La Nerthe Librairie

  • Ancienne, abondante, la correspondance entre les deux auteurs de ce livre porte sur beaucoup de sujets. Sur la littérature le plus souvent. Mais sur la politique aussi, ou, on le verra, plutôt que sur la politique, sur la révolution, la première étant d'un bout à l'autre mesurée par eux à l'aune de l'espérance et de l'attente de la seconde.
    Aussi bien, est-ce la partie que ceux-ci ont choisi d'isoler, prélever et reproduire ici, sans égard pour tout ce que chacune de leurs lettres pouvait contenir d'autre, recomposant quelque chose comme un échange, un dialogue, un entretien politique-révolutionnaire au long des années, de 1991 à 2019.
    Leurs oeuvres respectives et les événements en cours sont ainsi abordés avec complicité, complicité politique incluant le partage d'indignations, de désirs, de doutes et d'espoirs.

  • Giacomo Joyce

    James Joyce

    Depuis 1903, Joyce est à Trieste. Grâce à l'intervention de Svevo, Joyce peut enseigner l'anglais à l'école Supérieure de Commerce.
    Durant les premiers mois de l'année 1913, il soure à nouveau de ses yeux et fait d'autres tentatives an de faire publier Dubliners tout en avançant dans l'écriture du Portrait et commençant Ulysse.
    Est-ce par lassitude de voir son premier livre refusé ou par peur de se voir vieillir - il a passé la trentaine -, toujours est-il que, malgré son lien avec Nora dénitivement noué, il va s'amouracher d'une de ses élèves, Amalia Popper. C'est une jeune et jolie juive. Son attirance n'est que physique et il garde toutes ses distances. Comme, jeune homme, il avait aimé en secret Mary Sheehy, il se prend d'adoration pour Amalia lui faisant une cour discrète, digne d'un collégien. Cela durera plusieurs mois et, surtout, cette expérience provoque l'écriture de Giacomo Joyce. Son manuscrit, conservé par Stanislaus, ne sera publié que de façon posthume. Cet étrange poème en prose est des plus précieux ; il représente une étape majeure entre l'écriture du Portrait et celui d'Ulysse.
    Sa révision de la syntaxe et de la ponctuation est omniprésente présageant le chef-d'oeuvre à venir. Ce texte va mélanger, selon son voeu de jeune homme, le tragique et le comique, le trivial et le sublime. Nous y voyons naître son autodérision. Entre idéalisation et répugnance, la polysémie domine et les ellipses fulgurantes.

    Sur commande
  • ree Stories and Ten Poems est le premier ouvrage d'Hemingway, publié à Paris en 1923 par les Éditions Contact.
    Les dix poèmes qui le composent méritaient une relecture en ce qu'ils comportent en germe les premiers romans de l'auteur, Le soleil se lève aussi et L'adieu aux armes. La guerre, Paris, l'Amérique traversent ces poèmes concis, précis, ironiques et audacieux.
    Dans les poèmes suivants, nous redécouvrons un jeune auteur de 17 ans et celui qui, à la suite de sa première publication, travaille à trouver la plus grande ecacité dans l'art narratif.
    Dans cet ensemble, on perçoit l'inuence conjointe d'Ezra Pound et de Gertrude Stein, mais surtout une voix singulière s'arme.
    Retraduire ces poèmes s'imposait, en rétablir les choix strophiques et prosodiques, an de reconsidérer l'utilisation du vers par l'écrivain américain.
    Ces poèmes ne sont pas inédits. On les retrouve dans 88 poèmes publiés par Gallimard, éditions qui reprend les Collected Poems américains. Ainsi les Ten Poems n'y sont pas regroupés, le choix éditorial étant la stricte observance de la chronologie. Ils le sont dans le volume I de la Pléiade, mais à une place qui n'est pas sans être discutable, ainsi que le sont les traductions.

  • Bien davantage que dans ses Épiphanies, dans Early Poetry nous trouvons, déjà, le Joyce de Chamber Music, des Pomes Penyeach, de Giacomo Joyce et le Stephen Dedalus du Portrait et de l'épisode «Protée» d'Ulysse.
    Le présent recueil contient, de plus, une dizaine de poèmes entièrement inédits en français.

