écrire la guerre écrire la guerre
écrire la guerre écrire la guerre
 / 

À propos

"Les périodes de paix sont les pages blanches de l'histoire" : la formule du philosophe allemand Hegel est certes très contestable. Elle n'en renferme pas moins une vérité : depuis la plus haute Antiquité, l'activité guerrière de l'humanité a fourni la matière d'innombrables récits, depuis la Bible et Homère jusqu'aux témoignages contemporains.
Sans doute n'a-t-on pas toujours parlé de la même chose. Les pratiques et les représentations de la guerre ont tellement changé au cours des siècles. Et cependant les écrivains ont bien prétendu parler de "la" guerre, comme si, par-delà l'infinie variété de circonstances, demeurait une essence du conflit, cette essence qui s'est incarnée dans un petit nombre de divinités dédiées, tels Arès ou Mars.
Bien sûr, cette histoire est aussi celle de la littérature. Épopées, récits, romans, récits, essais, traités, histoires, poèmes, pièces de théâtre, témoignages, reportages ont mis la guerre en scène, la décrivant, la codifiant, l'analysant, l'interprétant, la dépassant souvent, la conduisant ailleurs que sur les champs de bataille. L'encre des écrivains a tenté de restituer quelque chose du sang et des larmes que la guerre a fait couler, que ces auteurs aient fait l'expérience de la guerre ou qu'ils l'aient seulement imaginée. Les lire aujourd'hui, c'est retracer l'histoire, sur le temps long, d'une des sensibilités les plus intenses qui ait jamais agité les sociétés humaines. 

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'histoire

  • EAN

    9782850887697

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    368 Pages

  • Longueur

    26.2 cm

  • Largeur

    19.6 cm

  • Épaisseur

    3.7 cm

  • Poids

    1 514 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Sylvain Venayre

Sylvain Venayre est maître de conférences en Histoire contemporaine à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne (Centre d'Histoire du XIXe siècle), ses recherches portent sur l'histoire culturelle du voyage. Il a notamment publié La Gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne, (Aubier, 2002) et, en co-direction avec Laurent Martin, L'Histoire culturelle du contemporain( Nouveau Monde, 2005.). Historien, Alain Corbin est depuis 1987 professeur à l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne et spécialiste de l'histoire de France au XIXe siècle. Il a publié de nombreux ouvrages consacrés à l'histoire sociale des représentations et des sensibilités, dont Le Miasme et la Jonquille (Aubier-Flammarion, 1982) et La Territoire du vide (Aubier-Flammarion, 1988). Il est co-directeur de Histoire du corps (Le Seuil, 3 volumes, 2005-206). Ses ouvrages ont fait l'objet de nombreuses traductions dans une quinzaine de langues.

empty