Eres

  • Cet ouvrage présente un abord thérapeutique innovant pour les enfants qui ne peuvent communiquer leur souffrance qu'à travers leur corps. Considérant l'enfant dans sa globalité, les auteurs théorisent et illustrent le recours au corps comme un levier relationnel qui permet de dynamiser le psychisme défaillant.

    L'évolution de la clinique infantile confronte de plus en plus souvent les professionnels à des enfants dont le psychisme n'a pu se développer harmonieusement. Les relations à autrui, parents, camarades de classe, sont marquées soit par l'excès - impulsivité et violence -, soit par le retrait - inhibition. Chez de tels enfants, on retrouve conjointement des troubles du narcissisme, un déficit de la symbolisation, des difficultés dans la gestion de l'agressivité ainsi que des troubles dans l'organisation psychomotrice. C'est pourquoi l'espace de jeu créé dans la rencontre corporelle avec le thérapeute contribue à l'émergence d'expériences de satisfaction accroissant leur sentiment de bien-être et confortant les fondements de leur identité. Ces expériences de plaisir partagé favorisent la relance du fonctionnement psychique.
    Les auteurs montrent qu'il est incontournable d'associer les parents à la thérapie : les accompagner soulage leur culpabilité, atténue la blessure narcissique, le sentiment d'échouer dans la tâche qui leur incombe. La mobilisation de leurs parts inconscientes produites par les modifications relationnelles chez l'enfant nécessite une écoute attentive et pertinente.

  • Longtemps considérées comme antagonistes, la psychanalyse et la théorie de l'attachement de John Bowlby sont convoquées dans leurs complémentarités pour penser la clinique auprès des enfants, des adolescents et de leur famille.

    John Bowlby s'est toujours revendiqué comme psychanalyste, même s'il a tenté d'intégrer à la théorie psychanalytique les notions les plus récentes tirées de l'éthologie, de la cybernétique et de la psychologie cognitive. Ses travaux, trop souvent réduits à la théorie de l'attachement, ont longtemps été frappés d'une sorte de « conspiration du silence » par l'ensemble de la communauté psychanalytique. Mais depuis au moins vingt ans, la plupart des psychanalystes, prenant en compte la fécondité de cette notion, ont intégré l'attachement dans leurs théorisations. Cet ouvrage a pour ambition d'approfondir ce dialogue, afin de saisir ce qu'il a encore à nous apprendre, non seulement à un niveau théorique mais aussi en prenant en compte ses implications sur les pratiques cliniques, qu'elles soient plus classiquement psychanalytiques et adaptées aux différents âges de la vie ou qu'elles s'étendent à des approches familiales ou institutionnelles.

  • Cet ouvrage est le fruit d'un travail collectif élaboré par une trentaine d'auteurs en majorité psychologues qui prennent en charge de manière ponctuelle ou régulière des enfants en soins palliatifs et leurs familles. Ils exercent dans des services hospitaliers de spécialité, de proximité, dans des établissements médico-sociaux ou encore à domicile.
    Les situations cliniques décrites sont enrichies par des analyses et des apports théoriques.
    Chaque chapitre propose une thématique « originale », peu décrite dans la littérature, qui apporte une réelle contribution à la réflexion psychologique en pédiatrie palliative et démontre que le temps palliatif est un temps de vie singulier.
    Destiné aux psychologues en exercice ou en formation, cet ouvrage ouvre également le champ des compétences des médecins, pédiatres et soignants sur les aspects psychologiques des soins palliatifs en pédiatrie.

    Sur commande
  • Mieux comprendre comment se construisent les bébés, et mieux aider ceux qui présentent des difficultés évolutives et leurs parents, telle est la démarche de Bullinger, qui propose dans le domaine du cognitif, une éthique du sujet compatible avec une éthique du savoir. Cet ouvrage complet et original allie théorisation de premier plan et présentation concrète du bilan sensori-moteur. Il retrace un parcours de recherche et un travail clinique auprès d'enfants porteurs de déficits variés. La perspective présentée est développementale et cherche à décrire un processus : l'Enfance où se tissent des dimensions physiques, biologiques, émotionnelles et sociales.

