À propos

Paris, 1920, Elisabeth, une petite orpheline bretonne débarque à la capitale avec pour seul bagage une photo de ses parents et un maigre baluchon. C'est au dernier étage d'une minuscule chambre de bonne qu'elle trouve refuge. Là, sous les toits de Paris, elle rêve de retrouver ses parents. Mais elle ignore que l'immeuble est envahi de Schmolls ! Heureusement, Élisabeth n'est pas une froussarde.

Rayons : Jeunesse > Littérature Enfants > Romans > Action / Aventures

Rayons : Jeunesse > Littérature Enfants > Romans > Fantastique / Paranormal

  • Auteur(s)

    Vincent Cuvellier, Guillaume Bianco

  • Éditeur

    Little Urban

  • Distributeur

    Mds

  • Date de parution

    10/03/2023

  • EAN

    9782374085883

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    435 g

  • Lectorat

    à partir de 9 ANS

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Vincent Cuvellier

  • Naissance : 1-1-1969
  • Age : 54 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Né à Brest en 1969, Vincent Cuvellier publie son premier livre à 16 ans et obtient le
Prix Jeune écrivain. Passionné d'Histoire et d'illustration, c'est en autodidacte qu'il
forge son métier d'écrivain, entre théâtre, voyages, rencontres et métiers divers et
variés. Il vit désormais à Bruxelles et réalise de nombreux projets, autant pour l'édition
que pour la presse, avec des éditeurs tels que Milan, Bayard, Magnard, Gallimard ou
Nathan. Il est directeur de collection « T'étais qui, toi ? » chez Actes Sud. Au Rouergue,
il a publié une dizaine de titres (dont deux albums). Il est l'un des auteurs les plus
remarqués de la collection zig zag avec sa série des « Benjamin », notamment Tu
parles, Charles (illus. Charles Dutertre, 2004, Prix Tam-Tam J'aime Lire 2004). En mars
2012, il a publié La fois où je suis devenu écrivain, dans la collection doado.

Guillaume Bianco

  • Naissance : 27-10-1976
  • Age : 47 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais



Scénariste Dessinateur.


Guillaume Bianco est né le 27 octobre 1976 à Toulon.
Il passe un bac arts plastiques, puis devient étudiant en première année de chinois en 1995, 1996, 1997 et 1998 (authentique). Un jour, on lui dit qu'étudiant en première année de chinois, ce n'est pas un métier, et depuis, il cherche à gagner des sous en faisant de la BD.
Tout comme son compère Dutto, il devient alors élève de Tarquin à l'atelier que celui-ci anime alors le mercredi à Hyères, en 1994-1995.
Il commence à publier ses premièrs dessins dans le magazine régional, pour échouer à l'atelier Gottferdom où il fait des caricatures de tout le monde sur les murs. En 1998 il publie son premier album de gags, Kegoyo & Klamédia.
En 2000, il retrouve ses compères Tarquin, Dutto et Floch pour La Véritable Histoire des Krashmonsters, avant de se lancer, en cavalier seul, dans l'aventure de Will, albums de gags plus ou moins autobiographique sur un jeune ado attardé et son chien.

Série(s) réalisée(s)

Kegoyo & Klamédia
Will
Bianco (Le Lombard)
Après un bac arts plastiques, Guillaume Bianco enchaîne sur quatre ans... de première année de chinois. Comprenant que ce n'est peut-être pas là sa voie, il suit son complice Olivier Dutto aux cours de B.D. que Didier Tarquin anime à Hyères. C'est comme ça qu'il rejoint le Gottferdom Studio, qui s'apprête alors à lancer Lanfeust Mag, dont Bianco devient rapidement un des piliers. Il y crée Kegoyo et Klamédia, son premier album, puis Les Krashmonsters et le célèbre Will. Mais Bianco ne veut pas se contenter de montrer une seule facette de sa personnalité : au Lombard, il scénarise Ernest et Rebecca pour Antonnello Dalena, série qui lui permet de traiter avec humour de thèmes aussi angoissants que le divorce ou la maladie d'un enfant. Car l'angoisse fait partie intégrante du petit monde de Bianco, ainsi que son Billy Brouillard, paru dans la collection Métamorphoses de chez Soleil, l'a révélé au grand public. Creusant cette fois une veine à la Tim Burton, il y explore une nouvelle fois le domaine infini des peurs enfantines, auxquelles il donne corps comme personne. Après tout, il n'y a de terrifiant que ce qu'on ne connaît pas...

empty