• Considérer Koltès comme un dramaturge, ce n'est pas minorer les enjeux d'une oeuvre marquée par la littérature et par le cinéma, autant que par le théâtre. C'est être attentif eu dialogue de son écriture avec la scène, qu'elle soit rêvée ou réelle. Les essais réunis dans ce livre traitent de la façon dont Koltès a voulu répondre par le théâtre à la réalité contemporaine, en accordant une importance particulière au statut de l'énigme et du secret dans son oeuvre.

    L'ouvrage se compose d'une série d'essais sur le théâtre et l'écriture de Bernard-Marie Koltès : sur l'importance du thème de l'ombre et la lumière, sur l'invention par Koltès des « lieux » de ses pièces en rapport avec l'art de Chéreau, sur le rapport de ces lieux à l'espace du théâtre, sur la place centrale de l'enfance des Amertumes à Roberto Zucco, sur la pertinence ou l'« intempestivité » de Koltès dans l'époque, sur des motifs cachés dans Combat de nègre et de chiens. Il sera augmenté d'une introduction en forme de synthèse à propos de vingt-cinq ans de relation critique et théâtrale à cette oeuvre et d'un chapitre sur les représentations de l'étranger sur scène, inspiré par la mise en scène de Combat de nègre par Michael Thalheimer et de la polémique à la Comédie-Française sur Aziz dans Le Retour au désert.

    Sur commande

  • Les essais réunis dans ce livre envisagent l'oeuvre de Patrice Chéreau comme un univers artistique en constante réinvention, depuis ses débuts dans les années 1960 jusqu'à ses dernières créations. Qu'ils évoquent sa relation à l'acteur, à l'image, au texte, au spectateur, ou la dimension politique de son geste, ils lient l'art de Chéreau à son désir jamais démenti de « raconter des histoires » - c'est-à-dire de mettre en partage l'expérience du réel.

    Sur commande

  • Je ne crois pas qu'on puisse chercher quelque chose au théâtre sans un cadre de pensée. Encore faut-il que ce cadre permette l'expérimentation de la répétition, et même la favorise, la provoque, la rende nécessaire ; autrement dit, que la réflexion dramaturgique conserve une ouverture qui appelle sa transformation par la scène. C'est ce processus de contamination de la pensée par le jeu, et réciproquement, que je nomme dramaturgie de plateau.

    Sur commande

empty