• Tous collapsologues ? Très médiatisée depuis la fin de l'année 2019, la collapsologie vise à produire une réponse politique face à l'ampleur des crises écologiques cumulées. Ce courant militant disparate et encore peu stabilisé, qui puise ses justifications dans le registre scientifique et rencontre un succès éditorial et militant certain, suscite des réactions intellectuelles vives et composites. Parmi elles, conservateurs et progressistes s'accordent sur une dizaine d'arguments qui révéleraient l'inconséquence de la collapsologie : irrationalité, illégitimité de ses acteurs, psychologisation puérile, religiosité sectaire, dimension réactionnaire ou apolitique, perspective incapacitante... En décryptant ces accusations-clés, Bruno Villalba propose une contre-argumentation, révélant que de nombreuses objections sont en réalité sans fondements en raison de leur faiblesse démonstrative. L'originalité de son approche ? Une confrontation honnête et étayée qui permet tout à la fois de répondre aux limites de la critique, de clarifier les propositions de la collapsologie, mais aussi de mettre au jour certaines de ses lacunes théoriques et militantes.    

  • Comment rester écolo sans finir dépressif
    Ça y est ! Tout le monde l'adore et tout le monde s'en revendique : l'écologie. La société entière semble mûre pour devenir verte ! À un détail près : devenir écolo, c'est basculer dans les affres du doute et des drames. Les limites sont atteintes, les espèces disparaissent sous nos yeux ébahis, notre ciel fait des siennes, notre cadre de vie change à vue d'oeil... L'écologie est le royaume de la mauvaise nouvelle, et notre météo intérieure n'y est plus au beau fixe. On appelle cela l'éco-anxiété, la solastalgie, la dépression verte, le burn out bio.
    Les premiers à avoir dégusté sont les scientifiques scrutant les atermoiements de Gaïa, et dans leur foulée les journalistes environnementaux et les militants d'ONG, qui ont alerté sans relâche. Une question nous tenaille : quel est leur secret pour rester debout ? Peuvent-ils nous montrer une voie, celle de la résilience, de l'acceptation, de la marche vers un avenir moins naïf et plus juste ?
    À partir de son expérience personnelle de journaliste environnementale, Laure Noualhat va partir à la rencontre de congénères atteints, eux aussi, par l'écodépression, qui lui confieront de quelle façon ils ont remonté la pente, forgé leur salut et retrouvé leur confiance en l'avenir. Ce livre vous propose d'embarquer pour un voyage qui mène de la sidération à la résilience, au fil de pistes et d'outils pour aller mieux, en naviguant à votre rythme d'une étape à l'autre. Parce que, comme on dit chez les Kennedy, on ne va pas se laisser abattre !

  • « Il est encore temps d'éviter le pire » ; « Demain il sera trop tard » ; « Tout peut changer »... CE LIVRE EST POUR CELLES ET CEUX QUE CES PHRASES NE CONVAINQUENT PLUS. Ce livre est pour celles et ceux qui savent que la planète nous survivra quoi qu'il advienne et que l'humanité ne sera pas sauvée à coups de voeux pieux, de petits pas « qui vont dans le bon sens » et de petits gestes
    bien intentionnés au quotidien. Jean-Marc Gancille porte un regard sans concession sur notre situation. Face à l'impasse écologique, il invite à changer de stratégie, à exercer une légitime défense contre le système et à abandonner l'espoir pour le courage afin de sauver ce qui peut encore l'être. Selon l'auteur, l'heure est venue de ne plus se mentir et de reprendre collectivement notre destinée en main. Ne serait-ce que pour l'honneur.

