• La découverte des neurones miroirs a révolutionné la compréhension de notre cerveau. En découvrant leur fonctionnement, on cesse d'être prisonnier de mécanismes qui pourrissent notre vie et gangrènent notre société. Apprenez, vous aussi, à désamorcer les conf lits et la rivalité. C'est facile. Et vous en avez la capacité.
    Le Pr Ourghourlian, neuropsychiatre, ancien professeur de psychologie à la Sorbonne, est l'un des spécialistes mondiaux des neurosciences.

  • « Ce n'est pas moi qui désire, c'est mon désir qui crée ce que j'appelle moi . Et comme ce désir s'avère toujours copié sur celui d'autrui, c'est l'ensemble de la psychologie et de la psychiatrie qu'il faut reconsidérer. L'altérité nous constitue de pied en cap, sur le plan philosophique comme neurologique, et cela change tout, notamment dans nos façons de soigner l'esprit. » Parti de la théorie du désir mimétique du philosophe René Girard - que la découverte des neurones miroirs est venue valider de façon incontestable -, le Pr Jean-Michel Oughourlian nous propose une révolution. Sa « dialectique des trois cerveaux » bouleverse notre connaissance de nous-mêmes et nos psychothérapies.

    Au cerveau cognitif et au cerveau émotionnel se joint le « cerveau mimétique » - troisième dans l'ordre de la découverte, mais souvent premier dans celui du fonctionnement. C'est le cerveau de l'empathie, de l'amour, mais aussi de la haine. Il nous fait voir en « l'autre » un modèle, un rival ou un obstacle. Autant de visages qui engendrent toutes formes de névroses ou de psychoses. Son approche nous invite à une nouvelle vision de l'être humain.

  • Après le succès de son livre, Notre troisième cerveau, Jean-Michel Oughourlian s'attache à démontrer que les mécanismes toxiques et pathogènes à l'oeuvre dans les maladies physiques et dans les troubles mentaux ont une cause commune : l'altérité. La vraie question n'est donc pas : De quoi souffrons-nous ? mais bien : De qui souffrons-nous ?
    Altérité exogène, comme dans les maladies infectieuses, ou altérité endogène, comme dans les cancers. Mais altérité fluctuante en psychopathologie, tantôt modèle et amie, tantôt rivale et ennemie. Comme les cellules cancéreuses dissimulent leur agression sous le masque de certains enzymes, l'altérité ennemie, dans les psychoses et les névroses, se cache sous des symptômes qu'il faut savoir décrypter.
    Guérir de maladies physiques, ou mettre fin à des désordres psychologiques, consiste à reconnaître cette altérité rivale. Mais il ne faut pas se tromper d'adversaire : prendre l'ami pour l'ennemi ou l'ennemi pour l'ami. Dans cette petite histoire de l'altérité émaillée d'exemples, on montre comment éviter la méconnaissance et s'ouvrir à une vraie relation.

  • Notre cerveau est ainsi fait que, dès la première seconde de notre vie, nous imitons les autres et, sans le savoir, copions nos désirs sur les leurs. Les envies d'autrui éveillent les nôtres. C'est ainsi que nous pouvons apprendre, communiquer, ressentir, compatir... devenir humain. Mais l'imitation est aussi le moteur premier de nos rivalités, de nos jalousies, de nos violences - que nous justifions après coup au nom de nos émotions ou de notre raison.
    Neuropsychiatre et psychologue, Jean-Michel Oughourlian a été l'un des premiers à explorer la spirale mimétique qui nous domine. La découverte des neurones miroirs a corroboré sa théorie de façon spectaculaire. Il en a tiré les bases d'une nouvelle psychologie qu'il a brillamment exposée dans son essai Notre troisième cerveau.
    Comprendre le fonctionnement de notre cerveau pour nous en libérer : c'est ce qu'il nous apprend aujourd'hui, de manière simple et pratique. Afin de faire du mimétisme un atout plutôt qu'un handicap.

  • Elles sont six, réparties entre Nantes, le Mans, Tours et Cholet. Six usines où sont fabriqués les système de câblages électriques équipant les voitures haut de gamme de PSA et Renault, entre autres. Leur particularité ? Tous leurs opérateurs (700 sur un effectif total de 830 personnes) sont des handicapés mentaux : porteurs de trisomie 21, souffrant d'autisme, de schizophrénie, de retards cognitifs importants, etc.
    Pourtant, ils travaillent tous. Ils ont un salaire, des contraintes (les horaires, le rendement, la qualité), en somme une vie professionnelle (et personnelle) normale. Et un objectif : la réinsertion en milieu « classique » (usine, entrepôt, commerce...).
    Le psychiatre Jean-Michel Oughourlian s'est immergé dans ces extraordinaires « usines apprenantes » de la Fondation Amipi - Bernard Vendre. Son constat ? « L'usine réussit là où la psychiatrie a échoué. A l'hôpital, beaucoup parmi ces opérateurs seraient des légumes. Là, ils progressent. » C'est le travail qui guérit. L'entreprise est un lieu de production, c'est aussi un lieu où se fabrique l'être humain. Sa dimension n'est pas seulement financière : elle est aussi sociologique.
    Qu'est-ce que l'intelligence ? Comment le travail des mains peut-il agir sur les neurones et les synapses du cerveau ? Quel rôle tient le mimétisme dans la « normalisation » de ceux que l'on appelle handicapés ?
    S'appuyant sur des études neurologiques, ce livre est d'abord un récit. L'histoire d'Angèle, d'Antoine ou de Jérémie qui, comme Bernard Vendre, eurent un jour droit à ce verdict terrible : « Débile il est, débile il restera. » Mais débiles, ils ne le sont plus...