  • Une expérience collective et plurielle de quarante ans dessine l'essence d'une pratique riche et créatrice, fière de ses résultats thérapeutiques indéniables.
    Cet essai de transmission vise à rendre de l'espoir aux enfants, aux familles et aux professionnels à partir des valeurs humanistes orientées par la psychanalyse et la psychothérapie institutionnelle d'aujourd'hui, alors que la critique, souvent justifiée, d'une psychiatrie dogmatique et culpabilisante et la baisse constante des dotations budgétaires remettent en cause tout l'édifice institutionnel du soin psychique destiné aux enfants.

  • Une nouvelle édition ouvre une nouvelle étape de la vie d'un livre. Ce livre-ci est paru en 2010, et depuis lors beaucoup de choses se sont passées dans le monde des professionnels du bébé.

    Cette nouvelle édition veut témoigner de la modernité persistante du concept de psychopathologue qui ne saurait se réduire à une vision seulement endogène ou seulement exogène des difficultés psychiques des bébés, des enfants et des adolescents.

    L'avenir psychique des enfants dépend en grande partie de la qualité des soins qu'ils reçoivent au commencement de leur existence.

    La notion de lien s'avère centrale et c'est elle qui a guidé le choix des nouveaux chapitres qi sont venus se substituer à certains chapitres de la première édition alors que la structure globale de l'ouvrage a été conservée (problématiques générales, les commencements, les devenirs, certaines ouvertures psychopathologiques enfin). » B.G.

  • Dix ans après la parution de son livre de référence, André Bullinger nous fait part, dans ce tome 2, des avancées dans sa compréhension du développement sensori-moteur. Il reprend sous forme d'une synthèse actualisée, l'ensemble de ses points de vue sur le développement psychomoteur, en y intégrant ses nouvelles observations et hypothèses majeures relatives à l'espace de la pesanteur qu'il situe entre l'espace utérin déjà décrit antérieurement et l'espace oral. Il s'attache à affiner ses descriptions et à ouvrir ainsi de nouvelles perspectives pour les enfants prématurés et ceux porteurs d'un trouble envahissant du développement.

  • Une psychanalyste de terrain nous conte son expérience (dans des conditions excessivement dangereuses) avec des patients (enfants, adolescents et adultes) ayant vécu ainsi que leur famille parfois sur plusieurs générations des violences sociales extrêmes. Elle met sa clinique singulière au service des cures dites classiques :
    Réflexion sur l'écoute, le cadre et le type d'intervention.

    Cet essai psychanalytique qui nous emmène au Liban déchiré par la guerre - mais cela pourrait être en Syrie, en Afghanistan, ou dans tout autre pays dont nous accueillons les réfugiés - part à la recherche du fil rouge qui mène au cri muet des enfants polytraumatisés par les violences sociales. À la manière des matriochkas, un chapelet d'énigmes et de rébus, emboîtés les uns dans les autres, nous permet de suivre le cri muet de l'épicentre du traumatisme dans une trajectoire qui transperce les générations. Cette expérience professionnelle atypique déclenche deux questionnements majeurs :
    Comment entendre la parole ? Comment travailler en tant que psychanalyste en dehors du cadre d'une cure type ? Comment travailler également avec ce qui n'est pas mentionné verbalement en séance ?

