La Guepine

  • Charles Juliet évoque deux livres qui l'ont profondément marqué pour des raisons différentes : L'Étranger d'A. Camus et Le Dieu nu de Robert Margerit. Trois lettres inédites de Robert Margerit complètent l'ensemble.

  • Tout texte renvoie à une culture ; parfois, même, plus précisément, se construit dans la relation à un livre, à une oeuvre, voire au Livre.

    Cette collection «Rapport à ...» ouvre un espace pour que les auteurs expriment leur dette, ou rendent hommage à un écrivain qui a pu être source d'inspiration ou de libération, déclencher une écriture, permettre de franchir le seuil de la page blanche...

    Marie-Hélène LAFON est un professeur de lettres classique à Paris. Depuis vingt ans ses ouvrages sont remarqués et salués pour leur exigence et leur qualité stylistique (Le Soir du chien, L'Annonce, Les Pays, Joseph, Histoires...). Dans Les étés, elle dit avec force combien écrire est une aventure charnelle, incarnée, soumise à une profonde tension intérieure. Elle évoque, en particulier, l'exemple magnifique de Ramuz.

  • Tout texte renvoie à une culture; parfois même, plus précisément, se construit dans la relation à un livre, à une oeuvre, voire au Livre. Cette collection «Rapport à...» ouvre un espace pour que les auteurs expriment leur dette, ou rendent hommage à un écrivain qui a pu être source d'inspiration ou de libération personnelle ou littéraire.

    Claude Louis-Combet, un des écrivains majeurs de notre siècle, a bien voulu, dans ces pages, exprimer sa découverte de Péguy.

    Ce n'est pas ici un essai - après tant d'autres - sur l'oeuvre de Péguy, sa vie, sa pensée, son génie poétique. Il s'est agi, essentiellement, de retrouver, dans le souvenir, l'émotion première de la première lecture, celle du Mystère des Saints Innocents, à laquelle tout un jeu de circonstances, infimes mais restées très précises dans la mémoire, ont conféré le sens d'une initiation: à la fois commencement d'un rapport à l'oeuvre qui s'intellectualiserait plus tard, et introduction poétique à une dimension spirituelle de l'existence. Ce regard rétrospectif, tout à fait subjectif, sur la trace, recueillie dans la conscience, de la lecture des poèmes et des proses de Péguy, n'a d'autre sens que celui d'une célébration intime et reconnaissante.

    Claude Louis-Combet

  • « Les écrivains sont parfois plus réels, ils modifient parfois le cours de notre existence bien plus radicalement que l'immense majorité de ceux que l'on rencontre dans ce que l'on appelle la vraie vie. Les écrivains nous violentent, nous désagrègent et jettent à nos pieds, en hurlant, ce qu'il faut pour nous remettre d'aplomb. » Emmanuelle Favier, poétesse et romancière, déterre ici les cailloux semés par l'écrivain chilien sur le chemin qui l'a menée vers sa propre voix.

  • « On le sait depuis Montaigne : l'histoire de tout écrivain est, en grande partie, celle de ses lectures, et celles-ci le miroir, multiple, de ses origines. » Nous voici aux sources de Richard Millet. Son hommage, s'il permet de mieux mesurer la parenté de son oeuvre avec celle d'Emily Brontë, donne au lecteur une profonde envie de lire, ou de relire, Les Hauts de Hurlevent.

    Une leçon d'amour pour la littérature...

empty