Les Peregrines

  • « La gauche recouvre quatre sources d'inspiration, jusqu'à maintenant disjointes et concurrentes : le socialisme (société), le communisme (communauté) et l'anarchisme (individu), à quoi on ajoute l'écologie. L'enjeu de ces gauches, désormais, est de se relier de façon complémentaire.
    Il faut régénérer la gauche en se ressourçant à la fois aux idées de révolte et d'aspiration.
    Révolte contre tout ce qui dégrade l'homme par l'homme, contre les asservissements et les aspirations. Aspiration, non pas au meilleur des mondes, mais à un monde meilleur. » Ainsi commence l'essai d'Edgar Morin qui depuis un demi-siècle accompagne la gauche française de ses attentions, critiques constructives et alertes éclairées. Théoricien d'une politique de l'homme prête à affronter les défis planétaires du xxie siècle, il livre dans son recueil d'articles une parole rare d'intelligence en cette période de crise profonde de civilisation. Surtout, cet ouvrage qui a connu deux éditions s'impose comme celui d'un « bâtisseur d'espérance » dans la morosité ambiante.

    Sur commande

  • « LA gauche. J'ai toujours répugné à ce LA unificateur qui occulte les différences, les oppositions, et les conflits. Car la gauche est une notion complexe, dans le sens où ce terme comporte en lui unité, concurrence et antagonismes. L'unité, elle est dans ses sources : l'aspiration à un monde meilleur, l'émancipation des opprimés, exploités, humiliés, offensés, l'universalité des droits de l'homme et de la femme. Ces sources, activées par la pensée humaniste, par les idées de la Révolution française et par la tradition républicaine, ont irrigué au XIXe siècle la pensée socialiste, la pensée communiste, la pensée libertaire. » Ma gauche, recueil de réflexions et d'analyses politiques, nous aide à reconsidérer cette gauche qui doit relever les défis de la dégradation des solidarités, de la planète en crise et de la mondialisation.

  • Ma gauche

    Edgar Morin

    "La gauche. J'ai toujours répugné ce la unificateur qui occulte les différences, les oppositions, et les conflits. Car la gauche est une notion complexe, dans le sens où ce terme comporte en lui, unité, concurrences et antagonismes. L'unité, elle est dans ses sources : l'aspiration à un monde meilleur, l'émancipation des opprimés, exploités, humiliés, offensés, l'universalité des droits de l'homme et de la femme."

empty