    « Ce travail est le fruit de réflexions qui ont cheminé en moi, depuis plus de dix ans, en tant que psychologue-psychanalyste exerçant au Liban, et confrontée à une clinique dite « de l'extrême ». Je travaillais auprès de patients, petits et grands, « difficiles » et dans des conditions particulièrement délicates au quotidien. En effet, le cadre clinique et thérapeutique était souvent à créer et à « bricoler ». Je devais faire des efforts pour maintenir la constance du cadre, au sein de structures (organismes non gouvernementaux et/ou couvents) chaotiques, implantées dans un pays plongé dans le chaos.
    Ma démarche a également été nourrie d'une expérience de « décentration » vécue à travers ma formation de clinicienne et grâce aux voyages réguliers que j'ai pu effectuer pour rencontrer mes superviseurs et formateurs à l'étranger. D'une part, ces déplacements m'ont permis l'immersion dans des pays très différents du mien. J'ai ainsi pu observer des personnes vivre et évoluer au quotidien dans des univers stables. D'autre part, l'enseignement clinique puis psychanalytique m'a amené à découvrir des théories produites en d'autres lieux et à rencontrer certains auteurs.
    Ma participation à la vie « scientifique » au Liban m'a conduit à débattre avec mes amis et collègues libanais mais le rejet de mes premiers questionnements m'a paru surprenant, d'autant plus que mes référents occidentaux m'encourageaient ouvertement à persévérer dans ma démarche. Ces attitudes paradoxales m'ont poussée encore plus à la recherche de nouvelles connaissances théoriques et de nouveaux modèles identificatoires.
    Dans cet ouvrage, Beyrouth-Est est considéré comme un petit village et/ou une famille élargie qui englobe le psychanalyste et le patient, dans le sens où ils partagent à pied d'égalité, la banalité du quotidien et le poids des « secrets de famille », de la rumeur et du « non-dit ». Les faits réels du vécu infantile ainsi que l'impact de l'actuel étaient les mêmes pour les deux protagonistes (patient et clinicien). En effet, tous les habitants de l'ancien Beyrouth-Est ont connu entre l'année 1975 et 1990 la guerre au quotidien. C'est une certitude à laquelle ne peut se soustraire aucun de mes patients adultes puisque nous avions fréquenté la même ville, les mêmes clubs ou les mêmes établissements scolaires et par conséquent connu les mêmes événements traumatiques. Il s'agit de la clinique de l'extrême ainsi que de celle des traumatismes de guerre, abordés en situations extrêmes et violentes au service de la psychanalyse dite classique. Mon questionnement est le suivant : Pourquoi aucun de mes patients n'a spontanément abordé le thème du vécu de la guerre, en séance ? S'agirait-il pour les Libanais d'un vécu banal, intégré aux moeurs et au style de vie ? » D. K-D.

  • L'alimentation est, dès la naissance et tout le long du développement, un enjeu majeur de la relation parent-enfant. Les troubles du comportement alimentaire sont fréquents. Ils sont abordés ici de manière théorique et clinique à chaque âge de la vie, du bébé à la mère souffrant de TCA.

    Un bébé régurgite, un enfant est obèse, un autre refuse la cuillère, une adolescente alterne anorexie et crises boulimiques, une femme anorexique en aménorrhée désire un bébé... telles sont quelques situations cliniques qui éclairent les enjeux majeurs de l'alimentation dans le lien intersubjectif parent-enfant dès les premiers échanges. Manger, donner la vie sont au coeur des échanges humains mais il arrive que ces actes autant ancrés dans l'intime de la relation que dans le culturel fassent souffrir physiquement et psychiquement. Les auteurs des textes réunis dans cet ouvrage, sont des professionnels de terrain. Ils apportent une lecture essentiellement psychanalytique aux troubles de la relation parent-enfant centrés sur l'alimentation dans une dynamique individuelle, interactionnelle et transgénérationnelle.

    Sur commande
  • Un état du droit et des connaissances psychologiques sur le vécu de la parentalité en détention.

    Cet ouvrage offre une réflexion approfondie, en appui sur des contributions pluridisciplinaires (droit, psychologie, sociologie), sur la difficile question de la parentalité en prison. De la présentation de l'état du droit au recueil de la parole de parents détenus en prison, il allie approche fondamentale et données issues d'une recherche de terrain. Cette démarche permet de se tenir au plus près de la réalité vécue par les parents détenus. Le témoignage d'une personne adulte, dont le père a connu la détention pendant toute son enfance, ponctue, du point de vue de l'enfant, cette plongée dans le vécu des relations parent-enfant dans le cadre de la prison.
    À partir de là, l'ouvrage fournit un certain nombre de points de repère pour penser les pratiques professionnelles liées à la prise en compte de la parentalité en prison, au travers de ses enjeux et de son accompagnement. Des propositions pour une évolution des pratiques, selon les différents acteurs de la détention, concluent l'ouvrage.

  • Des connaissances et des perspectives nouvelles dans le champ de la psychopathologie de l'enfance et de l'adolescence exposées par des cliniciens et des chercheurs de premier plan.

    Comment se théorise et se développe la recherche clinique dans le domaine de la psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent ?
    Dans la suite de l'ouvrage de référence depuis longtemps épuisé, La recherche clinique en psychopathologie (dirigé par M. Bydlowski et Odile Bourguignon, PUF, 2006), ce livre aborde les étapes de la démarche de recherche et des méthodologies précises dans le champ en pleine expansion des recherches dédiées aux jeunes enfants. À partir de travaux exemplaires et novateurs, les auteurs montrent que la vocation de la recherche est de permettre la mise en place d'outils de prévention et de soin.

