Descartes & Cie

  • Les pics de pollution à répétition dans les grandes villes ont favorisé une prise de conscience récente de l'ampleur du problème. Dioxyde de soufre ou d'azote, particules fines en suspension, à l'extérieur ou à l'intérieur des bâtiments, la pollution de l'air est présente aussi bien au coin de la rue que dans les grands courants de circulation atmosphérique entre les régions du monde.
    Le problème sanitaire est massif: l'Organisation Mondiale de la Santé estime à 7 millions le nombre de décès prématurés observés en 2012 à cause de la pollution de l'air.
    Le problème économique est énorme: l'OCDE estime que la pollution de l'air pèse sur le bien-être à hauteur de plusieurs centaines de milliards de dollars chaque année en Europe, aux États-Unis et en Chine, dont la moitié à cause des activités de transport routier.
    Le problème est multiforme: la pollution de l'air modifie aussi les prix immobiliers, influence les flux de touristes, modifie la gestion des ressources humaines des multinationales ...
    Les pouvoirs publics ont déjà commencé à mobiliser, parfois avec une efficacité consolante, des réglementations, des taxes adaptées, des marchés de droits à polluer. Les entreprises prennent conscience de l'intérêt économique d'investir dans la qualité de l'air. Des collectivités locales dans le monde entier ont changé la vie quotidienne par des actions intelligentes en matière de transports locaux et d'urbanisme. Bref, toute une économie de l'air pur, créative et non punitive, commence à se mettre en place en Occident comme dans les pays émergents.
    Ce livre accessible fait le point sur les analyses, les faits, les expériences, les futurs possibles d'une grande bataille écologique et économique de notre nouveau siècle: la Bataille de l'air.

  • Les sociétés contemporaines vivent une révolution démographique inédite et silencieuse.
    Les évolutions de l'espérance de vie portent la promesse d'une vieillesse heureuse et en bonne santé. Un enfant sur deux qui naît aujourd'hui pourrait Vivre un siècle. Cet essai propose de porter un nouveau regard sur la vieillesse, trop souvent perçue comme un fardeau tant pour les familles que pour la solidarité nationale. L'avènement d'un quatrième âge a rebattu les cartes et dessiné une nouvelle ligne de partage entre une génération de baby-boomers heureux et dynamiques et un cinquième âge dépendant.
    Mais la vieillesse a un coût. Si la question du "qui paye ?" est importante car elle conditionne les niveaux de vie de chaque génération, elle ne fait que poser un regard comptable sur les solidarités. La vieillesse est aussi une chance pour repenser notre projet de société et tenter de répondre à la question du "pourquoi paye-t-on ?".

  • Dans le prolongement d'un précédent ouvrage (La France face au vieillissement), ce livre analyse le choc démographique sans précédent qui va affecter notre pays ainsi que beaucoup d'autres en Europe et dans le reste du monde.
    Un tel choc oblige à repenser le système des retraites pour le rendre soutenable, ainsi que celui de la protection sociale et de la formation, et à poser les bases d'une Silver Economy.
    À partir des données nationales et internationales, ce livre propose donc une approche radicalement nouvelle de la solidarité entre les générations.

  • Depuis plusieurs décennies, prévisions et prospectives aboutissent à l'an 2000, horizon choisi de bien des promesses et de plus de menaces encore.
    Il est aujourd'hui l'occasion de faire un bilan approfondi qui écarte toute complaisance millénariste mais ne sous-estime pas non plus l'ampleur des défis qui nous attendent au cours du prochain siècle. La complexité des évolutions qui entremêlent les dimensions économique, technique, sociale et culturelle, si elle n'autorise aucune schématisation ne justifie pas non plus des analyses réservées aux seuls spécialistes.
    A partir de leurs sensibilités propres, les auteurs ont réfléchi ensemble pour dégager des perspectives et faire des propositions originales et concrètes.

