• En couverture, L'Allégorie de l'envie, qu'incarne une femme minée par l'âge, que flétrissent ses cheveux hirsutes, ses yeux exorbités, son regard torve, ses côtes saillantes et ses bras musculeux, inspire l'effroi. C'est de cette représentation dégradante que traite ce livre. Mais qu'est-ce que l'envie et quelle est son histoire ? Alors que selon les Ecritures la création divine est admirable, cette passion démoniaque ne connaît que la dévastation et la dégénérescence.
    Elle attaque certes l'ordre divin, mais sème aussi le schisme et la discorde, pervertit la justice humaine, mine les relations sociales et corrompt la quête de la vérité. Sans plaisir à la clef, médisance, diffamation et calomnie présagent le chaos. Au XIXe siècle, romanciers, poètes et autres artistes s'en servent pour sonder le tréfonds des désirs et des angoisses qui animent le ressentiment. N'est-il pas à la source de toutes sortes de haines, raciales ou antisémites ? Aujourd'hui, arbitre de la société de consommation, la jalouse envie explose sur les plates-formes d'Internet qui "hébergent" le cyber-harcèlement.
    La virulence de l'envie perce les textes sacrés, littéraires, politiques les plus classiques, dont un grand nombre composent l'étoffe de l'éducation et de l'enseignement scolaire. En suivant son cours qui se propage et revit à chaque génération, le lecteur est invité à revisiter ces figures. Cette traque jette un éclairage inédit sur une passion tourmentée.

  • À travers journaux intimes, chroniques de vie, romans, correspondances, André Rauch étudie les mutations qui affectent l'identité masculine depuis la Révolution et ses aspirations égalitaires jusqu'au début du XXe siècle.
    Les hommes apprennent à se refréner et à endurer les épreuves de l'armée et les contraintes de la vie professionnelle. En même temps, de l'école au régiment, puis au bistrot, c'est une sociabilité masculine qui s'affirme. Pourtant, à peine cette nouvelle image de la virilité se dessine-t-elle qu'elle se trouble, confrontée à la dynamique sociale de la mixité. L'art de séduire évolue. Le XXe siècle s'éclaire à la lumière de cette recomposition fondamentale de l'ordre des hommes face à la montée du pouvoir féminin.
    Cet ouvrage, qui propose un éclairage neuf sur l'histoire des relations entre hommes et femmes, a connu un accueil très favorable de la critique lors de sa première édition en 2000 sous le titre Le Premier sexe.

  • André Rauch remonte ici aux origines des vacances modernes, analysant les changements culturels qui vont progressivement promouvoir le tourisme et le goût des voyages, retrouvant les préoccupations éducatives des premières « colos ». Il restitue l'atmosphère des congés payés de la fin des années 30. Il en décrit les mutations ultérieures, qui finiront par proposer les vacances de masse comme un produit de consommation ; en être privé est désormais un des marqueurs de l'exclusion sociale.
    Héritières de cette histoire, les vacances contemporaines sont aussi le miroir des aspirations de notre époque, hésitant entre les joies du « cocooning » familial et les promesses de l'exotisme, mais affirmant dans tous les cas avec résolution les bienfaits d'un retour à la nature et le souci du corps.
    Le temps de la détente est devenu celui du soin de soi.

    Nouvelle édition mise à jour d'un ouvrage initialement paru en 1996 dans la collection la Vie Quotidienne.

    Professeur à l'Université Marc Bloch de Strasbourg, André Rauch est spécialiste d'histoire culturelle. Il a notamment publié dans la collection Pluriel Crise de l'identité masculine, 1789-1914.