  • Pendant des millénaires, les chefs politiques avaient la tâche simple, nous explique, avec un brin de provocation, Jean-Michel Oughourlian : quand ils voulaient mobiliser leur population, il leur suffisait de trouver un ennemi contre qui unir le groupe. Aujourd'hui, la recherche de boucs émissaires ne cesse de perdre de son efficacité. Les puissances rechignent de plus en plus à faire la guerre à l'âge nucléaire ; par ailleurs l'individualisme croissant, au sein des sociétés, rend de moins en moins probables des phénomènes durables de polarisation sur une seule victime émissaire. C'est la décomposition de la politique traditionnelle que nous décrit l'auteur, en tirant ses exemples de l'actualité la plus récente : de la caricaturale tentative de George W. Bush à rassembler une coalition internationale pour se lancer dans la guerre contre l'Irak, à la débauche de communication dont font preuve les modernes élus du peuple, sans réussir à camoufler leur absence profonde d'objectifs. En fait, à la recherche de l'ennemi, on pourrait substituer une véritable recherche du contrat social ; mais tout se passe comme si nos sociétés n'arrivaient pas à sortir d'un ", entre-deux " où elles sont incapables d'inventer une manière non violente de faire de la politique, sans croire non plus vraiment à l'efficacité de la violence qu'elles continuent à mettre en oeuvre. C'est à un diagnostic sans complaisance sur nos pratiques politiques que nous invite Jean-Michel Oughourlian, dans le sillage des travaux de René Girard.

    Sur commande
  • Nous avons abandonné les codes qui réglaient nos liens amoureux.
    Mais sommes-nous maîtres de nos choix ? rien n'est moins sûr. la multiplication des divorces ou des séparations révèle une loi que nous ne voulons pas voir: l'autre nous repousse aussi violemment qu'il nous a attirés. nous sommes devenus malades de notre désir. la convoitise et la rivalité se sont insinuées au coeur du mouvement qui nous portait l'un vers l'autre. tel est le constat de jean-michel oughourlian, dans cet ouvrage où la guerre des sexes trouve enfin une explication scientifique.
    La découverte des neurones miroirs, corroborant les thèses de l'auteur, vient éclairer les phénomènes d'empathie, mais aussi les mécanismes de la réciprocité violente.
    Comment sauver un couple lorsque la guerre s'y déclare ? en l'aidant à reconnaître que le désir ne vient pas de soi mais de l'autre. des stratégies sont possibles, que l'auteur a mises en pratique avec ses patients. alternant les études de cas et des moments plus théoriques, cet ouvrage défend avec conviction l'idée que la rupture n'est pas une fatalité.

  • Prenez un couple. Depuis quelque temps, cet homme ne regarde plus son épouse qu'avec ennui. Survient un étranger, dont les yeux brillent quand il voit cette femme. En peu le temps, l'ardeur du mari renaît. Hier indifférent, il serait prêt à se battre pour réaffirmer son « amour éternel ». Nous ne désirons rien tant que ce que désire l'autre. Pour le meilleur et pour le pire et dès la naissance : notre psyché elle-même est une copie de celle de nos parents !
    La découverte des neurones miroirs impose une relecture complète de la psychologie et de la psychiatrie. Les mêmes zones de mon cerveau sont activées si je fais une action ou si je la regarde faire par un autre. Cette altérité nous constitue. Elle peut être vécue comme un apprentissage par imitation du modèle, ou comme une rivalité, ou comme un obstacle à la réalisation du désir que l'autre m'a suggéré.
    Modèle, rival ou obstacle sont les trois visages de l'autre. Chacun d'eux peut engendrer une personnalité "normale", ou névrotique, ou psychotique. Cette approche dessine donc une nouvelle psychologie et une nouvelle psychiatrie. Elle nous impose notamment une nouvelle gestion de l'altérité, fondée sur la « dialectique des trois cerveaux » : le premier, le cerveau cognitif, le second, le cerveau émotionnel, et le troisième, ou « cerveau mimétique », qui est donc celui de l'altérité, de l'empathie, de l'amour comme de la haine.
    C'est à cette démarche que nous invite Jean-Michel Oughourlian. La rencontre des neurosciences et de la psychologie mimétique nous ouvre à une nouvelle vision de l'être humain.

    Sur commande
  • La vie est un tourbillon. Elle ressemble à la Californie en période de grande sécheresse : la moindre étincelle déclenche des incendies dévastateurs. Des embrouilles se transforment en haines, des jalousies nous empoisonnent, des conflits nous pourrissent le quotidien. Ces incendies-là sont pourtant maîtrisables : notre cerveau en a la capacité. À condition d'en connaître le mode d'emploi...
    « Notre » cerveau ? En fait, nous en avons trois, en interaction permanente, dont le professeur Oughourlian nous aide à comprendre le fonctionnement. Il nous donne, dans ce manuel scientifique de mieux vivre, des clés précieuses pour désamorcer toutes les rivalités qui nous pourrissent la vie.

empty