La première fois qu'Aurélien vit Bérénice : scènes amoureuses de la littérature

À propos

L'amour est depuis l'Antiquité la plus grande source d'inspiration littéraire. Les plaintes de Didon au départ d'Enée, la passion de Tristan et Iseult, l'aveu de Phèdre à Hippolyte, l'amour de Julien Sorel pour Mme de Rênal dans Le Rouge et le Noir, de Frédéric Moreau pour Mme Arnoux dans L'Éducation sentimentale, les pages d'incantation amoureuse dans Belle du Seigneur ou les évocations sentimentales de Nerval, de Verlaine, Proust, Apollinaire, Aragon... Les scènes amoureuses ont sans conteste fourni les pages les plus célèbres de la littérature. Mais que nous révèle une étude d'ensemble de ces scènes, du jeu amoureux comme du travail de l'écriture ? Dans son rapport au désir, l'écriture passe par des motifs narratifs, dont on peut voir les évolutions et permanences historiques : le coup de foudre, le trouble, le jeu du regard, le rapport entre Eros et Thanatos... Cet ouvrage se propose de les analyser, en éclairant les modulations de la passion amoureuse et la liaison que celle-ci établit entre le langage et le corps. Et parce que ces enjeux psychologiques ont aussi une résonance politique, esthétique et même métaphysique, la réflexion puisera dans plusieurs champs disciplinaires : la littérature, certes, mais aussi l'approche thématique, la psychanalyse, l'anthropologie et la philosophie, capables de débusquer le jeu du désir amoureux derrière le travail de l'écriture.



Sommaire

La scène du sentiment et du désir.
1. Louanges et célébrations (l'amour absent, légèreté bucolique, la badinerie festive, la célébration jubilatoire de la passion).
2. Le « coup de foudre », variations sur un topos.
3. L'aveu (révélations implicites, déclarations jouées, le désespoir, la parodie, une littérature féminine et le roman par lettres.
4. La contagion de la passion (le schéma hystérique, les métamorphoses, Eros-Philia ou les déviations de l'amour).

Le désir passionnel.
1. Désir subi, désir intériorisé (l'origine divine, le charme des sirènes, l'arsenal du mythe fondateur, caractère fatal).
2. Errer, s'égarer et courir à sa perte (furor et aliénation, le motif de l'errance, la prison de l'obsession).
3. Transgression de l'interdit et monstruosité.

Il n'y a pas d'amour heureux.
1. Des voies obliques (la cristallisation, le triple mythe féminin, la ruse de la passion, la partie pour le tout ou le langage du corps, les stratégies du désir).
2. La passion et ses obstacles (la froideur topique, les êtres de fuite, la tromperie de l'être aimé, la passion homosexuelle).
3. Amour, souffrance et mort (« J'aime. Je hais », le « doux-amer », « l'amant est une bête », la jeune fille et la mort).

Dire la passion.
1. La transfiguration par la littérature.
2. La voix de l'écrivain.
3. Les pouvoirs de la littérature mis à l'épreuve (verbaliser l'amour ou « je rougis, je pâlis à sa vue », des silences complices, l'indicible, l'impensé du corps amoureux, le bas corporel).
4. La littérature au miroir de l'amour (authenticité et fiction du dit littéraire, les romans par lettres, la jouissance du corps et du texte).

Index des auteurs.
Bibiliographie.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Lettres et langues > Lettres > Histoire de la littérature

  • EAN

    9782200630041

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    296 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Daniel Bergez

Daniel Bergez est écrivain d'art et critique littéraire, professeur de littérature française, et artiste peintre. Auteur d'une quinzaine de livres et de très nombreux articles de recherche, il a, depuis dix ans, orienté ses publications vers les rapports entre création picturale et création littéraire. Ses ouvrages Littérature et peinture (Armand Colin) et Peindre, écrire. Le dialogue des arts (La Martinière) font autorité. Son livre sur Gao Xingjian, à qui il a consacré plusieurs articles et entretiens, mêle une passion admirative pour cet artiste, et la connaissance intime de son ?uvre.

empty