Sciences humaines & sociales

  • Né en Martinique à une époque où l'esclavage est toujours présent dans les mémoires, un homme « fou » et illettré façonne en bois l'effigie d'un colonel, propriétaire de l'usine locale.
    L'émeute de 1925 dans laquelle des pêcheurs brandissent ce buste en signe de résistance contre la fraude électorale gérée par le régime colonial se solde par un massacre. Bilan: dix morts et quatorze blessés.
    L'auteur de l'effigie, Médard Aribot, est condamné à perpétuité et envoyé au bagne - en punition, disent les gens, pour son insolence. Aujourd'hui, la vie de cet artiste-bagnard est célébrée sur cartes postales, guides touristiques, pièces de théâtre, et costumes de Carnaval.
    « Autour de cette intrigue, et de l'histoire de cette intrigue, Richard Price construit avec habileté une description des tensions essentielles de la société outre-mer d'il y a soixante ans: le passé esclavagiste dont les békés ne peuvent faire le deuil, la violence incroyable du bagne, l'obsession de l'artiste comme forme de résistance. Au-delà de la narration, et du destin de Médard Aribot, son propos [...] est de montrer en quoi la mémoire produit une histoire dont le sens est un enjeu vivant : la question de savoir si Aribot était un demi-fou ou un artiste révolté est directement en rapport avec un demi-siècle d'histoire de l'identité antillaise, telle que recherchée par l'intelligentsia martiniquaise.
    De la célébration de la négritude et de l'esclave marron, on est passé, dans les années 1980, à l'affirmation du melting-pot créole. Richard Price constate [...] ce qu'il nomme la « modernisation » de la culture antillaise : la Martinique est devenue entre-temps une péninsule de l'Europe, sa mémoire africaine s'en va, et ses particularismes, à moins d'être folklorisables, ne valent plus grand-chose.
    Que l'on se passionne ou non pour la question antillaise, il faut admettre que ce livre est une brillante réussite de description épaisse, faite de documents, de témoignages, d'images et de souvenirs de toutes natures [...]. »

    Sur commande
  • Les Saamaka - environ 90 000 personnes - vivent dans une forêt tropicale dense de l'intérieur de la République du Suriname, située au nord-est du continent sud-américain et en Guyane française. Leurs ancêtres faisaient partie de ces Africains qui furent vendus en esclavage à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe pour travailler dans les plantations de canne, de café et les exploitations forestières. Ils ne tardèrent pas à s'échapper pour rejoindre, individuellement, en petits groupes ou encore lors de grandes rébellions collectives, la forêt équatoriale où ils se livrèrent à une guerre de libération qui devait durer presque un siècle. En 1762, cent ans avant l'émancipation générale des esclaves du Suriname, ils conquirent leur liberté.

    Sur commande
  • Guidé par Richard Price et Tooy Alexander, le lecteur plonge dans trois siècles d'histoire et dans la culture extraordinairement riche des Saramaka.
    Le savoir érudit de Tooy, capitaine saramaka à Cayenne, en Guyane française, est ici raconté d'une façon extrêmement vivante. Les chansons, les histoires, les remèdes, les langages secrets, ouvrent la porte à une conception du monde d'une grande spiritualité. Et comme le précise Richard Price : «L'histoire de ce peuple remarquable, illustrée par la version de Tooy, témoigne des luttes de plusieurs générations d'Africains captifs et de leurs descendants qui, malgré tous les obstacles, ont réussi à se construire une existence d'une grâce, d'une beauté et d'une sagesse rares ».

    Sur commande
  • Fesiten

    Richard Price

    Les Saamaka - environ 90 000 personnes - vivent dans une forêt tropicale dense de l'intérieur de la République du Suriname, située au nord-est du continent sud-américain et en Guyane française. Leurs ancêtres faisaient partie de ces Africains qui furent vendus en esclavage à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe pour travailler dans les plantations de canne, de café et les exploitations forestières. Ils ne tardèrent pas à s'échapper pour rejoindre, individuellement, en petits groupes, ou encore lors de grandes rébellions collectives, la forêt équatoriale où ils se livrèrent à une guerre de libération qui devait durer presque un siècle. En 1762, cent ans avant l'émancipation générale des esclaves du Suriname, ils conquirent leur liberté.

    /> Cet ouvrage fondateur pour les Marrons saamaka relate leur lutte pour la liberté durant plus d'un siècle. Aventure éditoriale unique, Fesiten est le premier livre jamais paru en saramaccan. Il est dédié à un peuple à la tradition unique de résistance à l'esclavage.

    Sur commande
  • Découvrir l'histoire et la culture des Marrons. Plongez au coeur de la Guyane française pour rencontrer les Marrons, leur histoire, leurs arts, leurs traditions ! Des spécialistes, Richard Price et Sally Price, font découvrir, de façon claire et passionnée, un peuple né dans l'esclavage il y a trois siècles et grandi dans la lutte pour la liberté. Cet ouvrage est un guide vivant et coloré pour connaître la culture marronne et ses racines. Des photographies, des cartes et des documents. Richement illustré de photographies et documents rares, ce livre s'adresse à tous, petits et grands, avides de découvrir les cultures qui les entourent. Une quinzaine de folios d'art à la fin de l'ouvrage nous font percevoir la richesse de la création artistique des Marrons.

empty