• « Vas-y, wesh, fais pas ta Bovary ! ».

    Antonomase : consiste à transformer un nom propre en nom commun, ce qui pose, vous vous en doutez, le problème de la majuscule.

    « J'ai le seum' mais de nouvelles baskets ».

    Zeugma : le zeugme (oui, c'est son autre nom) consiste à coordonner deux éléments dans la dépendance d'un autre, éléments qui semblent être sur le même plan mais en réalité ne le sont pas.

    Avec un humour grinçant et une tendresse non dissimulée, Mathilde Levesque s'amuse à passer au crible de la rhétorique le discours de ses élèves. En ressort ce petit dictionnaire des figures de style, où cohabitent définitions parfaitement académiques et illustrations souvent déjantées...

  • Comment se faire respecter ? En lisant ce petit manuel politique et citoyen qui vous apprend l'art d'avoir le dernier mot sans forcément agresser l'autre. Ce livre à la fois solide et pratique explique comment faire, lorsque le discours de l'autre vous place en position de dominé(e), pour rétorquer, avoir le dernier mot et garder la tête haute. Ce qui importe le plus ici, ce sont les situations de domination dont on n'arrive pas à sortir parce qu'on a intériorisé, à tort, le fait qu'on était dominé, ou faible, et donc qu'on n'avait «a priori» pas les moyens de lutter, d'où la perte de la fierté, de la dignité ou du respect dû. Qu'est-ce qui nous paralyse dans le discours de l'autre ? Quelles sont les marques de domination, de violence et de manipulation ? Comment récupérer de l'esprit critique et faire preuve de présence d'esprit pour échapper à l'emprise des préjugés ou de la pure réactivité ? Comment se positionner et rétorquer ? Comment s'émanciper en existant avec ses propres mots ?

  • Tel un journal de bord, Mathilde Levesque a compilé tous les traits d'esprit les plus drôles de ses élèves. Avec tendresse et réalisme, elle rend compte des relations qui s'établissent entre un enseignant et sa classe à travers ces dialogues authentiques, truffés de punchlines.

    Un sens de la repartie décapant !

  • Pépites quotidiennes dans une classe de français d'aujourd'hui - Je vous ai déjà dit de ne pas vous battre. Enfin, pas avec les poings. Je ne me tue pas à vous apprendre l'argumentation pour rien, quand même.
    - Mais vous faites quoi quand on vous agresse, vous ?
    - Eh bien justement, j'utilise les mots, pas les poings !
    - Genre le mec il est là, il vous sort son coutal et vous hop hop hop, vous dégainez le Scrabble quoi !
    Conçu comme un journal de bord, ce petit livre nous fait partager le quotidien d'une classe de français dans un lycée réputé sensible du 9-3. À travers ces courts échanges entre les élèves et leur prof se dessine une complicité unique où l'ironie - parfois amère - se mêle à l'envie d'apprendre et de s'en sortir. Un condensé décapant d'humour et de créativité.
    - Madame c'est du gâchis que vous soyez prof.
    - Ah.
    - Vous auriez dû être avocate ou politicienne ou chef de gang, vous savez trop embrouiller.

  • Au coeur des disciplines linguistiques - syntaxe, pragmatique, rhétorique et stylistique -, l'emphase ne fait pourtant l'objet d'aucune étude de synthèse dans le paysage critique actuel. Plusieurs spécialistes se confrontent ici aux principales zones d'ombre d'un phénomène protéiforme.

    Après une mise en perspective théorique des différentes acceptions de l'emphase, ce volume décline une série d'études de cas sur un corpus de textes des xvie et xviie siècles. Il se propose de trouver une cohérence aux effets emphatiques à partir d'un apparent paradoxe : une même notion peut-elle recouvrir indifféremment des procédés relevant de l'amplification et du resserrement ? En d'autres termes, comment articuler copia et brevitas autour d'une même portée pragmatique ? Les analyses croisées révèlent finalement que loin de s'opposer, ces deux entrées sont solidairement constitutives d'une écriture de l'éclat virtuose.

    La mise au point bibliographique en fin de volume rassemble les instruments de travail indispensables à toute réflexion sur la notion. Les hypothèses formulées ici pourront servir de base à des enquêtes sur les acceptions ultérieures du terme emphase.

empty