Boulots de merde ! du cireur au trader, enquête sur l'utilité et la nuisance sociales des métiers

,

À propos

Pas un jour sans que vous entendiez quelqu'un soupirer : « Je fais un boulot de merde. » Pas un jour peut-être sans que vous le pensiez vous-même. Ces boulots-là sont partout, dans nos emplois abrutissants ou dépourvus de sens, dans notre servitude et notre isolement, dans nos fiches de paie squelettiques et nos fins de mois embourbées. Ils se propagent à l'ensemble du monde du travail, nourris par la dégradation des métiers socialement utiles comme par la survalorisation des professions parasitaires ou néfastes.
Comment définir le boulot de merde à l'heure de la prolifération des contrats précaires, des tâches serviles au service des plus riches et des techniques managériales d'essorage de la main-d'oeuvre ? Pourquoi l'expression paraît-elle appropriée pour désigner la corvée de l'agent de nettoyage ou du livreur de nans au fromage, mais pas celle du conseiller fiscal ou du haut fonctionnaire attelé au démantèlement du code du travail ?
Pour tenter de répondre à ces questions, deux journalistes eux-mêmes précaires ont mené l'enquête pendant plusieurs années. Du cireur de chaussures au gestionnaire de patrimoine, du distributeur de prospectus au «personal shopper» qui accompagne des clientes dans leurs emplettes de luxe, de l'infirmière asphyxiée par le «lean management» au journaliste boursier qui récite les cours du CAC 40, les rencontres et les situations qu'ils rapportent de leur exploration dessinent un territoire ravagé, en proie à une violence sociale féroce, qui paraît s'enfoncer chaque jour un peu plus dans sa propre absurdité. Jusqu'à quand ?



Sommaire

Introduction. Le continent des boursiers.
1. Au salon des petits boulots de merde : « Ayez des yeux de vainqueurs ».
Léa, 24 ans, plante verte dans un palace parisien.
2. Le service civique, ou les volontaires du travail obligatoire.
Yasmine, 30 ans, préparatrice de sandwiches dans une multinationale alimentaire.
3. Le « business en plein renouveau » des cireurs de souliers.
Michel, 42 ans, enquêteur dans un institut de sondages.
4. Emplois poubelle pour prospectus jetable.
Abel, 30 ans, livreur à vélo pour une « appli » de repas à domicile.
5. Les « héros anonymes » du contrôle aux frontières.
Alain, 54 ans, ouvrier sous-traitant dans une usine de farine.
6. Les nouveaux forçats du commerce de luxe.
Jessica, 38 ans, responsable santé dans une usine Seveso.
7. Toyotisation des hôpitaux : les malades sont-ils des voitures comme les autres ?
Thomas, 30 ans, contrôleur dans une société d'audit financier.
8. De l'utilité sociale des hommes d'argent.
9. « C'est la lutte collective qui redonne du sens à notre boulot ».
Remerciements.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société

  • EAN

    9782348037382

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    248 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12.5 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    248 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

empty