Talents Hauts

  • Awa a sept ans. Elle vit à Liège avec ses parents et sa grande soeur, mais se sent à la fois belge, guinéenne, française, marseillaise, sicilienne-italienne... et gauchère. Elle adore le chocolat, les livres, et embêter sa soeur Maïa. Elle a horreur des robes, du racisme, d'être gentille avec tout le monde, et elle déteste les aubergines. Plus tard, elle veut devenir reine-capitaine-pirate de la mer.
    Elle est curieuse, drôle, têtue, et a un sacré sens de la répartie.
    Et elle a beaucoup de choses à vous dire...

  • Paris, début du XXe siècle. Un matin, Sidonie Jolibois, jeune écrivaine qui publie des romances sous le pseudonyme d'Agathe de Saint-Vars, trouve sur son palier une certaine Sasha Alexandrovna Vlasenko, qui prétend être sa tutrice et s'impose dans sa vie.
    Rapidement, Sidonie la soupçonne d'être l'assassin qui sème la terreur dans Paris en se transformant en corbeau avant de tuer ses victimes d'un coup de bec. Bien décidée à en savoir plus, Sidonie décide de suivre Sasha. Au cours de sa filature, elle manque de se faire tuer par un géant et ne doit la vie qu'à l'intervention de Sasha qui accepte enfin de se livrer : elle est à la poursuite de Voron, une créature démoniaque qu'elle a accidentellement libérée en lui rendant l'oeuf qui contient sa mort...

  • Chaque matin, au moment de s'habiller, on ouvre notre tiroir pour choisir l'une d'entre elles : la blanche à petit pois, la bleue avec de la dentelle, celle avec des coccinelles... De quoi s'agit-il ? De la culotte !
    Saviez-vous que, longtemps, la culotte a été réservée aux hommes ? Connaissez-vous l'origine de l'expression « porter la culotte » ? Un voyage dans le temps pas comme les autres, qui raconte la petite histoire de la culotte, et à travers elle, la grande histoire des filles, des femmes, et de leur émancipation.

  • Les animales

    Fred L.

    Dans les imagiers pour les tout-petit·es, les femelles font références quand elles représentent la maternité (la vache, la poule), sont des proies de l'Homme ou du mâle (la gazelle, l'antilope) ou sont devenues des termes dévalorisant dans le langage courant (la fouine, la hyène, l'autruche, la truie).
    Pour le reste, et notamment la puissance, la prédation, la rapidité et l'intelligence, le mâle est roi et le masculin est le neutre universel. Pourtant, les lions peuvent être des lionnes et les chevaux des juments !

  • Un biberon ? Non, un micro ! Un râteau ? Plutôt une guitare ! Ces musiciennes en couches-culottes ne manquent ni de tempérament ni d'imagination : la preuve que les filles aussi peuvent être rock'n'roll !

  • « Ce matin, je fais la course avec Maman. Elle prend l'ascenseur, moi l'escalier. » La petite fille prend de l'avance, et, à chaque étage, en profite pour passer une tête chez les voisins : soeurs et frères jouent ensemble. Les soeurs peuvent être des cow-girls et les frères des infirmiers. Ouf ! Maman a gagné malgré son gros ventre mais la petite fille est rassurée : dans quelques mois, elle pourra jouer à tous les jeux qui lui plaisent avec sa soeur ou son frère !

  • Lucia, Hermine, Bruge, Malvina, Adélaïde, Bertille, Éloïse, Mahaut, Mirande : elles étaient toutes là !
    Toutes mes camarades de l'école des Sorcières au milieu du salon d'Agatha !
    - Posez vos affaires, a dit Dame Cyrielle, je lance un sort pour vous sécher.
    Elle s'est reprise :
    - Ah non, j'oubliais ! Ici, pas de magie !

