Rivages

  • Après «Né au bon moment »qui évoquait sa jeunesse et ses débuts en littérature, David Lodge poursuit son exploration personnelle en se penchant sur l'apogée de sa carrière d'écrivain et d'universitaire de 1976 à 1991. Avec un regard tendre empreint de pudeur, et une drôlerie inimitable, notre britannique préféré se raconte. Le lecteur a l'impression de pénétrer dans les coulisses des romans du grand Lodge. 

  • Si nous menions une vie plus conforme à la nature, nous n'aurions pas besoin de nous défendre du chaud et du froid : elle serait pour nous une nourrice et une amie fidèle, comme elle l'est déjà pour les plantes et les animaux. Si nos corps étaient nourris de substances simples et pures, nous n'aurions pas besoin de plus d'aliments qu'il n'en faut à un rameau sans feuilles, et nous le verrions prospérer comme les arbres, dont même l'hiver favorise la croissance. Une intense méditation du jeune Thoreau (1817-1862), mêlant poésie, observation naturaliste et réflexion éthique, sur l'harmonie du monde naturel et la relation que l'homme doit restaurer avec celui-ci, en résistant aux sirènes de la civilisation.

  • Thérapie

    David Lodge

    Rien ne va dans la vie de Lawrence Passmore, scénariste d'une sitcom à succès en Angleterre. Son genou le fait souffrir, son mariage s'étiole et les difficultés professionnelles s'accumulent. Ni sa soudaine passion pour Kierkegaard ni ses frasques sexuelles ne parviennent à le détourner de sa dépression. Il multiplie alors les thérapies, consultant psychologues ou acupuncteurs, en quête du remède miracle. Mais la mélancolie persiste.

  • David Lodge nous fait l'honneur de publier 2 nouvelles inédites pour célébrer la nouvelle édition de «L'Homme qui ne voulait plus se lever», un des best-sellers de la maison, avec plus de 116 000 exemplaires vendus. Dans ce recueil, on retrouve la quintessence du talent de Lodge : le sens de l'observation aiguisé, le génie de la comédie de moeurs, les personnages attachants et hilarants... 

  • Dans les universités, l'ère de la mondialisation est arrivée. La mode des congrès a envahi ce microcosme impitoyable. De colloques en séminaires, de cocktails en salles d'embarquement, étudiants, écrivains en herbe et professeurs émérites virevoltent une valise à la main, une coupe de champagne dans l'autre, avides de reconnaissance et d'amour. Philip Swallow, déjà au centre de Changement de décor, revient dans cette comédie parfaite, menée de main de maître par David Lodge.

  • Deux universitaires - l'un est américain, l'autre anglais - décident d'échanger leur poste pendant quelques mois. Chassé-croisé amusant et comédie de moeurs cinglante, Changement de décor est le premier volume de la célèbre Trilogie du campus, grand classique du catalogue de Rivages qui a conquis plus de 700 000 lecteurs.

  • Henry David Thoreau, auteur de «Walden» et «De la désobéissance civile», fit de longues excursions dans les vastes forêts du Maine. Il tira de cette expérience un récit détaillé qui compte parmi ses oeuvres les plus célèbres. L'observation la plus attentive de la nature, dans ses menus détails comme dans ses grandes scansions, s'y allie avec une mise en question radicale de la civilisation moderne : c'est en gardant en soi un peu de la forêt sauvage qu'on peut, selon Thoreau, préserver la vie de l'esprit.