  • La question centrale de ce livre est la suivante : le Maroc peut-il être à la fois un pays émergent, moderne, islamiste et démocrate ? Les conditions économiques et géopolitiques de l'émergence sont analysées par huit auteurs, en particulier en termes de compétitivité, de politique commerciale et de bonne gouvernance. Apparaissent ainsi les lignes de force d'un modèle marocain au croisement d'influences diverses et d'une subtile stratégie de préservation et de modernisation.
    L'ouvrage devrait faire l'objet, en même temps, d'une coédition avec un éditeur marocain.

  • En trente ans, les frontières physiques, morales et idéologiques, dans lesquelles l'intelligence de l'homme avait placé l'argent pour en faire un serviteur du progrès et un bon compagnon de route de la démocratie, ont volé en éclats.
    La liquidité a cessé d'être un moyen pour devenir une religion. La cupidité, naguère vice individuel contrôlable et compatible avec l'utilité commune, est devenue un système. La crise que nous traversons est beaucoup plus qu'une crise financière, économique et sociale, aussi grave soit-elle : c'est une rupture politique qui sanctionne le passage de l'ère de l'argent socialisé et dispersé, à celle de l'argent privatisé et concentré.
    Ce n'est donc pas seulement contre la dépression immédiate qu'il faut lutter, mais aussi contre le risque d'effritement démocratique et de montée des oligarchies qui se dissimule derrière elle. L'ordre de l'argent maîtrisé, compatible avec la liberté et la justice, est à rebâtir.

  • 2009 est marquée par les élections européennes et le grand public s'interroge sur l'utilité de l'Europe.
    "L'Europe serait-elle en panne d'énergie ? ", Michel Derdevet plaide pour un renversement de cette proposition et milite dans cet ouvrage pédagogique pour la mise en place d'une politique énergétique commune. Expert et praticien de l'énergie, Maître de Conférences a l'Institut d'Études Politiques de Paris, il démontre comment l'Union européenne peut, en la matière, apporter rapidement des bienfaits pour nos concitoyens.
    L'Europe en panne d'énergie ouvre sur les enjeux du monde contemporain, indissociables des sujets énergétiques : volatilité des prix du pétrole, crise économique et financière, essor de nouvelles puissances concurrentes pour les approvisionnements, montée des risques globaux (réchauffement climatique, pollution), tensions géopolitiques (Irak, crise russo-ukrainienne, crise en Georgie. ). L'auteur montre comment la création d'une Communauté Européenne de l'énergie, mécanisme de solidarité fondé sur un marché et sur un service public puissant, pourrait permettre de surmonter ces défis majeurs du XXIe siècle.

  • qu'est-ce qu'une place financière ? à quoi sert-elle et quels sont les enjeux économiques liés à son développement ? quelles seront les conséquences de la concentration des places financières et des restructurations bancaires ? quel sera le paysage bancaire européen de demain ? en quoi le système financier et ses innovations contribuent-ils à la croissance oe
    ce livre répond à toutes ces questions et aborde aussi des sujets plus spécifiques, comme le rôle de l'assurance, le financement des " gazelles " ou de l'innovation dans les pme.

  • Après une enquête auprès des entreprises familiales, menée par Alain Bloch et publiée dans un ouvrage qui a obtenu un grand succès (La stratégie du propriétaire), un travail du même ordre a été entrepris auprès des entreprises (et quelques institutions non marchandes) centenaires. Au-delà des résultats de l'enquête, les données recueillies ont servi à tester un modèle de management construit par la société de conseil Altédia. Ce modèle met en évidence l'importance de l'innovation pour la pérennité d'une entreprise: le secret de jeunesses des centenaires c'est leur capacité de rester capable de se transformer en innovant.

  • Assurant l'acheminement de l'électricité à 35 millions de clients en France, grâce à un réseau de 1,3 million de kms, le rôle clef de la distribution d'électricité reste méconnu. Pourtant, ces réseaux ont rempli une mission historique dans la modernisation du pays et les solidarités territoriales par la péréquation des tarifs. Aujourd'hui, la transition énergétique et la révolution numérique leur confèrent une importance cruciale. Les réseaux vont devenir « intelligents » pour assurer l'intégration massive des énergies renouvelables, l'essor de la mobilité électrique et le développement de l'autoconsommation. Ils donneront naissance aux smart grids grâce au déploiement des compteurs communicants favorisant la transformation de notre consommation d'énergie.
    Fruit de la collaboration entre un industriel, un historien et un économiste, cet ouvrage de référence retrace les évolutions historiques du réseau de distribution français jusqu'aux enjeux les plus récents de la transition énergétique et des innovations à venir.

