à demain, camarades
 / 

à demain, camarades

Traduction ELODIE DUPAU  - Langue d'origine : PORTUGAIS

Résumé

Portugal, 1944. La dictature ronge le pays, servie par une police politique implacable. Dans les usines, ateliers et campagnes du Ribatejo, province proche de Lisbonne, le peuple, exploité, volé par les puissants, survit dans un climat délétère et le manque des denrées de première nécessité. Des hommes et femmes du Parti communiste portugais, alors clandestin, oeuvrent dans l'ombre à encourager et fédérer les luttes locales. Ils ont quitté leur vie d'avant pour des raisons différentes, mais dans un but commun : servir la justice, le peuple et le parti, avec plus ou moins de réserve ou de dévouement. Leur travail, qui s'appuie sur un vaste réseau de paysans et ouvriers affiliés ou sympathisants, culmine avec la préparation d'une grève générale dans la région, qui dépassera leurs attentes mais entraînera une répression féroce, dont il faudra se relever. Dans une langue visuelle et sans mâcher ses mots, que ce soit dans la louange ou la critique, la description ou l'action, Álvaro Cunhal dresse une fresque sociale et narrative, profondément humaine. Par le quotidien des fonctionnaires du Parti et celui des paysans et ouvriers ruraux, peu politisés, il dévoile un aspect méconnu de la lutte contre Salazar et place l'humain, avec ses doutes, convictions, tensions et affinités, désirs et frictions, au coeur de son récit. Directement inspiré de son expérience, À demain, camarades, paru en 1974, est l'un des livres manquants de la littérature portugaise du XXe siècle. Il a fait l'objet de douze rééditions et d'adaptations au théâtre, au cinéma et à la télévision.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782370711274
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 430 Pages
  • Longueur 20 cm
  • Largeur 14 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Alvaro Cunhal

Álvaro Cunhal (1913-2005) fut un homme politique, intellectuel, artiste et écrivain portugais. Auteur d'une thèse de droit sur l'avortement et sa dépénalisation, militant communiste dès 1931, il est poursuivi par la dictature et vit dans la clandestinité jusqu'en 1974, connaissant la torture et la prison. En 1953 s'élève un mouvement international pour sa libération, dont font partie les écrivains Jorge Amado et Pablo Neruda, qui lui dédie le poème La Lámpara Marina. Évadé, réfugié en URSS puis en France, il rentre au moment de la Révolution au Portugal, où il sera plusieurs fois ministre et député. Il est l'auteur, parfois sous le pseudonyme de Manuel Tiago, d'une oeuvre picturale, littéraire et politique importante (dessins, peintures, articles, essais, nouvelles, romans, histoires jeunesse, traduction), souvent rééditée et étudiée au Portugal, encore inédite en français, à l'exception de l'essai Le Parti en toute transparence (traduit par Miguel Queiroz et Aymeric Monville, Delga, 2013).

empty