  • « Moi, j'aime pas la danse. Mais Maman adore. Alors tous les mercredis, j'enfile mon tutu. Mais j'aime pas les tutus. Ça gratte et c'est rose. » Des cours ennuyeux au grand écart qui fait mal, la narratrice ne nous épargne rien, jusqu'au spectacle de fin d'année qui ne va pas se passer tout à fait comme prévu.

    Fou rire garanti.

    Stéphanie Richard a commencé sa carrière dans le théâtre : comédienne professionnelle, elle a sillonné les routes de France, passant de Brecht à Feydeau avec le même plaisir. Puis elle découvre le clown de théâtre, crée des spectacles et anime des ateliers d'écriture, de théâtre et de clown.

    Diplômée des arts graphiques de Saint-Luc (Belgique), Gwenaëlle Doumont a publié une dizaine d'ouvrages pour la jeunesse.

  • Croatie, fin du XIXe siècle. Ana a dix ans lorsqu'elle est jetée sur la grand-route suite à la mort de sa grand-mère. Elle rejoint Spalato, la ville la plus proche, où elle intègre une bande d'enfants des rues menée par la fascinante Dunja. Sans le sou et affamés, les enfants vont vivre le plus froid des hivers, mais Ana ne perdra rien de sa détermination à vivre.
    Des rivalités au sein du groupe poussent Ana au départ quand ses pas croisent ceux de M. Roland, un naturaliste français qui se prend d'affection pour elle. Ana accepte sans hésiter la proposition qu'il lui fait : venir vivre et étudier avec lui en France.
    C'est dix ans plus tard, au coeur d'une paisible campagne, que Dunja retrouve Ana pour lui révéler un secret qui fera de sa vie une aventure qu'elle n'aurait jamais soupçonnée.

  • Chat !

    Claire Garralon

    Le consentement et le respect de l'autre à la portée des tout-petits.

  • La femme auteur Nouv.

    Ce roman fut publié pour la première fois en 1802. Il met en scène deux soeurs au tempérament opposé. Dorothée, sage et discrète, est à l'image de ce que doit être une dame de la haute société ; Natalie, quant à elle, est curieuse de tout, passionnée et se pique d'écrire. Veuve à 22 ans, Natalie fait la connaissance du brillant, mais vaniteux Germeuil qui tombe sous son charme, mais lorsque cette dernière accepte de publier ses écrits afin d'aider des amis, cela déplaît à Germeuil.
    Il la quitte alors pour une jeune veuve possédant une grande fortune et toutes les qualités d'une dame de la haute société... Natalie, que l'on avait bien prévenue, trouve alors dans l'étude et dans les beaux-arts une source inépuisable de consolations.

  • Dans le catalogue, les pages roses des jouets de fi lles sont séparées des pages bleues des jouets de garçons.
    Jusqu'au jour où le catalogue est déchiré et... recollé dans le désordre : la poupée Annabelle se retrouve face à face avec le conducteur de tractopelle, Grand Jim.

  • Australie, 1929.
    Bagaa, née d'une mère aborigène et d'un père irlandais, se retrouve seule dans le bush à onze ans, après la mort de sa mère. Élevée loin des villes peuplées de Mundugu (les Blancs), Bagaa, entame un long périple vers le Nord.
    En chemin, elle adopte une femelle dingo, croise la route de chercheurs de perles japonais, échappe à mille dangers naturels et à des Mundugu hostiles.
    Elle rencontre Wan, un marin de très grande taille arrivé par la mer en pirogue qui lui annonce qu'elle va être le témoin de l'anéantissement de sa tribu, les Yawijibaya, par les Blancs.

  • Au village, tout le monde ne parle que de « La furie ». On dit qu'elle pousse de terribles cris, qu'elle veut voler notre pain, qu'elle transmet d'affreuses maladies.
    Certains veulent se protéger derrière un mur bien haut.
    Pourtant, personne ne l'a jamais vue. La jeune Albertine, elle, veut en avoir le coeur net : qui est cette furie ?
    Existe-t-elle vraiment ? Elle entame un audacieux voyage dans la forêt...

