Est-ce le privilège exclusif de l'artiste ? Anouk et Baptiste, deux adolescents, vont arpenter la vallée de la Loue sur les traces de Gustave Courbet. Seule ombre au tableau, une succession d'événements étranges les accompagne tout au long de leur découverte d'une nature unique...

  • à bientôt papa

    Christian Maucler

    Maxime ne veut pas dire au revoir à son papa. Pourquoi ne reste-t-il pas à la maison avec lui et sa maman ? Pourquoi repart-il loin d'eux, dans son appartement ? Maxime ne comprend pas. Il boude et se fâche. Mais voilà qu'au moment d'aller dormir, son ours en peluche se met à lui raconter l'histoire d'un petit ourson dont les parents se sont séparés. Lui aussi vit tout seul avec Maman Ours. Et lui aussi est inconsolable lorsque Papa Ours le quitte pour regagner sa grotte. En l'écoutant, Maxime comprend un peu mieux et s'endort enfin paisiblement. Pour les enfants à partir de 3 ans et pour les parents à qui les mots manquent pour parler de la séparation.
    />

  • Phil et Sof, est un album dit "anniversaire", constitué d'une sélection de strips publiés depuis une quinzaine d'années dans l'hebdomadaire "Le journal des enfants", avec 45 000 abonnés (faisant partie du quotidien "L'Alsace", avec 80 000 abonnés). La collaboration de l'auteur Christian Maucler avec "Le journal des enfants" a donné l'idée d'un partenariat entre La Société Alsacienne de Publications, grand groupe de presse qui possède les deux titres cités, et les éditions Tartamudo. Cet ouvrage traite du monde de la préadolescence à travers des gags plein d'humour qui délivrent par petites touches une musique légère. Ils amusent et incitent à de petites réflexions qui laissent une trace dans l'esprit de ses jeunes lecteurs. Ils jouent avec quelques facettes des arts narratifs, bandes dessinées, romans, séries policières, séries historiques, théâtres, chansons... les deux personnages principaux, Phil et Sof, représentent une tranche d'âge très peu explorée dans le 9ème Art, et de ce fait, sont novateurs pour tous les niveaux de la librairie.

    Sur commande
  • Les Misérables - Besançon est un projet original en bande dessinée, réalisé à partir de l'oeuvre universelle de Victor Hugo, un immortel natif de Besançon, Les Misérables.
    L'action narrée de ce récit a été bâtie sur la base du roman magistral de Victor Hugo Les Misérables, mais projetée au cours de cette seconde moitié du xixe siècle, dans les décors de la ville de Besançon et d'un certain nombre de villes environnantes sur le territoire du Doubs.
    Elle a pour ambition de donner à lire cette intrigue, connue à l'échelle internationale, sous un jour nouveau et audacieux.
    Un conte légendaire dans son intemporalité dont la renommée n'est plus à prouver, dynamisé par le souffle étonnant de cette nouvelle version.

    Sur commande
  • Home exchange Nouv.

    Simon et Georgie vont enfin réaliser leur rêve : prendre une année sabbatique sous les tropiques pour écrire et peindre. Ils s'envolent pour l'Australie où les attend un échange de maisons. En arrivant au Queensland, ils apprennent que le mari australien n'a pas pu partir en France pour d'obscures raisons professionnelles. Seule sa femme a fait le déplacement. L'homme est, en fait, caché chez un voisin et observe les nouveaux arrivants.
    Particulièrement la femme française. Une femme qu'il connait...
    Une histoire d'amour et de paradoxe temporel... autour de l'univers des échanges d'appartements.

  • Le lac d'Annecy a toujours été une destination touristique prisée. Très tôt, alors que les réflexions sur l'écologie se faisaient jour, le lac d'Annecy avait fait l'objet d'une opération de protection exemplaire qui lui rendait la pureté de ses eaux.
    Michel Amoudry et Christian Maucler nous proposent une promenade autour du lac et sur le lac, en compagnie d'une famille invitée par des amis annéciens.
    Nous découvrirons la réalité d'un « jeune » lac alpin qui vit au rythme des saisons et des caprices de la météorologie ainsi que sa grande et ses « petites histoires ».
    Un lac n'est pas une masse d'eau inerte posée là par hasard. Bien au contraire, sa faune et sa flore en font un élément naturel particulièrement vulnérable sur lequel il faut constamment veiller.

