William Blake & Co

  • "Ce sont donc les peuples mesme qui se laissent ou plustost se font gourmander, puis qu'en cessant de servir ils en seroient quittes, c'est le peuple qui s'asservit, qui se coupe la gorge, qui, aiant le chois ou d'estre serf ou d'estre libre, quitte sa franchise et prend le joug ; qui consent à son mal, ou plustost le pourchasse." C'est là que j'ai trouvé, vers mes vingt-cinq ans, la meilleure description des logiques de la tyrannie, comme le secret scandaleux de la solidarité des victimes et des bourreaux : "D'où a il pris tant d'yeulx, dont il vous espie, si vous ne les luy baillés ? Comment a il tant de mains pour vous fraper, s'il ne les prend de vous ? Que vous pourroit il faire, si vous n'estiés receleurs du larron qui vous pille, complices du meurtrier qui vous tue, et traistres à vous mesmes ?".
    Avant-propos de Jean-Paul Michel.

    Sur commande
  • Cet ouvrage rassemble une cinquantaine de poèmes de Hölderlin, poèmes dits " de la folie ", écrits entre 1807 et sa mort en 1843. Retiré dans la tour de Tübingen après que le monde se fut accordé à dire qu'il avait perdu la raison, il ne fait plus que regarder autour de lui et tente de rendre, poétiquement, le passage du temps sur le paysage qui l'entoure. Ces Derniers Poèmes sont d'une écriture limpide et d'un lyrisme extrême.

    Sur commande
  • Un classique de la littérature mondiale, en édition bilingue illustrée, traduction nouvelle, très annotée, par un japonologue de premier plan, qui donne ici un troisième volume consacré à l'oeuvre du poète Matsuo Bashô.
    Extrait de la 4eme de couverture, texte du traducteur, Alain Walter :
    « (...) De cette excursion (environ 90 kilomètres), tantôt à pied, tantôt en bateau au fil de l'eau, à travers la lande dont les buissons de lespédèzes se couvraient de fleurs mauves, Bashô ramena cette suite de notations que l'on pourrait comparer à un album de croquis et de lavis. On y retrouve l'humour et l'humanisme du poète, sa vive sensibilité à la nature, sa communion avec les écrivains du passé, son élévation mystique. »
    />

  • Partant de l'idée que la pénurie matérielle engendre le déficit culturel, Pierre Bergounioux brosse le portrait historique d'un Limousin éloigné du vaste monde, remarquable par le vert de ses taillis plus que pour la prolifération des textes et des créations de l'esprit. Avec le nouveau millénaire, le numérique et la circulation de l'information, l'auteur invite son territoire et ses habitants à quitter l'ère de granit pour rejoindre la fluidité du monde.

  • Des pages éblouissantes de l'un des plus grands prosateurs français contemporains touchant les merveilles de la découverte de la lecture dans l'enfance, celle aussi de l'étrangeté et du mutisme des choses.
    Un enfant recherche désespérément sur les rayons de la Bibliothèque municipale de Brive (Corrèze) la « notice » qui lui permettrait de comprendre le mode d'emploi du réel auquel il doit faire face, au mutisme et à l'inconséquence des adultes. Des pages inoubliables, lisibles par tous, de l'enfance au grand âge, avec, comme toujours chez Pierre Bergounioux, un sentiment profond de reconnaissance.

    Sur commande
  • Ce volume, très illustré, publié à l'occasion d'une grande exposition rétrospective (1965-2019) présentée à la Bibliothèque centrale de Bordeaux rassemble textes et documents originaux ayant ponctué l'histoire poétique du dernier demi-siècle en France. Des premiers actes du groupe Braises (Brive, 1965-1966) aux toutes-dernières publications des voyages de Bashô en édition bilingue dans les traductions nouvelles d'Alain Walter (5 volumes), une invitation à la découverte de chemins de la création d'auteurs contemporains audacieux.