  • Esther et son chat Mandragore reviennent à l'école des sorcières. Leurs amies ont hâte de voir ce qu'ils ont rapporté du monde des humains. Ils doivent toutefois se montrer discrets, car le grand conseil n'est pas informé de leur retour.

  • Toujours en voyage sur Terre, Esther et son chat Mandragore sont de retour pour des aventures mouvementées ! Désormais autorisée à communiquer avec ses copines sorcières, la pauvre Esther est harcelée de questions, et l'une d'elle porte sur un sujet crucial :
    L'amour ! Comment se passe une love story sur Terre ? La jeune sorcière entame une enquête qui lui réservera bien des surprises...

  • Événement à l'école des sorcières : Esther, élève de première année, a reçu le Premier prix de Curiosité ! Elle reçoit un laissez-passer pour l'Autre monde, celui des humains. C'est Mandragore, son chat, qui va être content, lui qui ne pense qu'à faire la sieste ! D'autant qu'il leur faut aider Zoé à retrouver son chat. Quelques tours de magie ne seront pas de trop !

  • En chacun de nous sommeille une petite fille cruelle. Zigouiller son petit frère, torturer sa poupée : ce n'est pas conseillé mais il n'est pas interdit d'en rêver...

  • La princesse Élisabeth est belle et vit dans un château. Elle doit épouser le prince Ronald. Mais un dragon détruit son château, brûle sa jolie robe et emporte le prince. Élisabeth va flatter la vanité du dragon pour s'en défaire et délivrer Ronald. Sera-t-il digne d'elle ? Un classique en Amérique du Nord.

  • Catastrophe ! Tante Agatha, qui héberge Esther sur Terre, est clouée au lit à cause d'une maladie d'humain ! Mandragore est effrayé à l'idée d'être contaminé, mais Esther prend les choses en main. Pour élaborer l'antidote, elle se plonge dans plusieurs ouvrages de botanique et se découvre une passion pour le jardinage... version sorcière ! Plantes qui poussent à la vitesse de l'éclair, infusions miraculeuses, graines étranges : les "dons" d'Esther vont attiser la curiosité des humains et donner lieu à des situations très drôles !

  • Dans sa vie d'adolescent, rien ne se passe comme Guillaume l'espérait : la guitare qu'il a achetée d'occasion est médiocre, l'audition qu'il a passée pour intégrer un groupe de rock a été un échec et, pour couronner le tout, il n'a pas remporté le concours qui lui aurait permis d'assister au dernier concert, à Londres, de son idole Sam Bakewell. Aussi, quand son beau-père le punit après qu'il lui ait « emprunté » vingt euros, Guillaume fugue. Vivant à Calais, il décide de rejoindre Londres en clandestin, comme ces milliers de migrants qu'il voit tous les jours. Caché sous le châssis d'un poids-lourd, il rejoint l'Angleterre où Sam Bakewell se reproche d'avoir sacrifié son fils unique à sa carrière et décide d'offrir sa guitare fétiche à un fan. Leurs routes vont se croiser.

  • Corps de fille

    Marie Lenne-Fouquet

    - Agathe, dis bonjour. Comme si j'avais cinq ans. - Bonjour. - Agathe, sois polie s'il te plaît. Là, il faut comprendre "fais une bise". C'est ça, être poli quand on est une gamine : bisouiller des peaux d'inconnus, toucher la dame, toucher le monsieur. J'ai toujours eu horreur de ça. L'homme se lève et s'approche. - Bonjour jeune fille, moi, c'est Pierre. Il pose une main calleuse sur mon épaule nue et je frissonne en regrettant d'avoir choisi ce T-shirt sans manches.
    Il se penche vers moi pour m'embrasser, il sent le tabac froid et le café fort. Je ne bouge pas. Il colle ses lèvres contre ma joue. - Eh ben, t'es un peu sauvage toi, hein, dit-il en me faisant un clin d'oeil. Je me recule. - Nan, mais je n'aime pas tellement qu'on me touche.

empty