  • Après Jeanette Garland et Susan Ridyard, la jeune Claire Kemplay vient de disparaître sur le chemin de l'école. Son cadavre sera bientôt retrouvé dans une tranchée sur un chantier de construction.
    Nous sommes en 1974, dans la région de Leeds. Noël approche. Edward Dunford, reporter criminel à l'Evening Post, est encore un néophyte qui fait ses premières armes dans l'ombre du journaliste vedette de la rédaction, Jack Whitehead. Au volant de la vieille voiture de son père, il sillonne les routes de l'ouest du Yorkshire à la recherche d'indices susceptibles d'éclairer les meurtres de ces trois fillettes. Au début, il croit seulement chasser le scoop qui lui permettra de coiffer Jack au poteau ; mais plus il enquête, plus il découvre des ramifications multiples. Bien des choses sont pourries au royaume du Yorkshire : policiers corrompus, entrepreneurs véreux, élus complices.

  • Adam Appleby est le héros typique de Lodge : universitaire, il s'est marié avec Barbara pour obéir aux injonctions de la morale, dans la plus pure tradition catholique. Mais les grossesses se succèdent et l'angoisse gagne du terrain chez les jeunes parents de trois enfants en bas âge.
    La Chute du British Museum raconte une journée dans la vie pas si ordinaire d'Adam Appleby. Par la grâce de Lodge, Adam se retrouve propulsé dans une série d'aventures facétieuses. Car le monde entier semble se liguer contre lui : dès le matin, sur le chemin du fameux musée où il prépare sa thèse, un embouteillage provoqué par les Beatles retarde son arrivée ; une fois dans la bibliothèque, il découvre qu'un groupe de touristes chinois entourent son siège attitré, siglé du nom de Karl Marx. Et ce n'est que le début de cette comédie irrésistible, menée à un rythme effréné.

  • Rouge ou mort

    David Peace

    L'épopée sportive du Liverpool Football Club à partir de l'époque où Bill Shankly en prend les rênes, et l'histoire personnelle de l'un des plus grand coach britannique de tous les temps.

  • Desmond, fraîchement retraité, consacre ses journées à lire le Guardian et à suivre son épouse, décoratrice en vogue, dans des événements mondains. Il n'entend plus très bien et s'isole dans son petit pavillon londonien. Lorsqu'une étudiante américaine lui propose de l'aider à rédiger sa thèse, l'ancien professeur d'université pense échapper à l'ennui.
    La Vie en sourdine, paru en 2008 chez Rivages, marque le retour au roman de David Lodge, après plusieurs essais sur la littérature. Le maître de l'humour anglais prouve avec ce texte que les années n'ont pas entamé sa cinglante ironie. Mais derrière Desmond, l'ancien professeur d'université qui a dépassé les 70 ans, c'est David Lodge que l'on croit reconnaître. La facétie et la légèreté des premiers romans sont toujours là mais elles ont pris une couleur plus profonde, presque grave, comme si la comédie révélait au grand jour sa mélancolie secrète.

  • Comment devient-on David Lodge ? Pourquoi choisit-on le rire comme langage absolu, la comédie comme ligne de vie (et de fuite) ? Dans ce livre, notre Anglais préféré se dévoile comme jamais, avec une pudeur et une simplicité bouleversantes. Loin des mémoires tournant à l'autocélébration, Lodge rend hommage aux autres, à ceux qui ont traversé sa vie et ce morceau de siècle avec lui, gamin anglais né en 1935. Au-delà du roman d'une vie, ce livre raconte le parcours d'un catholique profondément irrévérencieux, mais aussi habité par le doute et le paradoxe.

  • Jeu de société

    David Lodge

    Que se passe-t-il lorsqu'une sémiologue rencontre le directeur d'une entreprise de métallurgie? C'est le duo imaginé par David Lodge dans Jeu de société. Derrière l'étonnante alliance des contraires, Lodge interroge la société anglaise et son obsession des classes. Subvertissant le modèle du roman social par l'humour, Lodge tisse une comédie intelligente et irrésistible.