    Sur commande
  • Le rythme et l'intersubjectivité constituent les fondations de la subjectivité de l'être humain. Victor Guerra s'attache dans ce livre à le montrer, en présentant notamment une grille de 11 indicateurs d'intersubjectivité pour des bébés, élaborée à partir de son importante expérience clinique, de recherche et de formation.

    À l'appui de sa thèse principale sur le rythme et l'intersubjectivité au fondement de la subjectivité de l'être humain, Victor Guerra développe la présentation détaillée de 11 indicateurs d'intersubjectivité pour les enfants, de la naissance jusqu'à leur un an : la rencontre des regards, les proto-conversations, le rôle de l'imitation, les jeux de chatouilles et de suspense, les vocatifs attentionnels, le déplacement dans l'espace et le regard référentiel, l'attention conjointe et l'objet tuteur, le jeu de cache- cache, l'accordage affectif, l'interludicité et le signe proto-déclaratif, la narrativité conjointe. Ce tableau clinique a une valeur inestimable pour les professionnels qui travaillent en périnatalité, d'autant plus qu'il sera accompagné d'un document vidéo facilement accessible par internet.

    Sur commande
  • En s'appuyant sur sa pratique de la psychothérapie et du diagnostic clinique et neuropsychologique d'adultes vivant avec le syndrome d'Asperger, l'auteur présente une vision différente de leur expérience, qui se veut fidèle à leur subjectivité et leur intériorité.
    Cet ouvrage propose de comprendre de l'intérieur le psychisme, les fonctions cognitives et l'affectivité des personnes Asperger souffrant de troubles du spectre autistique. Sa description de la subjectivité autistique apporte des contributions inédites aux théories des neurosciences et de la psychanalyse. Des pistes pour la psychothérapie des personnalités autistiques qui visent à renforcer leurs spécificités psychiques plutôt qu'à les transformer sont ici évoquées.
    Myriam Noël-Winderling est linguiste et psychologue. Après une carrière en milieu hospitalier universitaire, elle pratique en consultation privée l'expertise en neuropsychologie et la psychothérapie. Elle exerce à Genève.
     

    Sur commande
  • Des professionnels confrontés sur le terrain au déni de grossesse explorent les différents enjeux de ce symptôme et offrent un panorama complet du sujet.
    Les auteurs de cet ouvrage ont tous rencontré ces gestations particulières, qui, loin s'en faut, ne se résument pas aux cas exceptionnels de « néonaticides » faisant l'objet de procès largement médiatisés. Ils font part de leurs découvertes pour nous aider à comprendre ce symptôme déroutant et à accompagner ces femmes qui, parfois jusqu'à la naissance, dénient leur grossesse.

    Sur commande
  • Cette première utilisation de la méthode d'observation du bébé selon E. Bick en Afrique ouvre des perspectives sur l'importance du berceau culturel dans le développement psychique des bébés au sein de leur famille.

    Depuis 2008, des professionnels de la petite enfance du Sénégal se sont formés à la méthode d'observation du bébé selon Esther Bick, dans l'objectif de mieux connaître le développement psychique précoce et d'améliorer les soins qui sont apportés aux mères et aux bébés dans un contexte de mortalité infantile élevée. De cette confrontation entre une méthode « occidentale » et la culture africaine, est né un questionnement original sur l'importance du berceau culturel qui accueille tout bébé à sa naissance et sa prise en compte dans les contextes thérapeutiques. Les auteurs, professionnels sénégalais et psychanalystes issus de différents pays, rendent compte de leurs expériences et de leurs élaborations, et construisent une base clinique et conceptuelle utile pour mieux entrer en contact et mieux communiquer avec les différents groupes culturels dans nos sociétés actuelles.