  • Partout dans le monde, le taxi est appelé à jouer un rôle central dans l'évolution de la mobilité urbaine.
    Du côté de l'offre, la révolution dans les pratiques apportée par la téléphonie mobile et le GPS est encore loin d'avoir donné toute sa mesure en termes d'amélioration du service et de réduction des coûts. Du côté de la demande, l'évolution démographique, celle des modes de vie et les contraintes environnementales commencent à créer certains besoins que le taxi est le mieux à même de satisfaire au moindre coût.
    C'est parce qu'ils sont un élément indispensable dans l'éventail de l'offre de mobilité qu'on trouve des taxis dans toutes les villes du monde. Les enquêtes réalisées par l'IVM dans sept métropoles européennes et à New York le montrent : on prend le taxi par choix, mais on le prend tout aussi souvent par nécessité. C'est pour cette raison que dans la plupart des pays européens, les pouvoirs publics subventionnent des services de taxis à l'attention de certaines catégories de populations, personnes âgées, chômeurs, etc.
    Ces forces qui pressent sur l'offre de taxi et sur la demande de mobilité sont partout à l'oeuvre, mais les résistances qu'elles rencontrent diffèrent d'une ville à l'autre. Pourtant, même dans les villes où les positions acquises semblent les plus solidement retranchées, la convoitise pour ces nouveaux marchés est telle que de nouveaux acteurs parviennent à s'infiltrer dans les failles du système en innovant.

  • Une navigation dans les textes d'auteurs d'hier et d'aujourd'hui pour penser par soi-même le destin qui nous guette.
    Où l'on s'égare à la recherche de l'espace et du temps perdus.
    Où l'interconnexion de tous les bipèdes parlants rend les mutants commutants.
    Où l'on comprend, avec une pointe de déception, ce qu'est le "virtuel".
    Où le marché fusionne l'ensemble des humains dans une communauté globale.
    Où l'on envoie paître le consommateur.
    Où l'entreprise s'éclate.
    Où la fin du travail libère six milliards de négociants.
    Où l'ironie de l'histoire restaure d'anciennes puissances que l'on croyait abolies.
    Où la fécondité communautaire du cybermonde dresse de nouvelles frontières.
    Où les mémoires techniques nous connaissent mieux que nous-mêmes.
    Où le dernier homme se donne en spectacle.
    Où chacun trouve un espace public où prendre la parole.
    Où l'on jouit du droit de faire ce qu'on veut à condition de faire comme tout le monde.

  • Les catastrophes rythment notre quotidien.
    L'avenir est pavé d'apocalypses, la nature est fragile, la société aussi. Aux peurs anciennes s'ajoutent des peurs nouvelles : Tchernobyl, effet de serre, tempêtes cycloniques, vache folle, 11 septembre, explosions industrielles, mafias... Nous sommes prêts à troquer plus de libre arbitre au profit de la prévention et de la précaution. Notre inquiétude est si vive que nous imaginons mal un destin autre qu'une maîtrise absolue des risques.
    Mais toutes ces catastrophes sont en partie des constructions.
    Le catastrophisme masque les drames du présent qui sont le plus souvent l'effet de la concentration des richesses, de l'absence de développement, de la faible diffusion des techniques et des savoirs. Il atrophie les politiques publiques et internationales en imposant des normes supposées préserver l'avenir, mais aux effets immédiatement tragiques pour les pays pauvres. La peur des catastrophes crée des catastrophes.
    Elle conforte l'individualisme des nantis et met à mal tous les schémas classiques de protection et de transferts des risques en refusant les modalités de la mutualisation, de la solidarité, de la confiance et du partage.

empty