Ravage
 / 

Ravage (dossier Claire Cakpo)

Résumé

« L es hommes ont libéré les forces terribles que la nature tenait enfermées avec précaution. Ils ont cru s'en rendre maîtres. Ils ont nommé cela le Progrès. C'est un progrès accéléré vers la mort. » René Barjavel imagine Paris en 2052. Surpeuplée et entièrement dépendante de la technologie, la capitale se retrouve un jour privée d'électricité. Face au chaos qui s'installe, un groupe mené par François, un jeune chimiste agricole, décide de partir pour la Provence. Mais le chemin va s'avérer long et difficile pour ces citadins qui ne connaissent rien de la vie rurale et déconnectée... Dystopie ou roman d'anticipation, quel que soit le genre dans lequel s'inscrit Ravage, force est de constater que son propos est d'une troublante actualité à l'heure où les machines sont devenues des éléments indispensables de notre vie quotidienne. Quelques exemples saillants pris dans le dossier : Je découvre - Les origines et la postérité de Ravage : Depuis la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement depuis les deux bombes atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945, les auteurs de science-fiction ont couramment imaginé la fin du monde. C'est le cas par exemple de Richard Matheson qui publie en 1954 Je suis une légende, livre relatant le destin tragique du dernier survivant sur terre, le seul à avoir échappé à une pandémie transformant les êtres humains en abominables monstres. J'analyse - Caractérisation des personnages : Au fil du voyage, François se campe peu à peu en « chef » de la caravane. Ce terme n'est pas anodin à l'époque de la rédaction de Ravage au cours de laquelle sévissent en Allemagne le Führer Hitler - ce mot est dérivé du verbe führen signifiant « conduire, guider, diriger » - et en Italie Mussolini le Duce - provenant du latin dux, « le guide ». Nous avons la parole - Organisons le débat : Voyez-vous en la nouvelle société imaginée par François un modèle social et politique ? Doit-on se méfier du progrès ? Prolongements - Textes : Robur le conquérant, Jules Verne ; La Bête humaine, Émile Zola. Histoire de l'art : Boulangerie à Belleville pendant l'Occupation, Robert Doisneau ; Adam et Eve, le dernier couple, Tomas Galambos.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782072727627
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 368 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 13 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 297 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Rayon(s) : Parascolaire > Classiques / Textes et commentaires > Français / Littérature

Rayon(s) : Fantasy & Science-fiction > Science-fiction

René Barjavel

René Barjavel est né le 24 janvier 1911 à Nyons (Drome). Fils de boulanger, petit fils de paysans, il fait ses études au collège de Nyons puis à celui de Cusset dans l'Allier. Après le bachot, il fait de nombreux métiers pour gagner sa vie: pion, employé de banque, conférencier... Il débute à dix-huit ans dans le journalisme au Progrès de l'Allier, à Moulins. ÿIl devient en 1935 secrétaire de rédaction de la revue Le Document, puis chef de la fabrication des éditions Denoël. Il collabore à divers journaux, en particulier au Merle Blanc, comme critique cinématographique. Il fait la guerre comme caporal-cuistot dans un régiment de zouaves. Démobilisé en 1940, il fonde à Montpellier L'Echo des Etudiants, y fait débuter Jacques Laurent, François Chalais, Yvan Christ, etc, parmi d'autres qui ont fait leur chemin. Rentré à Paris, il y publie une série de romans d'anticipation qui font de lui le précurseur de la vogue de la "science-fiction". Il écrit un "Essai sur les formes futures du cinéma", « Cinéma Total », dont un grand nombre de prédictions se sont depuis réalisées. Les autres sont pour l'avenir... Puis un grand roman d'amour, Tarendol dont Duvivier achète les droits pour le cinéma. En 1947, il fait pour Georges Régnier, sa première adaptation et son premier dialogue de cinéma: Paysans noirs. Puis Le Petit Monde de Don Camillo, pour Duvivier. Parmi les films auxquels il a collaboré, citons les autres Don Camillo, l'Etrange Désir de M.Bard, Femmes sans nom, le Mouton à cinq pattes, les chiffonniers d'Emmaüs (d'après le livre de Boris Simon), La terreur des Dames, Till l'Espiègle, l'homme à l'imperméable, le Cas du Docteur Laurent, les Misérables, le Guépard, etc. Il réalise lui-même plusieurs courts métrages. ÿIl écrit deux pièces de théâtre de science-fiction : « Le Voyageur Imprudent » et « Mme Jonas dans la baleine ». Après un long intermède au cinéma pendant lequel il n'a presque rien publié, René Barjavel a commencé avec « La Nuit des Temps » et « Le Grand Secret », une seconde carrière de romancier et une nouvelle activité de journaliste avec une chronique hebdomadaire dans Le Journal du Dimanche. Il a également écrit des chansons. Il se livrait, quand il en avait le temps, a une passion, la photographie en couleurs, illustrée par un album (Les Fleurs, la vie). Il est décédé en 1985.

empty