Les aveux

Traduit de l'ANGLAIS par LAURENCE ROMANCE

À propos

Années 1980. Notable respecté d'une petite ville d'Angleterre où il exerce comme pharmacien, Herbert Grantley se présente un beau jour au commissariat. Il a une déclaration à faire. À l'inspecteur Lyle qui le reçoit, il avoue avoir tué sa femme, Norah, morte un an plus tôt de causes réputées naturelles. Comme s'y est-il pris ? En l'empoisonnant au cyanure. Une version de l'histoire qui semble parfaite. Sauf que l'inspecteur Lyle n'est pas du tout convaincu. Mais si Grantley n'est pas coupable, pourquoi vient-il avouer ainsi ? C'est le début d'un long face-à-face entre les deux hommes.
Un inspecteur et un suspect dans un bureau : John Wainwright reprend ici le dispositif qu'il avait adopté dans son roman dont Claude Miller a tiré Garde à vue, en l'inversant. C'est cette fois au suspect de prouver à l'inspecteur dubitatif qu'il est coupable.


Rayons : Policier & Thriller > Thriller


  • Auteur(s)

    John Wainwright

  • Traducteur

    LAURENCE ROMANCE

  • Éditeur

    10/18

  • Distributeur

    INTERFORUM

  • Date de parution

    18/11/2021

  • Collection

    Domaine Policier

  • EAN

    9782264078193

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    234 Pages

  • Longueur

    17.9 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    130 g

  • Support principal

    Poche

John Wainwright

John Wainwright (1921-1995) est né dans le Yorkshire. Il quitte l'école à 15 ans, et s'engage dans l'aviation anglaise où il devient canonnier lors de la Seconde Guerre mondiale. Il travaille ensuite dans la police d'investigation, ce qui nourrira durablement son oeuvre. Parallèlement, il reprend des études et obtient un diplôme de droit en 1956. Il quitte son poste dans la police en 1966 pour se consacrer entièrement à l'écriture. Très prolifique, il a écrit 83 ouvrages et de nombreuses nouvelles. Son roman À table ! est publié par la « Série noire » et adapté au cinéma en 1981 par Claude Miller avec Michel Serrault et Lino Ventura.

empty