  • L'ami Pierrot - Pierre Dartois de son blaze - est un ancien caïd, comme qui dirait une pointure de l'avant-guerre. Mais les temps ont changé et ses réflexes ont pris du mou...
    Pourtant il va tenter un dernier coup, histoire de faire à sa femme et lui un matelas pour leurs vieux jours. Malheureusement pour eux, Raffini veille...
    Un polar à l'ancienne, façon Simenon ou Les Cinq Dernières Minutes qui offre un petit voyage dans le Temps, à l'âge d'or des Tractions avant et des «Belles américaines»...

    Sur commande
  • Avec ce nouvel album, L'Inconnue de Tower Bridge, le commissaire Raffini fait sa première incursion hors de l'hexagone. Scotland Yard vient en e.et de récupérer le cadavre d'une jeune femme bloquée contre les piles du Tower Bridge. L'examen des vêtements laisse entendre qu'il pourrait s'agir d'une Française. Aussi, la collaboration de la police française est-elle souhaitée. Le commissaire divisionnaire, qui sait que Raffini ne parle pas un traître mot de la langue de Shakespeare et déteste cordialement tout ce qui est thé à 5 heures, conduite à gauche et autres comportements et pratiques grotesques, le choisit aussitôt pour la mission. Ainsi démarre cette enquête qu'en son for intérieur Raffini a rebaptisée «Raffini chez ces Foutus Rosbeefs» ! Une histoire - on l'aura compris - non dénuée d'humour, mais qui conjugue aussi action, émotion et suspense.

  • Histoire compliquée que celle d'Annecy, puisque la ville où réside le comte de Genève n'a été intégrée qu'au début du XIVe siècle dans les Etats de la Maison de Savoie dont elle suivra la destinée jusqu'en 1860. Grâce à la qualité des dessins et des dialogues, les auteurs nous expliquent d'une façon très claire, le développement de la ville. L'album offre une sympathique promenade dans les rues du Vieil Annecy : on y rencontre les personnages illustres de la cité, on y découvre les monuments typiques du secteur historique et on y décèle les perspectives de la ville moderne, qui, au bord de son lac, a la particularité et la chance, de bénéficier d'une double vocation : industrielle et touristique.
    />

  • Histoire compliquée que celle d'Annecy, puisque la ville où réside le comte de Genève n'a été intégrée qu'au début du XIVe siècle dans les Etats de la Maison de Savoie dont elle suivra la destinée jusqu'en 1860. Grâce à la qualité des dessins et des dialogues, les auteurs nous expliquent d'une façon très claire, le développement de la ville. L'album offre une sympathique promenade dans les rues du Vieil Annecy : on y rencontre les personnages illustres de la cité, on y découvre les monuments typiques du secteur historique et on y décèle les perspectives de la ville moderne, qui, au bord de son lac, a la particularité et la chance, de bénéficier d'une double vocation : industrielle et touristique.
    />

  • Le commissaire s'est déplacé en Normandie pour les besoins d'une enquête. Il profite d'être sur place pour aller saluer un vieil oncle dans une maison de retraite. Surprise : celui-ci a déserté l'institution et repris sa liberté. Sa disparition semblant pour le moins curieuse, Raffini tente de remonter la trace de ce vieux parent. Mais il ne le retrouvera jamais, ni lui, ni ses affaires, ni l'argent restant sur ses comptes.
    C'est ainsi que Raffini va se retrouver sur la piste d'un très curieux sérial killer : en l'occurrence un charmant et distingué vieux monsieur, courtois et élégant, cultivé et plein de sollicitude pour ses victimes.