    Sur commande
  • Ces textes rassemblés pour la première fois montrent l'ouvre pionnière et trop peu connue de Myriam David (1917-2004), « grande dame » de la pédopsychiatrie française. Son apport constitue le socle de nombreuses pratiques professionnelles dans le champ de l'enfance, du travail social et de la recherche clinique.
    Ce recueil de textes frappe par le caractère novateur des contributions de Myriam David lorsqu'elles furent publiées et plus encore par leur étonnante actualité aujourd'hui, ce que soulignent, dans chaque domaine exploré, des spécialistes, amis et élèves. À l'heure où beaucoup de pratiques dans le champ du social, de l'enfance et de la petite enfance sont ébranlées, ce regard porté du côté de leurs fondations est salutaire.
    Myriam David (1917-2004) était pédopsychiatre. Ses recherches ont particulièrement porté sur les interactions mère-bébé, leurs perturbations dans les familles carencées ou en cas de maladie mentale de la mère, le travail de prévention, les facteurs de carence institutionnelle. Elle a fondé deux institutions au fonctionnement original : en 1966, le Centre familial d'action thérapeutique de Soisy sur Seine (accueil familial à visée thérapeutique) ; en 1976, l'Unité de soins spécialisés à domicile pour jeunes enfants de la Fondation de Rothschild (Centre Myriam David depuis 2006). Elle a publié plusieurs ouvrages dont Le placement familial (Dunod), L'enfant de 0 à 2 ans (Privat, 1960, rééd. Dunod), L'enfant de 2 à 6 ans (Privat, 1960, rééd Dunod), Lóczy ou le maternage insolite (avec G. Appell, Le Scarabée, 1973, rééd. érès, 2008) et de nombreux articles sur ses expériences cliniques et sur les études qu'elle a menées dans ces deux institutions.
       

  • La participation active du bébé par une " mise en scène " permet de comprendre les enjeux à l'oeuvre dans les troubles des interactions parents-bébé. L'auteur décrit sa technique des thérapies conjointes basée sur l'observation psychanalytique du bébé.
    En conjuguant sa formation psychanalytique et son expérience de la formation par l'observation du bébé selon E. Bick, l'auteur a développé sa technique des thérapies conjointes. Grâce à l'attention consacrée en même temps au discours des parents et aux réactions du bébé, l'éclairage des conflits relationnels qui sous-tendent les symptômes fonctionnels du bébé sont mis en évidence. En effet, dans la plupart des cas, le bébé réagit aux paroles des parents quand ils abordent le point sensible, par une mise en acte qui éclaire la compréhension de l'analyste.

    Sur commande
  • Des outils théoriques et cliniques pour comprendre, accueillir et soigner les enfants souffrant de traumatismes relationnels précoces.
    Résolument centré sur l'enfant maltraité, cet ouvrage propose une approche originale, qui met l'accent sur le rôle prépondérant du vécu de traumatismes relationnels précoces dans l'étiologie de ses troubles. L'auteur montre qu'ils relèvent d'une véritable psychopathologie, tout à fait singulière dont elle propose une modélisation. Enfin, les pistes de réflexion ne concernent pas seulement le soin psychique et le travail des liens avec les parents. Elles se veulent également pertinentes pour les pratiques d'accueil institutionnel, éducatif et pédagogique.
    Emmanuelle Bonneville-Baruchel est psychologue clinicienne, maître de conférences en psychopathologie et psychologie clinique à l'université Paris 5 Descartes-Sorbonne Paris Cité, membre titulaire du Laboratoire de recherches en psychologie clinique, psychopathologie, psychanalyse (PCPP).

    Sur commande
  • L'auteur présente la théorie de l'attachement de Bowlby et de ses héritiers et étudie tous les points de contacts théoriques et cliniques avec la psychanalyse. D'une grande clarté didactique, ce premier livre de Peter Fonagy traduit en français a été bien accueilli par les professionnels de la périnatalité et de la pédopsychiatrie.


    La théorie de l'attachement et la psychanalyse ont longtemps été opposées : c'est ainsi que l'oeuvre de Bowlby est restée dans l'ombre. Elle est aujourd'hui redécouverte par les psychanalystes qui s'intéressent à la petite enfance et qui, dépassant les a priori théoriques, mettent en lumière les avancées qu'elle permet. Peter Fonagy présente ici une revue critique très complète des différentes positions. Les éléments de convergences, de divergences et d'enrichissements mutuels de ces deux théorisations fondamentales du XXe siècle sont examinés dans une perspective novatrice par l'un des plus fins connaisseurs du moment.