    Sur commande
  • Poème écrit en 1926 et publié dans la revue Exil en 1928. Le jeune poète de 22 ans se pose en continuateur d'Eliot, de Pound, de Cummings, de Moore. Pas moins. Il répond à e Waste Land, le parodiant parfois et reprenant le procédé de dévoilement des références d'Eliot. Lecteur passionné de Joyce, mais aussi de Lawrence, Woolf et tant d'autres ; fort de sa culture poétique depuis Chaucer et Villon ; déjà ses gures tutélaires sont présentes, Shakespeare et Spinoza ; et l'engagement politique s'annonce. Fils d'immigrés Juifs Lituaniens, il est aussi passionné de théâtre - il découvre Shakespeare en Yiddish, enfant. Tout y est donc. Une autobiographie déjà. On dit les hommes obsédés par leur n. Les poètes, eux, ne cessent de commencer, d'écrire que tout n'est que commencement.
    Par un simple article, tout va suivre, s'inventer...

  • Anna Livia Plurabelle est le chapitre le plus illustre de Finnegans Wake. T. S. Eliot le publia en petit volume chez Faber & Faber en 1930 dans une première version.
    Il connut, du vivant de Joyce, plusieurs traductions auxquelles il participa. Et enn, alors qu'il lui était possible de faire un enregistrement de lui-même lisant un extrait de son ultime ouvrage, c'est un extrait de ce chapitre qu'il choisit.
    Anna Livia Plurabelle est l'un des sommets du Wake et son chapitre le plus autonome.
    S'il introduit, d'autre part, si bien à l'ensemble c'est qu'il donne merveilleusement à entendre la singularité du chant joycien, sa tendresse, son humour et ses inventions incessantes.
    Choeur tenu au bord de la Liey, où résonnent les voix de tous les héros de la fable et de son auteur. Anna Livia Plurabelle peut se lire comme un long poème, une longue apologie où se mèle orgueil, autodérision et l'ultime ambition d'un écrivain de génie. Chant de et à propos de l'héroïne centrale dans lequel sa vie, celle de son amant, de ses enfants, leur vie commune deviennent légendaires, mélancoliques, comiques et bouleversantes.
    En annexe : les dernières et les premières pages de Finnegans Wake dans une nouvelle traduction.

  • Figure emblématique du surréalisme, écrivain et personnalité à part, René Crevel (1900-1935) marquera le Paris littéraire, interlope et mondain des années 30. Suicidé à 34 ans, il laisse une oeuvre riche de onze romans et essais, quelques manifestes et une centaine darticles traitant aussi bien de loeuvre de Diderot, de Dali, des photographies de Man Ray ou encore de la montée du fascisme en Europe. Ecriture, sexe, drogue, fêtes, René Crevel habité par lurgence consume sa vie dans les capitales européennes mais ces périodes intenses laissent place, pour de longs mois, à une solitude sans échappatoire dans les sanatoriums suisses où il tente de guérir une tuberculose.
    A priori, les trois correspondants de ce volume nont que peu de points communs cependant ils dessinent comme les bords d'une constellation des amitiés crevelliennes. Albert Flament (1877-1956), critique littéraire, écrivain, gure oubliée du Paris mondain et littéraire semble être à lopposé de la vie de Crevel : il sera un condent auprès de qui Crevel se livrera comme il ne fait que rarement. Caresse Crosby (1891-1970) reçoit à Paris et dans son moulin dErmenonville le milieu littéraire et artistique. A Paris elle a créée la maison dédition Black Sun Press dans lespoir de faire connaitre Joyce, D.H. Lawrence, Pound ou encore Hemingway et diusera loeuvre décrivains français outre-Atlantique, notamment Crevel. Enn Jean Schlumberger (1877-1958), co-fondateur de la NRF, éditeur chez Gallimard, est un lecteur attentif du jeune écrivain.
    Ecrites pour la plupart lorsquil est isolé pour de longs mois, ces 34 lettres, lui permettent de se tenir informé de lactivité parisienne et de ce qui rythme la vie de ses amis, de lancer des projets et dimaginer un avenir plus radieux. Des lettres qui, le plus souvent, se terminent par des mêmes mots- « Ecrivez-moi » ou « ne moubliez pas » - illustrant cette solitude de lécrivain qui ne cesse de se battre jusquà la nuit du 18 juin 1935 où il se suicide, chez lui, à Paris.
    Le volume sera illustré de photographies inédites, notamment du photographe surréaliste Man Ray. Cest donc bien, à plus dun titre (les correspondances, leur contenu, les illustrations), un Crevel inédit présenté ici.
    Ce livre est une publication essentielle pour tout amateur de la vie littéraire du XXe siècle, du surréalisme, et de René Crevel. La préface, les notes, et ses correspondances orent ainsi un nouveau portrait de cette « volute du surréalisme »qui continue encore à fasciner les lecteurs comme il fascinait déjà ceux qui lapprochait.
    Ces correspondances sont présentées et annotées par Alexandre Mare qui a précédemment publié René Crevel, Inédits aux éditions du Seuil (Fiction&Cie, 2013) salué dans la presse par Libération (Philippe Lançon), Le Monde (Xavier Houssin) ou encore dans le Nouvel observateur (Jérôme Garcin).

