• Voici donc la troisième publication d'un livre qui s'impose de plus en plus comme un classique, que ce soit parmi les professionnels, les étudiants ou les cinéphiles. Cette dernière version, augmentée et enrichie, laisse la part belle au rapport son-image dans les grands classiques du cinéma comme : Alfred Hitchcock (Psychose - Les Oiseaux), Sergio Leone (Le Bon, la brute et le truand - Il était une fois dans l'Ouest), Steven Spielberg (La Liste de Schindler - Il faut sauver le soldat Ryan), George Lucas (THX 1138 et la saga Star Wars), Peter Jackson (la trilogie du Seigneur des anneaux), Francis Ford Coppola (Apocalypse now), Jacques Tati (Mon oncle ) etc.
    Sont successivement abordés les aspects historiques, depuis l'arrivée du Parlant (Le Chanteur de Jazz, 1927) - l'écriture sonore (la musique, la voix, les ambiances, les effets) - les différents maillons de la chaîne audio-cinématographique - le son direct, la postsynchronisation, le doublage, le mixage, la spatialisation - l'évolution sonore dans les salles de cinéma.
    Sont également présentés les différents rôles des métiers du septième Art : sound-designer, chef opérateur du son, perchman, monteur son, mixeur, bruiteur. L'auteur rend notamment hommage aux monuments du son que sont George Lucas, Walter Murch, Ben Burtt, Randy Thom ou Gary Rydstrom.
    Cet ouvrage s'avère indispensable aussi bien au professionnel du cinéma, de l'audiovisuel et du multimédia, qu'à l'étudiant en école de cinéma, mais aussi au cinéphile intéressé par le rapport qu'entretient le son avec l'image. Enfin, l'ouvrage est complété par un glossaire technique complet.

  • Ce dictionnaire bilingue Anglais/Français et vice versa sur le Spectacle Vivant donne le vocabulaire des différents métiers de la scène : de A comme arpège à Z comme zone d'ombre en passant par boîtier de scène, boîte à sel, chorégraphe, cintres, dessous, gril, habilleuse, herses, illusionniste, pendrillons, tutu, etc.
    Il est complété par un grand nombre de phrases types et de tableaux de conversions.

    Sur commande
  • Cinéma et musique ? Un vieux couple. un couple dans lequel la musique fut tour à tour servante, accompagnatrice puis enfin collaboratrice et même inspiratrice. Un couple pas toujours en phase, mais un couple où la musique peut se mettre en contrepoint de l'image pour mieux servir l'histoire du film. leur histoire commune ! En novembre 2008, la musique de film fêtait ses cent ans. Une vieille dame certes, mais une alliée indissociable du cinéma. Même si la musique a rencontré le cinéma dans l'obscurité des fosses du muet, elle vit depuis longtemps dans la lumière des projecteurs. Ce manuel s'adresse aussi bien au professionnel, qu'à l'étudiant, au cinéphile et bien sûr au " béophile ".
    Sont successivement abordés les aspects historiques, esthétiques et techniques (musique et cinéma, le cinéma d'animation, film musical, comment la musique de film). L'ouvrage est enrichi de nombreuses annexes : florilège des 52 principaux compositeurs de la toile de Angelo Badalamenti à John Williams en passant par Lalo Schiffrin et Ennio Morricone ; une "grosse partie" consacrée aux droits d'auteurs ; plus un glossaire technique et musical, sans oublier une large bibliographie. Indispensable !

    Sur commande
  • Plus de 2 000 termes du français vers l'anglais et vice-versa recensant le vocabulaire technique, économique et esthétique du cinéma et de la vidéo mais aussi de la musique de films. Au format de poche, un outil de travail pour les professionnels du cinéma, ce lexique est également indispensable aux étudiants en audiovisuel. Seul dictionnaire à jour au jour d'aujourd'hui. Domaines couverts : Cinéma, vidéo, musique de films. Indispensable aux professionnels du film et de la vidéo, aux traducteurs, aux étudiants, aux cinéphiles curieux.

  • Tandis que le déco casse les arêtes en coulisses et que l'antipodiste a la barre, toute l'équipe prépare la colonelle en bétonnant le texte.
    Vous comprendrez illico le début de ce texte en lisant Entracte qui nous mène avec entrain et érudition dans les lumières du spectacle. Vocabulaire, anecdotes, citations... vous saurez tout ou presque sur ce petit monde qui nous fait rire, pleurer et rêver... qui nous soulage de la grisaille du quotidien.

  • Cet ouvrage réussit, tout en gardant un niveau technique abordable, à traiter des multiples facettes du son au cinéma, à la télévision et dans l'audiovisuel. En s'appuyant sur des films ayant pour réalisateurs : Alfred Hitchcok (Les oiseaux), George Lucas (THX 1138 et la saga Star Wars), Steven Spielberg (Il faut sauver le soldat Ryan) l'auteur retrace l'évolution des techniques et les apports de ces pointures du cinéma dans l'élaboration d'une bande son.
    Il s'avérera indispensable aussi bien au professionnel du cinéma et de l'audiovisuel, qu'à l'étudiant en école de cinéma, mais aussi au cinéphile intéressé par le rapport qu'entretient le son avec l'image. Sans oublier le vidéaste soucieux "de donner du corps" à sa bande son.
    Sont successivement abordés les aspects historiques, depuis l'avènement du Parlant (Le chanteur de Jazz, premier film parlant de l'histoire du cinéma), l'écriture sonore (la musique, la voix, les ambiances, les effets...), les différents maillons de la chaîne audio-cinématographique ; son direct et post-synchronisation, doublage et mixage. L'évolution sonore dans les salles de cinéma est aussi abordé, du son analogique au son numérique jusqu'au THX et l'IMAX.
    L'ouvrage évoque également le rôle du sound designer, chef opérateur du son, perchman, mixeur, bruiteur et monteur son. Autant de métiers peu connus du grand public. L'auteur rend hommage à deux "monuments du son aux états-Unis : Walter Murch (sound designer de Francis Ford Coppola et George Lucas) et Ben Burtt qui a collaboré avec Steven Spielberg et Ron Howard...
    Les très nombreux films cités dans cet ouvrage permettront ainsi au lecteur de mieux appréhender l'importance du son au cinéma.