    Sur commande
  • Du diagnostic anténatal à la grossesse suivante, cet ouvrage retrace le parcours des femmes et des couples confrontés à la perte d'un bébé attendu et à l'attente de l'enfant suivant. Quelle place donner à l'enfant vivant sans faire courir le risque d'oublier celui qui est perdu ?

    Quel impact le processus de deuil périnatal peut avoir sur le processus d'investissement de l'enfant de la grossesse en cours ? Tiré de la thèse soutenue par l'auteur, cet ouvrage a une visée théorique avec une modélisation du deuil périnatal mais aussi une visée de santé publique et de prévention. En communiquant le contenu de sa recherche, illustré de nombreuses histoires cliniques, l'auteur souhaite sensibiliser les équipes de maternité à la spécificité de la grossesse suivant une perte, et ainsi améliorer le soutien des patientes.

    Le décès périnatal est un problème de santé publique puisque, toutes situations confondues, entre 20 % et 30 % des grossesses ne vont pas à leur terme. 86% des patientes démarrent une nouvelle grossesse dans les 18 mois suivant la perte.
    Pourtant, la question de la spécificité de cette grossesse suivante, dans un contexte de deuil, n'a retenu l'intérêt de la communauté scientifique que depuis une quinzaine d'années.
    Certes, la grossesse suivant une perte périnatale vient rassurer les parents dans leur capacité à procréer mais celle-ci n'est pas sans risque d'un point de vue psychologique.
    Considérée par certains auteurs comme une crise comparable à celle de l'adolescence, la grossesse est une période de remaniements psychiques où se réactualisent des conflits prégénitaux et des identifications oedipiennes entrainant une fragilisation particulière pour la femme enceinte. Si la grossesse survient à la suite d'une perte périnatale, elle est particulière du fait qu'elle condense deux crises : les mouvements identificatoires de la grossesse auxquels s'ajoute la dynamique du deuil périnatal. Nous assistons donc à une crise dans la crise : temps de crises, temps de réactivation des conflits oedipiens et préoedipiens où l'inquiétante étrangeté du foetus attendu est majorée par l'histoire précédente. Cette grossesse est source d'interrogations multiples et d'angoisse de la part des femmes enceintes.
    La littérature psychanalytique évoque fréquemment le statut d' « enfant de remplacement » pour l'enfant puîné. Diane de Wailly propose de parler plutôt de « l'enfant palimpseste » qui correspond mieux à sa clinique quotidienne en maternité. En e?et, elle me montre combien la grossesse suivant un deuil peut être le temps d'une élaboration nouvelle de la perte, contribuant ainsi à donner une place à chacun des enfants, celui qui est décédé et celui qui vit.

    Sur commande
  • Qu'ils soient ceux qui repèrent, qui évaluent la situation des enfants en danger au sein de leur famille, ou qu'ils soient ceux qui prennent la décision de les placer dans une famille d'accueil ou dans une institution, tous les professionnels impliqués dans la protection de l'enfance sont en souffrance, mais n'osent pas en parler dans la crainte d'être jugés voire disqualifiés. Coconstruit par et pour les professionnels dans le cadre d'une formation continue, cet ouvrage témoigne de leur souffrance au travail et propose des outils théoriques et pratiques pour leur venir en aide ainsi qu'une bibliographie très ciblée.
    Martine Lamour, psychiatre Marceline Gabel, assistante sociale de formation initiale, chercheure et formatrice Marceline Gabel (1928-2014) était assistante sociale de formation initiale, chercheure et formatrice, a toujours ouvré en faveur de la protection de l'enfance, tant sur le terrain que dans ses fonctions de conseillère technique sociale au ministère de la Santé et des Affaires sociales. Elle a été secrétaire générale de la grande cause nationale 1997 : « Protection de l'enfance maltraitée ». Également chargée de cours à l'université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, elle a publié de nombreux articles et ouvrages sur l'enfance en danger.
    Martine Lamour, psychiatre, a exercé pendant 28 ans dans une unité spécialisée de soins psychiatriques pour jeunes enfants et leurs parents (centre Myriam-David, Paris 13e). Les nourrissons, exposés à des troubles graves de la parentalité, dans le contexte d'une psychopathologie parentale, étaient au cour de sa pratique. Clinicienne, chercheuse et formatrice, elle a publié de nombreux articles ainsi que des ouvrages sur les perturbations des relations parents-nourrisson et leur impact sur les professionnels.