  • Il y a une dizaine de milliers d'années, la sédenta­ri­sation des groupes humains, l'émergence de l'agriculture et l'établissement des premiers États ont jeté les bases de notre civilisation. Et si cette «révolution néolithique» n'était qu'une parenthèse malheureuse dans le cours de l'histoire humaine, comme le prétendent les primitivistes ? Et si ces événements, loin d'être «civilisateurs», avaient précipité l'humanité dans un processus écocide et autodestructeur dont nous mesurons seulement aujourd'hui toute la gravité? Stimulé par ces questions qui imprègnent les débats écologistes depuis les années 1960, Pierre Madelin examine d'un regard critique les fondements historiques et anthropologiques de cette théorie selon laquelle les multiples formes de domination ne sont pas inhérentes à la vie sociale, mais résultent de cette «catastrophe fondatrice» du Néolithique. Or le primitivisme se révèle une impasse politique, affirme l'auteur: plutôt que de mythifier la vie préhistorique en anticipant l'effondrement de la civilisation industrielle, ne vaudrait-il pas mieux se mobiliser pour une transition vers une société agroécologique?

  • La société capitaliste dans laquelle nous vivons nous pousse sans cesse à la consommation de biens et services plus ou moins nécessaires. Pourtant, la façon dont nous consommons a une incidence directe et considérable sur le réchauffement climatique, et donc sur notre avenir.Que ce soit pour manger, se loger, voyager, communiquer, se vêtir, se laver, jouer, se soigner ou éduquer, il existe de plus en plus d'alternatives positives au système de consommation classique. Il est grand temps de repenser et nous réapproprier notre manière de consommer afin d'atteindre une consom'action vertueuse !Arnaud Brulaire nous explique, investigations à l'appui, avec pédagogie et de nombreux conseils pratiques, comment améliorer chaque domaine de notre quotidien et participer ainsi, à notre échelle, à une transition nécessaire et urgente.Préfaces de Maxime de Rostolan et Benoît Thévard

  • C'est indéniable, nous entendons de plus en plus parler d'environnement, d'écologie, d'engagement.La crise est telle que nous sommes contraints d'ouvrir les yeux si nous ne voulons pas aggraver la situation actuelle.Mais avant de passer à l'action, quel est ce déclic qui fait que tout bascule et que, du jour au lendemain, certains optent pour un changement de vie radical ? Qu'est-ce qui nous amène à cet instant précis et que ressentons-nous ? Comment y faisons-nous face ? Comment gérons-nous cet éveil ?Femme politique, youtubeurs, comédiens, explorateur, journaliste...18 personnalités engagées, aux parcours et profils différents, répondent aux interrogations de Benjamin Carboni et lui relatent leur prise de conscience écologique, plus ou moins immédiate mais toujours impactante. Loin des ouvrages factuels, ce livre, porté par le regard et le parcours personnel d'un ancien comédien devenu militant, choisit de mettre en lumière les réactions singulières de chacun face à un problème qui nous concerne tous !

  • La fureur du temps

    Fredeirike Otto

    • Tana
    • 10 Octobre 2019

    Avec le réchauffement global, bien des épisodes de pluie, de sécheresse ou de tempête échappent aux schémas qui nous étaient familiers. Le dérèglement climatique que nous avons provoqué ne peut cependant pas être tenu pour responsable de tous les événements météorologiques. Pour faire le lien entre climat et météorologie, et ne pas laisser ce débat aux seules mains des politiques et des groupes de pression, qui sèment la confusion depuis des années, la physicienne Friederike Otto a développé, avec une équipe de confrères, la science de l'attribution d'événements extrêmes, une méthode révolutionnaire grâce à laquelle il est maintenant possible de déterminer si le changement climatique est en jeu dans un phénomène météorologique extrême. Ce nouveau champ d'investigation, en agissant en temps réel, permet de mettre au jour les relations de cause à effet pour accélérer les transformations sociétales et, enfin, frapper là où ça fait mal, en attaquant les entreprises qui ont joué l'inaction face au changement climatique. Disposer des preuves scientifiques de ces manifestations au moment le plus important et à l'endroit où l'on en a le plus besoin est crucial pour réduire les risques et construire des systèmes résilients, en particulier dans les régions les plus vulnérables, où le changement climatique majore les menaces subies par ceux qui ont le moins profité de l'amélioration des conditions de vie d'une société carburant aux énergies fossiles.
    La science de l'attribution d'événements extrêmes nous presse de prendre nos responsabilités au sérieux et de réaffirmer haut et fort qu'il n'est plus acceptable d'attendre que la génération qui manifeste aujourd'hui ait grandi.
    Un livre qui oeuvre pour la justice sociale.

