Vagabondes voleuses vicieuses ; adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle Vagabondes voleuses vicieuses ; adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle
Vagabondes voleuses vicieuses ; adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle Vagabondes voleuses vicieuses ; adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle
 / 

Vagabondes voleuses vicieuses ; adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle

À propos

Nées dans les années 1930-1940, Rose, Luce ou Adèle, jeunes adolescentes à la Libération, trentenaires lors des soulèvements de Mai 1968, sont aujourd'hui grands-mères. Issues des milieux populaires, elles ont grandi dans les faubourgs parisiens et les petites villes de province. Et toutes ont été considérées, dans la société de l'après-guerre, comme des « délinquantes » : des traces de leur vie sont consignées dans les archives judiciaires... Qu'est-ce qui a conduit ces jeunes filles à être étiquetées comme telles ? Quels ont été leur vie, leurs rêves, leurs amitiés, leurs amours ? Et qu'ont-elles transgressé ? N'ont-elles pas été plus libres de travailler et d'avoir des aventures que leurs soeurs de l'entre-deux-guerres ? Il semble qu'avoir seize ans pendant les Trente Glorieuses implique, pour une jeune fille, d'obéir à un code de conduite précis : sortir, mais surtout avec des copines, flirter, mais du bout des lèvres, ne pas boire, et jamais dans des cafés. Car il faut avant tout s'attacher à trouver un mari, fonder un foyer... Et tous - familles, voisins, police - veillent au respect de ces règles. Une fugue, la fréquentation d'une amie « dévergondée », un fiancé peu apprécié... Autant d'éléments qui conduisent la jeune fille « fautive », « vagabonde », « voleuse » ou « vicieuse », sur les bancs de la justice - surtout lorsqu'elle incarne en plus une classe « dangereuse ». À travers une étude nourrie de témoignages, Véronique Blanchard pose ainsi un regard neuf sur la déviance juvénile féminine, son histoire et son évolution, qui permet aussi de questionner ses avatars actuels.

Sommaire

PRÉFACE. INTRODUCTION. La voix des « mauvaises filles ». Recadrer la jeunesse. Le juge des délinquants, des vagabonds et des indisciplinés. Observées sous toutes les coutures. 1. LA TENTATION DE LA GRANDE VILLE. « Ce n'est pas drôle de vivre à 6 dans deux pièces ». « Ça, c'était de la Cité, de la vraie Cité de l'Avenir ! ». « Elle déteste être enfermée ». « L'opium du samedi soir ». Du bistrot aux caves de Saint-Germain-des-prés. Les dangers du « Paris arabe ». 2. LA FAMILLE DANS TOUS SES ÉTATS. « Père décédé à la guerre ». « Tant de gosses ». Des foyers dissociés ? « La mère idéale reste au foyer ». 3. PETITES VOLEUSES ! Chapardages. « On ne peut compter sur la mère ». Doubles dossiers. D'invisibles violences. « Une véritable forcenée ». Si peu de criminelles. 4. FUGUEUSES. « La fille part sur un coup de tête ». Contrôler, protéger et prévenir. « Ma fille me met hors de moi ». « Je veux ma liberté ». « C'est de moi-même que je suis allée au commissariat ». De périlleux voyages. Placées et surveillées. « J'ai décidé de m'évader ». 5. DÉVERGONDÉES, LESBIENNES ET PROSTITUÉES. Les lois de l'amour. Des dossiers judiciaires saturés de sexe. « Elle a reconnu avoir consenti ». « L'hypersexualité fuse de partout ». « Il est un temps pour toutes choses ». Des moralités douteuses. Soupçonnées d'amitiés particulières. Les « demoiselles du milieu ». Macs et souteneurs. « Accepter la rupture, difficile sans doute, mais seule efficace ». CONCLUSION.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société > Genres

  • EAN

    9791025204306

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    356 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

Infos supplémentaires : Broché  

empty