Florence Naugrette

  • Depuis le romantisme, le mélange des genres s'est imposé dans le théâtre contemporain. Conséquence des nouvelles données de la société post-révolutionnaire, cette rupture ne s'est pas effectuée facilement. Un combat historique s'engage alors pour qu'émerge un public uni. La révolution de 1848 révèle les profondes contradictions masquées par ce projet. Si utopie il y eut, elle fut créatrice : inventant l'ambition d'un théâtre «élitaire pour tous», le romantisme traverse l'histoire du spectacle jusqu'à nos jours.

    Florence Naugrette montre d'abord ce que le programme et l'esthétique du théâtre romantique doivent aux Lumières et aux genres qui fleurissent après la Révolution, comme le mélodrame. Les grandes pièces de Hugo, Musset, Dumas et Vigny sont replacées dans le contexte de leur création : dans quelles salles, avec quels acteurs, pour quel public furent-elles créées ? Questions utiles à la compréhension de la poétique et des enjeux idéologiques du drame historique ou moderne, comme à l'appréciation de sa poétique. L'étude s'achève par un panorama de la mise en scène contemporaine de ce théâtre toujours actuel, qui ne cesse d'interroger le rapport de l'individu au pouvoir et à la communauté.

    Sur commande

  • Il y a deux théâtres de Victor Hugo. Le premier est créé dans sa jeunesse, quand le romantisme gagne sa légitimité sur les scènes. Le second est écrit en exil, loin des feux de la rampe ; les metteurs en scène brechtiens, un siècle plus tard, s'en empareront. Cet ouvrage montre Hugo à l'ouvre dans son milieu. On le voit composer avec un public qu'il cherche aussi à former, lui qui fut un maillon important dans l'invention d'un « théâtre national populaire ». La fameuse « révolution » romantique est ici examinée avec recul. On relativise, précisément pour lui rendre justice, la place de l'auteur de Cromwell et de sa préface dans l'histoire du romantisme qui n'a pas débuté, au théâtre, par la bataille d'Hernani, et ne s'est pas achevé avec Les Burgraves. Le théâtre de Victor Hugo dépasse les attentes de ses publics. Telle est la raison de son actualité : par le rire et l'émotion, il continue de délivrer un savoir sur l'âme humaine et engage des questions fondamentales de philosophie politique. D'où la richesse de cet objet dramatique à la fois littéraire et scénique, poétique et visuel, conceptuel et émotif. Un théâtre satirique, pensif, et poignant, que le seul terme de « romantique » suffit bien peu à caractériser.

    Sur commande

  • Quelle place ont occupée la figure de Corneille et son théâtre à l'époque romantique ? Le livre, qui rassemble des contributions des meilleurs spécialistes du romantisme, analyse conjointement la légende biographique du génie pauvre et fier qu'oppriment les règles et le pouvoir, le renouveau certain mais limité du répertoire cornélien, en particulier sur la scène du théâtre français, l'admiration non exempte de critique que les dramaturges romantiques vouent à celui qui leur semble souvent moins classique que romantique avant la lettre. Catégories dont on peut voir, dans la critique et dans l'enseignement, les usages et la fragilité. Maillon essentiel dans l'histoire de la réception de son théâtre, l'ouvrage permet de mieux comprendre la gloire ambiguë du dramaturge rouennais au 19e siècle.

    Sur commande

empty