    Sur commande
  • Ce volume rassemble trois conférences prononcées très récemment par Pierre Bergounioux à Bruxelles : Naissance du récit rationnel, Un enfant est né, Révolution. Ces trois interventions ont pour objet l'histoire de la possibilité, de la naissance, et des transformations successives du récit littéraire. De la Fable homérique au réalisme Faulknerien, en passant par une étude brillante de l'apparition de l'écriture et des effets de la « raison graphique » (l'objectivité du fait et des conséquences d'une inscription durable, fixée, s'offrant à des lectures analytiques), les grands moments que furent Cervantès, Shakespeare, Montaigne, Stendhal, c'est de l'invention de la littérature qu'il s'agit, du statut de ses puissances propres. Ce volume constitue une introduction à l'histoire des récits humains, conduite avec la fougue, le brio, la science et l'éclat qui sont toujours ceux de Pierre Bergounioux, assurément l'un des plus grands prosateurs français contemporains.Ce volume peut faire l'objet d'une recommandation spéciale auprès de tous les libraires, bibliothécaires, critiques et bien sûr tous lecteurs.

  • En 1948, à l'initiative probable du mouvement de la paix, et tout particulièrement des sections française et polonaise , l'idée se fait un jour d'un vaste congrès international réunissant artistes, écrivains, intellectuels et savants du monde entier ; bref l'intelligentsia " planétaire " qui milite en faveur de la cessation définitive de la guerre et des guerres.
    Le congrès doit se tenir à wroklaw, en breslavie, du 25 au 28 août.

    Sur commande
  • Voici traduit dans vingt et quelques langues de la terre, et s'invitant à toutes les autres, un " poème des poèmes " venu de la proche Allemagne au siècle dernier, une sorte de bateau ivre armé par un adolescent de 33 ans dans le souvenir d'un voyage en France, un poème qui donne à penser et donnant à penser a déjà fait le tour du monde : Andenken de Hölderlin.

  • Poésies

    Isidore Ducasse

    Sur commande
  • Un élégant volume grand format à la réalisation très soignée (papiers, typographie, façonnage dos carré cousu, jaquette deux couleurs sur vergé blanc naturel). La première partie consiste en une anthologie de textes de grands auteurs, à valeur de manifeste littéraire de résistance aux différentes entreprises terroristes de disqualification de la création littéraire et artistique, du Livre en général. La part d'Yves Bonnefoy, décédé en 2016, est particulièrement importante dans ce volume, qui lui rend un hommage marqué. Le livre s'ouvre sur un beau portrait photographique du poète par sa fille Mathilde et compte de nombreux essais et documents manuscrits inédits. Des textes de Louis-René des Forêts, des inédits de Jean-Marie Pontévia sur Eros, de Pierre Bergounioux (« Naissance du récit rationnel », de Philippe Lacoue-Labarthe, Jean-Luc Nancy, Paul Audi (sur « Les Onze » de Pierre Michon, des traductions nouvelles de Hölderlin, etc. La seconde partie consiste en une bibliographie illustrée de l'ensemble des livres publiés par les éditions William Blake and Co. pendant les deux dernières décennies (1996-2016) : « Un entretien nous sommes », donnant à lire une page de chacun d'entre eux. L'ensemble constitue un prolongement du beau volume collectif publié en 1996 pour le 20ème anniversaire de la création des éditions William Blake and Co. : « Nous avons voué notre vie à des signes », lequel frappa la critique par sa qualité. Cet ouvrage audacieux et utile est aussi désirable comme un cadeau à (se) faire qu'à offrir.

    Sur commande
  • Le poète Jehan Mayoux, un proche d'André Breton, de Benjamin Péret, d'Yves Tanguy, a été membre du groupe surréaliste parisien de 1933 à 1967. Son oeuvre est mal connue, la majeure partie n'ayant été publiée qu'après sa mort dans une édition à tirage limité épuisée depuis longtemps.
    La rivière Aa compte parmi les grands poèmes surréalistes. Toute sorte d'êtres s'y ébattent dans un grand tourbillon, l'humour s'y exprime à plein, ponctué de plongées dans l'univers philosophique de l'auteur. Entre souvenir et projet, veille et sommeil, se dévoilent ses attirances et ses dégoûts, une fabuleuse aptitude à la joie doublée d'une vision foncièrement pessimiste du monde. On trouve des vers d'une beauté à couper le souffle, des visions prémonitoires, une richesse d'images dans laquelle chacun puisera les passages avec lesquels il entre tout particulièrement en résonance.
    Couleurs, rythmes et sonorités se mêlent pour une symphonie de la vie écrite par un homme qui est resté marqué par les heures sombres qu'il a connues.
    Pourquoi une édition bilingue français-anglais ? Un élément de réponse : ce poème dont le premier vers commence ainsi : « Me voici aux portes d'une Amérique... » attendait peut-être qu'on le traduise en anglais !
    Réunis par l'amitié, l'éditeur de ce livre, les illustrateurs et les traductrices de La rivière Aa, ont voulu exprimer leur attachement au souvenir de Jehan Mayoux et leur admiration pour son oeuvre poétique.