    Sur commande
  • Après le très bon accueil des professionnels, des étudiants mais aussi des cinéphiles, voici logiquement la deuxième édition de ce livre traitant du rôle essentiel du son lié à l'image. Cette nouvelle version revue et augmentée est également enrichie d'un long passage destiné aux audionautes, médianautes et internautes : logos sonores, place de l'audio dans le jeu vidéo et Internet, spatialisation.
    L'ouvrage de Bernard Guiraud réussit, tout en gardant un niveau technique abordable, à traiter des multiples facettes du son au cinéma, à la télévision et dans l'audiovisuel. En s'appuyant sur des films ayant pour réalisateurs : Alfred Hitchcok (Les oiseaux), George Lucas (THX 1138 et la saga Star Wars), Steven Spielberg (Il faut sauver le soldat Ryan) l'auteur retrace l'évolution des techniques et les apports de ces pointures du cinéma dans l'élaboration d'une bande son.
    Il s'avérera indispensable aussi bien au professionnel du cinéma et de l'audiovisuel, qu'à l'étudiant en école de cinéma, mais aussi au cinéphile intéressé par le rapport qu'entretient le son avec l'image. Sans oublier le vidéaste soucieux "de donner du corps" à sa bande son.
    Sont successivement abordés les aspects historiques, depuis l'avènement du Parlant (Le chanteur de Jazz, premier film parlant de l'histoire du cinéma), l'écriture sonore (la musique, la voix, les ambiances, les effets...), les différents maillons de la chaîne audio-cinématographique ; son direct et post-synchronisation, doublage et mixage. L'évolution sonore dans les salles de cinéma est aussi abordé, du son analogique au son numérique jusqu'au THX et l'IMAX. L'ouvrage évoque également le rôle du sound designer, chef opérateur du son, perchman, mixeur, bruiteur et monteur son. Autant de métiers peu connus du grand public. L'auteur rend hommage à deux "monuments du son aux Etats-Unis : Walter Murch (sound designer de Francis Ford Coppola et George Lucas) et Ben Burtt qui a collaboré avec Steven Spielberg et Ron Howard... Les très nombreux films cités dans cet ouvrage permettront ainsi au lecteur de mieux appréhender l'importance du son au cinéma.

  • Près de 6000 termes et expression du français vers l'anglais et de l'anglais vers le français couvrant le domaine de l'organisation d'événement (séminaire, symposium, congrès, expositions...)professionnels(artistiques, culturels, institutionnels ,etc.) : de A comme " aire de livraison " à Z comme " Zone de couverture ", en passant par " changement au noir " interprétation avec relais ", " traduction simultanée en infrarouge ", " A-frame extension ladder ", " charge per square meter ", " Production manager", etc. Une centaine de phrases types classée par domaine d'application et de nombreuses tables de conversions. Un dictionnaire qui s'imposera vite comme l'outil de travail indispensable des agences de publicité et communication, des agences de relation publiques, des personnels des palais des congrès et des étudiant en marketing et communication.

  • La petite Patou s'est perdue dans la forêt, alors qu'elle cueillait des champignons. Elle se retrouve nez à nez avec deux pandas échappés d'un zoo. Ces derniers vont l'aider à retrouver ses parents et demandent, en contrepartie, leur souhait le plus cher : retourner en Chine.

    Sur commande
  • Une fresque luxuriante où apparaissent la plupart de ceux qui, à des titres divers, ont inventé les techniques pour découvrir le corps humain et les moyens de le soigner. Généralement au prix d'un labeur acharné, et souvent en bravant les a priori de l'Église, des Anciens tout-puissants et des confrères sceptiques. Certains sont très célèbres : William Harvey pour la circulation du sang, Laennec pour l'auscultation, Pasteur pour avoir éradiqué la rage, les Curie... D'autres sont moins connus du grand public, Jenner pour le vaccin contre la variole (découvert sur le pis des vaches, vacca, « la vache », vaccin), Röntgen et les rayons X, John Snow qui ouvrit les portes de l'épidémiologie et tant d'autres dont vous pouvez lire les noms dans les pages qui suivent.
    Ne pas croire cependant qu'il ne s'agit ici que d'un livre historique. Traité par thèmes qui concernent notre santé, cet ouvrage remarquable invite également à remettre en pratique les valeurs ancestrales qui permettent aux malades de retrouver la confiance et l'espoir. Les examens et les interventions performants ne suffisent pas : il faut aussi inciter le patient à participer à son mieux-être et à sa guérison. Mais il faudrait pour cela donner aux médecins les moyens de le faire. C'est-à-dire transformer un système de santé dépassé par le progrès et oublieux de « l'humain ». D'après l'auteur, c'est possible. Et pour le lecteur, c'est une bonne nouvelle !

empty