    Sur commande
  • Les enfants uniques sont les grands oubliés de la littérature psychanalytique. La psychologie les décrit forts de l'investissement narcissique de leurs parents, voire égoïstes et trop matures. Enfants d'exception, enfants monstrueux, petits OEdipes, malgré tout, sous leurs atours narcissiques, les enfants uniques déclinent leur isolement, à la recherche épuisante de multiples, de doubles... dans leur manque de frères et de soeurs. Peut-être en advient-il une figure, véritable épiphanie d'un enfant mal connu, avec son évolution psychique propre et le destin qui en découle ? Anne-Marie Merle-Beral est psychiatre, ancien membre titulaire formateur de la Société psychanalytique de Paris. Rémy Puyuelo est pédopsychiatre, membre titulaire formateur honoraire de la Société psychanalytique de Paris.

    Sur commande
  • Au croisement des modèles théoriques, cet ouvrage effectue une double synthèse à la fois du côté des neurosciences cognitives et du côté de la psychanalyse sur la question de la mémoire.
    Cet ouvrage propose une étude sur la mémoire, son fonctionnement et ses troubles, dans une optique « complémentariste », c'est-à-dire, une double lecture, celle de la psychanalyse et celle des neurosciences avec un maillon intermédiaire : celui de la psychologie développementale précoce. Ainsi, il fait apparaître des correspondances entre concepts relevant d'épistémologies différentes, entre fonctionnement cérébral et fonctionnement psychique.
    Les neurosciences comme la psychanalyse mettent en perspective la dynamique et les enjeux des processus mnésiques.
    Claudia Infurchia est psychologue clinicienne, psychothérapeute à référence psychanalytique, docteure en psychologie et psychopathologie cliniques. Elle travaille en psychiatrie adulte en intra et extra hospitalier ; elle intervient également dans des groupes d'analyse de la pratique à destination des professionnels du champ médicosocial et en tant qu'enseignante à l'université Lumière-Lyon 2.

    Sur commande
  • La conflictualité dépressive occupe une place centrale dans le développement de la vie psychique qu'elle accompagne ou, au contraire, entrave. Elle peut être décrite comme une situation dynamique comprenant l'ensemble des affects et des sentiments éveillés par la perte des objets investis libidinalement. Elle se traduit par des altérations, voire des perturbations plus ou moins importantes et évidentes de l'autoestime et/ou de l'humeur. Dans son travail thérapeutique avec les enfants et les parents, Francisco Palacio Espasa a été frappé par l'importance des deuils mal résolus sur l'ensemble de la vie intrapsychique et interactive, et par les chaînes transgénérationnelles de transmission de la dépressivité. C'est à la problématique de cette conflictualité dépressive, à sa genèse et à ses avatars qu'il a consacré cet ouvrage. Croisant ici sa riche expérience clinique et son questionnement théorique, il s'attache à définir les différents paliers que la conflictualité dépressive peut rencontrer selon les individus ou chez un même sujet. En effet, dans la lignée des idées de Bion, l'auteur soutient que coexistent chez toute personne des fonctionnements psychotiques et névrotiques. Ainsi, chaque sujet abrite différents fantasmes de perte : destruction catastrophique des objets, dommages graves ou mort des objets, perte de leur amour. C'est la prédominance de l'une ou l'autre forme de ces fantasmes, pour des raisons structurelles de la personnalité sous-jacente, ou conjoncturelles (pertes dans l'environnement), qui détermine les affects éprouvés par le moi, ses différents mécanismes de défense, et ainsi la sévérité de la conflictualité dépressive. L'évaluation clinique approfondie de cette problématique doit pouvoir orienter le travail thérapeutique pour qu'à côté de la douleur et de la tristesse devenues conscientes émerge l'affect redouté de la culpabilité. Les avancées théoriques et cliniques que propose ici Francisco Palacio Espasa contribuent à renouveler les stratégies thérapeutiques en intégrant la complexité et la diversité psychopathologiques infantile et familiale. Psychiatre et psychanalyste, Francisco Palacio Espasa est professeur ordinaire et chef du service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent de Genève. Avec la collaboration de Luc Magnenat et de Corinne Strubin-Rordorf. Mise en vente le 15 mai 2003

    Sur commande
empty