    Sur commande

  • L'Ancien Régime reposait largement sur une société patriarcale, où la suprématie des hommes était incontestée. La Révolution met fin à cet ordre ancien tandis que la Déclaration des Droits de l'Homme ouvre la voie à une société où change le statut des femmes. L'avènement du citoyen, l'égalité proclamée, la montée de la bourgeoisie, les transformations de la vie sociale vont modifier progressivement le rôle, le statut et l'image des hommes.
    En dépouillant journaux intimes, chroniques de vie, romans, correspondances, André Rauch étudie précisément les mutations, parfois porteuses de crises, qui affectent l'identité masculine jusqu'au début du XXe siècle. Les bouleversements ont été fondamentaux : la gloire du soldat sous l'Empire, la généralisation de la conscription, par exemple, sont autant de nouvelles expressions de la virilité. De même l'ambition sociale et la volonté de faire carrière qui imposent dorénavant la maîtrise de soi. Les hommes apprennent à se refréner et à endurer les épreuves du collège, de l'armée, du chantier et, plus généralement, de la promotion sociale. La vigueur du désir, la maturité virile que prouvait l'ardeur physique, l'impétuosité qui devait traduire la puissance sexuelle, sont autant de repères désormais brouillés. L'art de séduire évolue. Les lieux masculins changent : le cercle, le café, le cabaret sont peut-être une manière pour les hommes de s'isoler voire de se protéger.
    Le XXe siècle s'éclaire à la lumière de cette recomposition fondamentale de l'ordre des hommes face à la montée du pouvoir féminin.
    Cet essai, profondément original, inaugure une nouvelle histoire des relations entre hommes et femmes.

    André Rauch, professeur à l'université de Strasbourg est spécialiste de l'histoire des loisirs et du sport. Il a publié notamment Le Souci du corps (PUF), Boxe, violence du XXe siècle (Aubier) et Vacances en France de 1900 à nos jours (Hachette Littératures).

    Sur commande

  • 1936: Hubert Paludeau assassine sa maîtresse, après une liaison tumultueuse. Meurtre avec préméditation? Crime passionnel? S'en suit un procès qui fera grand bruit. L'opinion est perturbée, les plaidoiries enflammées. La violence de l'amour, la jalousie sournoise peuvent-elles atténuer l'horreur du crime? Verdict: crime passionnel, vingt ans de travaux forcés, seulement.
    2007: Charles Nadeau poignarde à seize reprises sa femme. Un couple chaotique. Un enfant qui le divise. Tensions, violence conjugale, jalousie amoureuse. De l'amour à la haine il n'y a qu'un pas Verdict: vingt ans de réclusion criminelle.
    L'amour peut-il être une circonstance atténuante au crime? Un tribunal se fait-il l'écho des valeurs d'une époque? Aime-t-on différemment au début et à la findu xxesiècle? Les «circonstances atténuantes» se plai-dent-elles différemment dans l'entre-deux-guerres et soixante-dix ans plus tard, dans les années 2000? André Rauch donne la parole à la presse, à l'opinion, aux accusés et à leurs plaideurs pour analyser ce moment où la passion se consume dans le crime.

    Sur commande

  • Boxe, violence du xxe siecle

    André Rauch

    • Aubier
    • 15 Juillet 1993

    Etudie la pénétration de la boxe dans la société du 20e siècle, le rôle des influences étrangères (anglaise et américaine), sa place dans les loisirs. Quelle évolution lui imposent les médias ?

    Sur commande

  • Cet ouvrage richement illustré retrace l'histoire de la paresse au fil des âges. De la paresse considérée comme pêché ultime par l'église à la demande d'un "droit à la paresse" dans nos sociétés de loisir, cet ouvrage présente es conceptions et perceptions de ce que l'on considère aujourd'hui comme un droit ou une liberté. Une invitation à a paresse dans notre société au rythme toujours plus fou.

    Sur commande

  • Après la gourmandise et la paresse, voici l'histoire d'un nouveau péché capital, et pas des moindres... Décrétée comme l'un des péchés capitaux par les Pères de l'Église, la luxure a vu son image dans les mentalités être radicalement bouleversée.
    L'auteur déroule brillamment, depuis les prémices du Moyen Âge jusqu'à nos jours, l'histoire de ce péché et montre comment chaque époque a considéré la luxure, devenue peu à peu péché véniel. À travers citations et illustrations, il expose comment les hommes et les siècles ont considéré et représenté cette forme extrême de la sexualité.
    Forme de transgression, la luxure finit par être une manifestation de liberté face à Dieu et aux hommes. André Rauch nous offre le tableau passionnant de ce « vice » libertaire qui irrigue constamment les arts (peinture, musique, littérature...) depuis des siècles et dont l'histoire évolue pour traduire aussi celle du raffinement et de la culture, ainsi que leur valorisation. Mais à l'époque d'internet et de l'hypersexualisation, qu'appelle-t-on cette luxure, et quelle liberté représente-t-elle ?
     

    Sur commande

  • Approche pluridisciplinaire des représentations du corps, du gros et du gras, et réflexion sur les questions du poids et les pratiques alimentaires.

    Sur commande

empty