    Mais ce mot « victime » est bien désagréable et mal approprié. Car ce bon Monsieur Théo déteste toute violence , toute agression et la vue du sang le rend malade. Lui, il ne connaît que les tisanes et les plantes. Ses motivations ont toujours été philanthropiques : assister les vieux, les aider à passer ce moment si difficile qu'on appelle trépas...
    Pour ce faire, il les aide avec amitié et compassion. Il se charge ensuite de tout nettoyer, tout faire disparaître, et même de leur trouver une sépulture. Ensuite il endosse leur identité et va tous les trimestres à la poste ou à la perception, percevoir leurs retraites ou leurs rentes. Bien sûr il a fait en sorte de choisir ses compagnons parmi des solitaires, des gens dont plus personne ne se soucie...
    Si drame aujourd'hui il y a, c'est que Théo avait oublié un détail : ce vieux tonton Raffini qu'il vient juste de faire disparaitre, avait un neveu, un certain Louis-Armand, et vraiment pas de bol pour lui, ce Louis Armand Raffini est commissaire à la PJ !

  • 1957, une soirée au cabaret Le Lapin Bleu.
    En plein spectacle, Martine, l'assistante du prestidigitateur disparaît. Et ne réapparaît pas ! Le commissaire Raffini penserait plutôt à un meurtre.

  • Quand le commissaire Raffini tombe en panne un vendredi soir dans la province profonde, il ne lui reste plus qu'à passer son week-end à faire ce qu'il fait le mieux : résoudre une enquête trouble. Celle d'un meurtre obscur comme seul un gros bourg de la fin des années 50 peut produire, sur fond de foire aux bestiaux, de commérages et de rancoeurs. Lui qui craignait de s'ennuyer ce week-end parmi poules et tracteurs ! L'atmosphère des enquêtes du commissaire Raffini rappelle irrésistiblement celle de son confrère Maigret. Pas seulement en raison de l'époque choisie, mais surtout par le ton intimiste et la galerie de portraits dressée par les auteurs. Raffini est le vecteur par lequel on découvre un village, Saint-Hilaire, ses habitants, et ses petites histoires sordides. Ce qui séduit dans cet album, c'est la description à la limite du stéréotype des notables du village, leurs travers, leurs comportements. Une enquête qui n'en est pas vraiment une. Comme le commissaire parisien, on arrive de façon totalement impromptue à Saint-Hilaire, le temps d'un week-end. Deux jours assez riches en émotions : l'énigme du « corbeau » qui écrit aux habitants va trouver son dénouement, un meurtre sa conclusion. Lorsque Raffini reprend la route, il n'a pas résolu grand-chose, mais il semble être le témoin indispensable pour que les pièces se mettent en place et que la vie du bourg reprenne son cours habituel. Cette histoire laisse un sentiment agréable d'avoir assisté à un épisode d'une fresque plus large, d'avoir été le témoin privilégié d'une chronique villageoise.

  • Juin 1957.
    Raffini est invité à Cogounan, près de Cassis, au mariage d'un ancien collègue, lui aussi commissaire. Il fait beau et chaud. Raffini en profite pour passer quelques jours de vacances à l'Hôtel Le Provençal. Ambiance résolument sudiste (pêche dans les calanques, pastis en terrasse, parties de boules sous les tilleuls de la place). Mariage façon grande fête. On boit beaucoup, on danse, on s'amuse. Raffini fait la connaissance de Mireille, un joli brin de fille de 25 ans qui n'est pas pour lui déplaire...
    Malheureusement, il a 2 fois son âge et surtout elle est fiancée à un certain Dario, un sosie du chanteur à succès Dario Moreno et qui, comme ce dernier, pousse aussi la chansonnette, dont le tube du moment "Si tu vas à Rio"... Mais voilà: quelques jours plus tard, le Dario en question disparait dans des conditions étranges. Que peut faire Raffini lorsque Mireille éplorée vient solliciter son aide pour le retrouver ? Oubliant qu'il est vacances, notre commissaire se met sur la piste du fuyard.
    Une piste pas si simple qu'il imaginait, qui passe par les gangs marseillais et le trafic de drogue. Bientôt les balles vont siffler autour de l'accorte Mireille et du commissaire. Mais celui-ci n'est pas genre à se laisser intimider. Pour le triomphe de la loi, et pour les beaux yeux de la petite ! Raffini attaque...

  • Les assassins peuvent-ils être aimables et courtois ? Avoir du coeur ? Eprouver une sincère amitié pour leurs victimes ? Pourquoi les monstres seraient-ils tous épouvantables, barbouillés d'horreur et de sang ? Et s'il existait de " gentils " monstres ?...
    Comme ce bon monsieur Théo, par exemple ?

empty