  • « Les scénarios présentés dans ce roman et explicités par les scientifiques du laboratoire L.I.F.E. sont des imaginaires. Toute ressemblance avec des situations existantes (pandémie COVID-19) ou à venir ne saurait être que le fruit du hasard. Ou pas. » Comment faire face à ses propres effondrements ?
    Alors qu'il est en déplacement professionnel en Iran avec sa chef Karen, Marcus reçoit un message de sa soeur Joanna : Jimmy, leur père absent, veut impérativement les voir. Invités en Islande, Marcus et Joanna découvrent que Jimmy co-dirige un immense et mystérieux laboratoire - L.I.F.E. - et ce qu'ils vont y apprendre va bouleverser leur vie.
    Mais pourquoi ces poèmes que Sarah, leur mère, écrit au sommet des montagnes ? Comment faire face aux effondrements écologiques en cours et à venir ? À ses propres effondrements au sein d'une famille déchirée ? Et si l'utopie et la radicalité avaient changé de camp ? « Ce roman pose au fond une question simple : faisons-nous le choix de la barbarie ou de la vie ? En somme, faisons-nous encore partie du vivant ? » « Un roman qui dit les choses telles qu'elles sont : l'effondrement du vivant, la complexité de la filiation, la tristesse et l'espoir intimement mêlés. »

  • Céline et Charlotte, deux soeurs que tout oppose, sont déçues par l'atmosphère politique et la dégradation du climat social. Quitter la France, ce pays qui les a vues grandir, devient finalement la seule solution. Guidées par leur désir de renouveau et par leur volonté de vivre sous un autre modèle sociétal et humain, les deux jeunes femmes choisissent Toronto qui leur apparaît très vite comme la meilleure destination. Refusant d'abandonner leur grand-mère bien-aimée, elles ne reculent devant rien pour la convaincre de les suivre dans leur périple. Cette dernière acceptera-t-elle de faire le grand saut et de laisser derrière elle tout ce qu'elle connaît pour recommencer une nouvelle vie à 86 ans ?
    Laissez-vous embarquer dans une aventure pleine de tendresse et d'humanité, qui nous invite à envisager une nouvelle manière de vivre en société !

  • « Chemin non balisé » parle de changement de vie, de cheminement personnel entre écologie et relation amoureuse. 

    Il  met en scène  sous une forme romancée, légère, l'histoire de Fanny qui a fait un changement de vie et se met à le questionner. Il évoque la vie d'une femme contemporaine confrontée à un monde du travail hyper connecté, et aux discours d'alerte environnementaux et sociétaux.  Fanny prend pleinement la mesure des risques qui pèsent sur la société en raison des bouleversements climatiques et environnementaux. Elle expérimente également le statut de maitresse d'un homme marié et en éprouve les difficultés. Peu à peu, elle commence à avoir un regard critique sur cette nouvelle vie qu'elle s'est construite...

  • Adopt

    Arnaud POISSONNIER

    Jeanne avait dû se rendre à l'évidence, elle faisait partie du nombre grandissant de femmes souffrant d'infertilité. On ne pouvait rien y faire et le choc fut terrible quand le spécialiste le lui annonça. Mais un jour de 2021, Maximilien était entré dans sa vie pour l'illuminer comme jamais. Pour combien de temps? Car un mal couve, tapis au plus profond des entrailles de son enfant adopté. La maladie rampe sans bruit et va se propager de manière fulgurante. Pourquoi son fils? Y aurait-il un lien entre cette adoption et la nouvelle pandémie? Jeanne a besoin de savoir...

empty