La vieille qui conduisait des motos
 / 

La vieille qui conduisait des motos

À propos

Après le tour du monde, «la biker» de choc de «Et j'ai suivi le vent» s'attaque à la France et livre une petite philosophie de la moto, de la nature et de l'amitié. Le jour de ses 60 ans, cela fait déjà dix ans qu'Anne-France Dautheville n'est pas remontée sur une moto. Cédant de nouveau à l'appel de la route, elle achète une BMW800 d'occasion et part faire un tour de France de l'amitié et de la bonne humeur pour fêter son anniversaire avec les gens qu'elle aime. Alternant récit de son «road trip» français, souvenirs et conseils de motarde, son texte brosse le portrait d'une mamie flingueuse qui a décidé que malgré l'âge son corps serait "moelleux", toujours nature, habitée par le seul plaisir de vivre, d'une liberté et d'une ouverture sur le monde qui remettent à leur place nos "libertés" actuelles, si étriquées. Une récit de voyage qui est aussi une méditation tonique sur la vie et une exaltation des sensations à moto.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Récit > Récit de voyage

  • EAN

    9782228922753

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    150 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    238 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Anne-France Dautheville

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Anne-France Dautheville est journaliste et écrivain. Elle a parcouru le monde seule à moto : ses voyages et les témoignages qu'elle a recueillis auprès de nombreux jardiniers ont inspiré ses articles (Grands Reportages, Géo, etc.) et ses ouvrages (notamment chez Belin et Delachaux et Niestlé). Ce n'est ni une botaniste ni une scientifique : son école, c'est le cal aux mains et la curiosité. Elle part régulièrement à la rencontre du public pour conter ses histoires, lors de ce qu'elle nomme des « parlottes ».

empty