Déviriliser le monde ; demain sera féministe ou ne sera pas

À propos

Le point de départ et l'objectif de Céline Piques avec ce manifeste : construire une société où la révolution féministe aurait lieu sans concession, pour qu'émerge un monde sans patriarcat. Selon elle, deux combats sont à mener en priorité : la lutte contre les violences masculines- en 2020, 102 femmes ont encore été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon - et la réappropriation par les femmes de leurs corps, de leur travail et de leurs vies.
Pour appuyer sa réflexion, l'autrice convoque plusieurs textes féministes, classiques ou plus récents : Andrea Dworkin, Gisèle Halimi, Adrienne Rich, Christine Delphy ou Émilie Hache. C'est un véritable matrimoine qu'elle nous invite ainsi à explorer et à utiliser comme boussole pour faire advenir un monde féministe, équitable et soutenable.



Sommaire

I) Lutter contre les violences masculines.
A. Violences masculines et patriarcat.
Andrea Dworkin : Je veux une trève de 24h sans viol, 1983.
Stratégie des agresseurs et culture du viol.
Les pièges du consentement.
B. Lutter contre le viol et la pédocriminalité.
Gisèle Halimi : Plaidoirie du procès d'Aix, 1978.
Faire sauter les verrous sexistes de la Justice et de la Police.
Lorraine Questiaux, avocate féministe : le piège du consentement, 2021.
Création d'un seuil d'âge et imprescriptibilité pour les viols pédocriminels.
Création de 300 unités de prise en charge du psychotraumatisme.
C. Lutter contre les violences sexistes et les féminicides : le modèle espagnol.
Le modèle espagnol.
Création de tribunaux spécialisés.
Protection des victimes : Evaluation du danger et dispositifs d'aide aux victimes.
D. Lutter contre les violences prostitutionnelles et pornocriminelles.
La prostitution est du viol tarifé.
Dépénalisation des prostitué.es et lutte contre proxénètes et prostitueurs.
Lutte contre l'industrie pornocriminelle.
Tribune : Pornographie, l'alibi de la haine, de la torture et du crime organisé, 2020.
E. Lutter contre les violences au travail, contre le harcèlement sexiste.
Lutte contre les violences sexistes au travail : la responsabilité des entreprises.
Cyberharcèlement sexiste : la haine sexiste est un délit.
II) Se réapproprier nos corps : l'enjeu du patriarcat, le contrôle sexuel et reproductif des femmes.
A. Se réapproprier notre fécondité : contraception, avortement, grossesse.
Manifeste des 343 : Pour le droit à l'avortement, 1971.
Droit à l'avortement effectif pour toutes les femmes.
Contre le sexisme médical.
Pour des accouchements physiologiques et sans violences.
B. Se réapproprier nos sexualités.
Education sexuelle et affective : pour une sexualité féministe !
C. Lesbianisme et féminisme.
Le Génie Lesbien : vivre sans hommes.
Adrienne Rich : La contrainte à l'hétérosexualité et l'existence lesbienne, 1982.
III) Se réapproprier notre travail : pour une politique économique et sociale féministe.
A. Contre le travail gratuit des femmes et la pauvreté des mères.
Mesurer le travail gratuit, domestique et parental, extorqué aux femmes.
L'ennemi principal, Economie politique du patriarcat, Christine Delphy, 1974.
Un service public de la petite enfance et plus de congé paternité.
Les « pensions alimentaires » : plus d'impayés et non imposées.
B. Refonte féministe de la politique budgétaire, fiscale, sociale.
Individualisation de l'impôt sur le revenu.
Individualisation de toutes les aides sociales et petite enfance.
Création d'un revenu inconditionnel de parentalité.
Gender Budgeting.
C. Refonte féministe de la valeur travail.
Egalité salariale : les entreprises en responsabilité.
Contre la ségrégation professionnelle : démanteler les « Boy's Club ».
Revaloriser les métiers du Care, les métiers féminisés.
Tribune : L'après Covid, revalorisez les emplois féminisés ! 2020.
IV) Se réapproprier nos vies : du féminisme matérialiste à l'utopie écoféminisme.
A. Un féminisme matérialiste.
La classe des femmes et l'abolition du genre.
Le backlash masculiniste : extrême droite et idéologie viriliste.
B. Pour une utopie écoféministe.
Le « care » : prendre soin de l'autre et du monde.
Capitalisme : entre prédation, chasse aux sorcières et traite coloniale.
Les nouvelles sorcières écoféministes : entre écologie et communs.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société > Féminisme

  • EAN

    9782374253299

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    11 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Céline Piques

Céline Piques est présidente de
l'association d'Osez le Féminisme. Déviriliser le monde
est le premier essai qu'elle signe en son nom propre.

empty