À propos

Âmes Publiques est le deuxième recueil d'histoires courtes de Marcello Quintanilha après Mes Chers Samedis, publiés chez çà et là en 2015. A travers les sept histoires qui composent ce recueil, Marcello Quintanilha continue sa description du Brésil contemporain, des années 1920 aux années 2000. On y retrouve le goût de cet auteur pour la description de scènes du quotidien, centrées sur des personnages hauts en couleurs et à la langue bien pendue. Les âmes publiques sont celles d'une vieille couturière amie avec sa femme de ménage, d'un enfant des bidonvilles, d'un compositeur de samba, de deux petits vieux... Le recueil comporte également deux grandes histoires autour du football, ou plutôt de footballeurs. La première se déroule dans les années 2000 et met en scène un joueur de troisième zone qui s'invente une carrière de semi-pro et l'autre décrit un jeune et prometteur joueur qui, en 1954, rate sa chance de passer dans une grande équipe à cause du suicide du président brésilien de l'époque, Getúlio Vargas.

Alternant histoires en couleurs directes et récits en noir et blanc, découpages hyper dynamiques et structures narratives sophistiquées, Âmes Publiques est une nouvelle démonstration de la virtuosité de cet auteur incontournable.


Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Documentaire / Société


  • Auteur(s)

    Marcello Quintanilha

  • Traducteur

    DOMINIQUE NEDELLEC

  • Éditeur

    CA ET LA

  • Distributeur

    BELLES LETTRES

  • Date de parution

    20/01/2023

  • EAN

    9782369903130

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    72 Pages

  • Longueur

    28.3 cm

  • Largeur

    21.8 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    628 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Marcello Quintanilha

Né au Brésil en 1971 (à Niteroi dans l'Etat de Rio de Janeiro), Marcello Quintanilha vit et travaille actuellement en Espagne (Barcelone). Autodidacte, il a débuté dans la profession de dessinateur de BD en 1988 en mettant en images des récits d'épouvante pour des éditeurs brésiliens à São Paulo et à Rio. En 1990, il s'est investit dans le cinéma d'animation et il a participé à plusieurs réalisations institutionnelles et publicitaires.

A partir de 1998, comme dessinateur de presse, il a collaboré aux principaux périodiques brésiliens d'informations politiques et culturelles (Repùblica, VIP, A Revista...), ainsi qu'au fameux magazine américain Heavy Metal. Il a par ailleurs illustré de nombreuses couvertures de livres et pochettes de CDs. Connu pour avoir développé un style de bande dessinée proche du quotidien des Brésiliens, Marcello Quintanilha a été plusieurs fois primé par les grands festivals du Brésil, dont la Biennale internationale de la BD à Rio (1991 et 1993), les Festivals de l'Humour de Ribeirao Preto (1991) et de Rio (1999)...

Scénarisée par l'Argentin Jorge Zentner et l'Espagnol Montecarlo, la série "Sept Balles pour Oxford" est la première qu'il dessine pour le public européen. Intitulé "La Promesse", le tome 1 paraît en avril 2003 dans la toute nouvelle collection "Polyptyque" du Lombard.

Le Brésilien Marcello Quintanilha est ce qu'il est convenu d'appeler un enfant de la bulle. Autodidacte, il se lance dans la profession de dessinateur de bandes dessinées en 1988, en illustrant des récits d'épouvante pour des éditeurs locaux. Touche-à-tout, il évolue ensuite vers le cinéma d'animation, dans le domaine institutionnel. Il devient ensuite dessinateur de presse, sans pour autant abandonner la B.D., puisqu'il collabore au prestigieux magazine américain Heavy Métal, et développe nombre de récits contemporains, proches du quotidien des Brésiliens. Son trait réaliste y fait mouche, et lui vaut plusieurs prix dans son pays d'origine. Il décide ensuite de s'installer en Espagne. Bien lui en prend, puisqu'il fait la connaissance de Montecarlo et Jorge Zentner, qui l'invitent à rejoindre l'aventure Sept balles pour Oxford. Sept tomes plus tard, Quintanilha est encore loin d'avoir vidé son chargeur !


empty