    Sur commande
  • 1 autre édition :

  • Sur commande
  • Notes sur un livre sans paroles.
    "Le 27 novembre 1886, Stéphane Mallarmé écrit à Vittorio Pia : "Je crois que la littérature, reprise à sa source qui est l'Art et la Science, nous fournira un Théâtre, dont les représentations seront le vrai culte moderne ; un Livre, explication de l'homme suffisante à nos plus beaux rêves". La forme du Livre à venir est celle d'une cérémonie orale ; la raison des mardis était celle d'anticiper la société future des lecteurs du Livre. Ce que, déjà, dans "Solennité", évoquait Stéphane Mallarmé : "J'imagine que la cause de s'assembler, dorénavant en vue des fêtes inscrites au programme humain, ne sera pas le théâtre, borné ou incapable tout seul de répondre à de trè subtils instincts, ni la musique du reste trop fuyante pour ne pas décevoir la foule". L'Ode (moins la forme poétique traditionnelle que l'écho du mot dans son sens grec originel de chant) unit théâtre et musique. La prestation orale de Mallarmé, devant ses amis, les mardis, rue de Rome, relevait de l'Ode. Pour intituler un de ses textes qui, avant d'être publié, avait été éprouvé devant un auditoire, Francis Ponge usa d'une expression heureuse : Tentative orale. N'y aurait-il pas eu de la part de Mallarmé quelque chose de cet ordre ? Le Livre, cet ouvrage sans lieu et sans date , dont Mallarmé évoque sans cesse l'existence virtuelle n'aurait-il pas été l'objet d'essais le mardi, rue de Rome ? Non pas pour que les propositions fussent critiquées par les auditeurs, mais pour que leur existence volante fût provoquée." (Jean Roudaut)

    Sur commande
  • Sur commande
  • Un volume au format élégant, empagement à grandes marges, à la réalisation très soignée (papiers, typographie, façonnage dos carré cousu, couverture illustrée d'un autoportrait d'Odilon Redon en vignette, titre couleur ( d'un violet profond) sur carte texturée blanc naturel. Edition nouvelle augmentée d'un ouvrage épuisé depuis de longues années, dont les Bibliothèques de la Réunion des Musées Nationaux, du Musée d'Orsay notamment ont écoulé une bonne part de l'édition antérieure. L'ouvrage reproduit en hors-textes nombre des oeuvres exposées au Salon de 1868, étudiées par le peintre, agissant ici comme critique de ses pairs (Courbet, Manet, Gauguin, etc.), d'autres artistes du XIX° siècle aussi, le graveur Rodolphe Bresdin notamment. Les articles critiques sont précédés d'une autobiographie d'Odilon Redon relatant les circonstances de la naissance et du développement de son activité créatrice. Un ouvrage devenu classique par la nature de ses objets, la qualité de son auteur, qui doit figurer à côté des Ecrits sur l'art de Baudelaire et du Journal d'Eugène Delacroix dans la bibliothèque des amateurs d'histoire de l'art, de l'art du XIX° siècle, de la peinture en général. Odilon Redon ayant vécu dans le Médoc au retour de son père en France, les librairies de Bordeaux devraient en tirer quelque parti.

    Sur commande
  • Sur commande
  • « Nous touchons à une heure étrange. Voilà vingt ans et plus, la société française a embrassé, sans trop le publier, les axiomes du néo-libéralisme - poursuite des chances pacifiques de gain pécuniaire comme axiome fondateur du vouloir pratique, primat des critères financiers, tolérance accrue à l'injustice. Il n'est pas exclu qu'une rationalité sectorielle, économique, gagne de proche en proche la totalité du monde social, que le nom de Rousseau, et ce qu'il signifie, tombent à leur tour dans l'oubli. Mais si la passion qui l'a mû, sa vie durant, envers et contre tout, a son siège dans le fond de nos coeurs, alors l'histoire n'est peut-être pas tout-a-fait finie. »

  • Une plaquette que tous les libraires doivent lire, et dont chacun de leurs clients peut devenir un lecteur reconnaissant et durablement fidèle pour peu que, l'ayant lu, ils aient pris trois minutes pour lui en faire percevoir le caractère exceptionnellement poignant et généreux.

    Sur commande
empty