  • 1977

    David Peace

    • Rivages
    • 4 Mars 2005

    Sept. Le chiffre de l'apocalypse.
    1977, l'année du Jubilé d'argent de la Reine et de l'Eventreur du Yorkshire.
    Nous sommes de nouveau dans la région de Leeds, c'est l'été. Plusieurs prostituées sont assassinées ou victimes d'agressions. Lorsque le sergent Fraser est appelé sur la scène de l'un des crimes, il est pris de panique car il se trouve être l'amant d'une fille de joie de Chapeltown. Il n'est pas le seul. C'est aussi le cas de Jack Withehead, le journaliste arriviste de 1974. Tous deux sont des hommes blessés, hantés. A mesure que l'on se rapproche des festivités du Jubilé, l'horreur s'amplifie. Quelles vérités le flic et le journaliste réussiront-ils à entrevoir dans un monde dominé par le mensonge et la corruptionoe Deuxième volet de la tétralogie du Yorkshire, 1977 est une ode funèbre, une quête désespérée du sens. Malgré sa noirceur, il se dévore d'une traite car l'auteur est, avec Robin Cook, le seul romancier britannique qui ose dépeindre le mal dans ses nuances les plus extrêmes pour réveiller les consciences endormies. David Peace est aujourd'hui considéré comme l'un des talents marquants de la jeune littérature anglaise.
    ''Un texte qu'on n'est pas prêts d'oublier'' Marie-Claire
    ''David Peace raconte l'histoire de l'Angleterre comme James Ellroy ausculta celle de l'Amérique'' Lire

  • 1983

    David Peace

    En mai 1983, à la veille d'élections générales que la dame de fer s'apprête à remporter triomphalement, Hazel Atkins est enlevée à Morley, là où, en 1974, la petite Clare avait disparu. Même si la police refuse d'établir un lien entre les deux affaires, d'autres victimes de disparitions similaires refont surface : Susan Ridyard et Jeanette Garland.
    On s'en souvient, c'est sur ces affaires qu'enquêtait le journaliste Edward Dunford. Lui aussi a mystérieusement disparu.
    Dans le dernier volume de sa tétralogie du yorkshire, David Peace dévoile la face cachée de ces années noires et tente de définir la nature du mal qui a rongé l'Angleterre pendant une décennie.

  • À la publication du «Traité de la nature humaine», aujourd'hui considéré comme l'un des tournants dans l'histoire de la pensée, David Hume est déçu. L'accueil n'est pas celui espéré. Renonçant au volumineux format du traité, le jeune auteur se fend d'un article qu'il intitule « Abrégé ». Ne demeurent de l'abondant traité que l'élégance de la plume et une maîtrise impeccable de l'argumentation. Qui d'autre que l'auteur lui-même (malicieusement caché sous le masque de l'anonymat) aurait pu expliquer en aussi peu de pages le renversement de la causalité, la théorie de l'habitude, bref l'essentiel de sa philosophie ? Un immense génie, en dialogue direct avec le grand public : un cas presque unique dans toute l'histoire de la philosophie.

    Sur commande
  • 1980

    David Peace

    • Rivages
    • 12 Avril 2006

    Après 1974 et 1977, David Peace poursuit sa chronique de l'ouest du yorkshire, où les gens vivent dans la peur. Plusieurs années ont passé et l'éventreur continue à sévir malgré tous les efforts de la police. Les femmes n'osent plus sortir le soir. La psychose monte, chacun soupçonne son voisin et le mal semble même avoir gangrené les forces de l'ordre. Y a-t-il un flic honnête dans le comté du yorkshire ? Il y a peter hunter, seul contre tous.
    L'homme qui va enquêter sur les enquêteurs. Creuser à mains nues et ramener la boue. Creuser la tombe de ses collègues corrompus ou la sienne ? À travers le personnage de peter hunter, directeur adjoint de la police de Manchester, David Peace brosse dans une langue incantatoire le tableau palpitant, écorché et violent, d'un lieu et d'une époque confrontés au chaos.