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Publié en 1947, la même année que Sous le volcan, voici le très beau roman de Margerie Bonner Lowry. Il n'est pas sans faire écho avec ceux de Malcolm, son mari, qui a écrit : « Horse in the Sky, excellent roman fantastique dans la tradition étrange de Hauts du Hurlevent, resté sans héritier ». La singularité de l'ouvrage repose sur la façon dont l'auteur construit savamment son histoire. Notre trouble vient de la rencontre, parfois violente, des événements, subtilement suggérée. Nous nous sentons prévenus et néanmoins sommes surpris par la tournure qu'ils prennent. Margerie Bonner joue avec les codes romanesques qu'elle maîtrise absolument. Une histoire de déchéance qui obtient sa revanche aurait pu inspirer un roman des plus traditionnels. Il n'en est rien. Un grand roman à découvrir.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Voyage toujours quand le temps est à l'orage et fait de bonnes affaires avec les peurs humaines", Le marchand de paratonnerres. "En été aussi, tel Canute, en restant assis ici, la mer vous revient souvent en mémoire. Car non seulement de longues lames de fond parcourent les pentes de blé et les petites vaguelettes de l'herbe déferlent en ondulant sur la basse véranda, comme sur leur plage, non seulement les pissenlits sont emportés par le vent comme les embruns, la pourpre des montagnes n'est que la pourpre des flots et un paisible midi d'août règne sur les profondes prairies comme le calme sur la Ligne, mais l'immensité et la solitude sont si océaniques ainsi que le silence et l'uniformité, que lorsqu'on aperçoit une maison étrangère, se dressant par-delà les arbres, c'est pour tous comme l'apparition d'une voile inconnue sur la côte barbaresque", La véranda.

    Sur commande
  • Le livre de mon ami est le premier roman de maturité créatrice de Gabriel Miro. Ce court roman s'inscrit dans son travail strictement fictionnel, en dehors de ses romans et nouvelles où apparaît son "alter ego" Sigüenza. La noirceur du récit est équilibrée par la beauté et les audaces stylistiques. Il s'agit, pour l'auteur, de nous restituer prioritairement l'atmosphère humaine et naturelle dans laquelle elles se situent, et cela avec un brio et une sensibilité rares.

    Sur commande
  • Deux écrivains ont vu Livre d'image de Jean-Luc Godard. Ils ont chacun écrit à son propos... Un échange s'en est suivi... Ils se sont écrits, ont écrits des proses en échos à celles de l'autre.
    Ainsi, outre une étude d'un genre libre sur ce film, il y est question de la filmographie de Godard, de son art, de questions politiques, éthiques et le montage de l'ouvrage se veut répondre à la nécessité de montage du cinéaste.

    Sur commande
  • En 1918, à 29 ans, Conrad Aiken signe son premier chef-d'oeuvre poétique. Senlin sera publié à Londres par Leonard et Virginia Woolf en 1925. Premier poème avec un personnage éponyme, avant Osiris Jones et Lord Zero, Senlin, à travers une journée, développe avec maestria tout l'univers de son auteur. On pourrait voir dans ce livre une réponse faite à son ami T. S. Eliot et à son The Love Song of J. Alfred Prufrock, mais il rend surtout compte de la singularité d'un jeune et génial poète qui, encore aujourd'hui, n'est reconnu que pour l'immense romancier qu'il fut aussi. Né dans l'État de Georgie et élevé en Nouvelle-Angleterre, Aiken a vécu des décennies en Angleterre. Son père s'est suicidé après avoir assassiné son épouse. L'écrivain, dans Ushant, reviendra sur ses années de formations où ses obsessions ont pris corps et sur ses amitiés, notamment avec Lowry, personnage récurrent de ce merveilleux roman autobiographique. Senlin s'impose à nous dans une mythologie du quotidien qui s'invente dans le poème. Nous y percevons l'immensité des temps et des espaces dans cette journée de Senlin (forêt en chinois). Une journée sur la terre.

    Indisponible
  • Sur commande
empty