  • À l'université de Gloucester, Ralph, homme marié spécialiste des sciences cognitives, rencontre Helen Reed, une romancière accablée par la mort de son époux. Leur désir l'un pour l'autre va soulever de nombreuses questions morales sur la séduction, le mariage, la foi et l'adultère. À travers les journaux intimes des deux personnages, ces fameuses « pensées secrètes », c'est tout un cheminement de l'esprit, chamboulé à l'envi par les péripéties amoureuses, qui va se déployer sous nos yeux.
    Publié en 1997, « Pensées secrètes », l'un des plus grands succès de Lodge, sonde les affres de la psychologie humaine dans le style enlevé et brillant de David Lodge.

  • Rien, voilà à quoi son existence se résumait. Pas de boulot, pas d'argent, pas de petite amie. Il grappillait quelques pièces de monnaie à droite et à gauche, jouait au billard et buvait du mauvais whisky. Les jours se traînaient, gris, interminables, remplis de la douleur sourde des désirs refoulés. Jusqu'au jour où il la rencontra. Elle vint à lui, surgie du froid glacial et de la pourriture des ruelles étroites. Opulente, sensuelle et consentante, et brusquement, elle se retrouva entre ses bras, une traînée de bas étage qui mit sa vie en pièces et lui donna... Tout. Publié en 1954 aux États-Unis, entre Sans espoir de retour et Descente aux enfers, La Blonde au coin de la rue est un constat désespéré sur la jeunesse de l'époque.

  • Tokyo année zéro

    David Peace

    Août 1945. Dans Tokyo en ruines, le corps d'une femme, probablement assassinée, est découvert. Personne ne veut prendre en charge cet énième cadavre car la ville est déjà un charnier. L'inspecteur Minami s'acquitte de la macabre mission, mais l'année suivante, il fait deux découvertes similaires. C'est le début d'une enquête qui, pour cet homme brisé par son passé de soldat et rongé par la culpabilité, prend aussi la forme d'une auto-investigation, d'une recherche de sa propre identité perdue dans le désastre de la guerre.
    Inspiré par un fait divers réel, l'exécution en 1949 d'un certain Kodaira Yoshio pour le viol et le meurtre de plusieurs femmes, David Peace a choisi de « dépeindre une époque à travers les crimes qu'elle engendre ». L'année zéro, c'est celle de la chute du Japon et de l'Apocalypse nucléaire, mais aussi le point de départ à partir duquel il faudra tout reconstruire. Thriller hypnotique et visionnaire, tragédie à la Kurosawa, Tokyo année zéro est le premier volume d'une trilogie consacrée au Tokyo de l'après-guerre.

  • Au soir de sa vie, dans sa maison londonienne barricadée pendant le Blitz de 1944, H. G. Wells (auteur célèbre du non moins célèbre «La Guerre des mondes»), revient sur son existence riche et mouvementée. Apôtre de l'amour libre aux histoires chaotiques dans la société victorienne puritaine, écrivain de génie, acteur de multiples combats politiques... autant de facettes d'une personnalité qui voulait changer le monde.
    Dans ce portrait aussi sensible qu'érudit, aussi touchant que drôle, David Lodge nous fait découvrir H. G. Wells tel qu'il était vraiment : un homme de passions, et l'un des écrivains les plus prophétiques du XXe siècle.

  • Le 26 janvier 1948, un homme se présente dans une succursale de la Banque impériale à Tokyo.
    Il dit être un médecin envoyé par le ministère de la Santé pour vacciner le personnel à cause de cas de dysenterie. Il fait boire le contenu de deux flacons aux employés qui commencent à se tordre de douleur. La plupart d'entre eux périront.Un écrivain décide de faire un livre à partir de cette terrible affaire. Pour cela, il « convoque » les voix de douze personnages liés au drame ; à travers des carnets, lettres, articles, souvenirs et autres documents, il tente d'atteindre la vérité.
    Une quête vertigineuse et hypnotique dans laquelle nous entraine David Peace, et nous fait entrevoir les dessous effroyables du massacre de la Banque impériale.

empty